Accueil / Actualités / Actu internationales / La Chine met le cap sur les OGM
image_not_found

La Chine met le cap sur les OGM

La Chine met le cap sur les OGM de maïs et de coton.

« La recherche sur les OGM et l’industrialisation du maïs et du coton génétiquement modifiés sont une de nos priorités pour les cinq prochaines années avec le 13e Plan quinquennal », a indiqué en début de semaine le ministre chinois de l’Agriculture, Liao Xiyuan.

La Chine voit d’un bon oeil les biotechnologies.

La Chine va mettre le cap sur la plantation de maïs et d’autres organismes génétiquement modifiés lors des cinq prochaines années, ont annoncé mercredi les autorités, alors qu’aucun plant commercial OGM n’a été autorisé dans le pays depuis 10 ans. Seuls deux produits OGM sont actuellement cultivés de façon commerciale en Chine: Un type de coton (autorisé en 1996) et une variété de papaye résistante à un virus (approuvée en 2006).

Le soja, le maïs, le coton et le colza OGM peuvent quant à eux être importés en tant que matières premières ou ingrédients constitutifs de produits transformés.   

Efficaces pour garantir les apports alimentaires de sa population de 1,37 milliard d’habitants. Une préoccupation ancienne qui avait contribué au lancement de la politique controversée dite de “l’enfant unique“.

Entre réticences et inquietudes

Mais la plantation à grande échelle de cultures OGM reste débattue dans le pays, où l’opinion publique reste réticente et où les militants écologistes et certains scientifiques s’inquiètent des conséquences potentielles, encore inconnues sur le long terme, en matière de biodiversité et de santé humaine.  “Durant le 13e plan quinquennal (2016-2020), nous allons (…) développer l’industrialisation des principaux produits, dont de nouvelles variétés de coton et de maïs résistants aux insectes“, a déclaré mercredi Liao Xiyuan.

La lutte contre les plantations illégales

Le maïs est la principale céréale cultivée en Chine (en majorité destinée à la nourriture animale) en termes de volume de production et de surface plantée, le riz arrivant en deuxième position, suivi par le blé.  Le gouvernement poursuivra ses recherches sur le riz et le blé OGM durant les cinq prochaines années, a déclaré M. Liao.

Des plants OGM sont parfois cultivés de façon illégale en Chine et les autorités ont “arraché” du riz OGM dans la province du Hubei, et détruit en 2015 un total de 73 hectares de maïs transgénique, a indiqué Liao Xiyuan.  “La plantation illégale et sporadique de cultures OGM existe dans certaines zones et nous allons lutter sévèrement contre cette pratique“, a-t-il assuré.

Pour rappel, après 19 ans de croissance consécutive, les cultures OGM ont reculé de 1 % en 2015 dans le Monde.

Crédit photo:DR

Regardez aussi

Afrique : La biofortification peut jouer un rôle clé dans la réponse au Covid-19

Afrique : la biofortification peut jouer un rôle clé dans la réponse au Covid-19

Les cultures biofortifiées ont un rôle clé à jouer dans la réponse au Covid-19. La …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *