Accueil / Actualités / Actu internationales / Les cultures d’OGM reculent en 2015
image_not_found

Les cultures d’OGM reculent en 2015

Une première en 20 ans : les cultures d’OGM ont baissé en 2015

Après 19 ans de croissance consécutive, les cultures OGM ont reculé de 1 % en 2015 dans le Monde. Une réduction conjoncturelle, liée à l’effondrement des cours de certaines matières premières, explique l’ONG à l’origine du rapport. Certains pays comme le Burkina Faso, leur tournent carrément le dos.

La première commercialisation d’une plante génétiquement modifiée remonte à 1996. « Après 19 ans de croissance annuelle consécutive », elles ont reculé de 1% passant de 179,7 millions ha en 2015 contre 181,5 millions ha en 2014, selon le rapport d’une ONG spécialisée.

Pour l’ISAAA (International Service for the Acquisition of Agri-biotech applications), association plutôt favorable aux OGM, cette réduction « marginale » serait conjoncturelle et s’expliquerait par l’effondrement des cours de certaines matières premières agricoles comme le maïs (-4% en surfaces) ou le coton (-5%). Aussi cette diminution « est susceptible de s’inverser quand le niveau des prix s’inversera », écrit-elle.

Le Burkina Faso renonce aux OGM, faute de rentabilité…

Aux Etats-unis, leader avec 39% du total mondial, les surfaces OGM ont reculé de 2,2 millions ha. Au Canada, 5e producteur de cultures transgéniques, les surfaces ont baissé de -5%  « dus à une diminution des surfaces en colza » insiste le rapport.

En Afrique du sud, c’est l’alarmante sécheresse qui a fait reculer les surfaces de maïs OGM d’environ 70.000 ha, passant de 3 millions à 2,3 millions ha, c’est la diminution la plus forte (-23%).

Et la semaine dernière, le Burkina Faso, seul pays d’Afrique de l’Ouest converti à l’agriculture bio-tech depuis les années 2000, a totalement renoncé au coton transgénique, affirmant qu’il n’était pas rentable.

… Une réglementation coûteuse pour les autres pays

L’ISAAA rappelle cependant qu’en 20 ans, les surfaces dédiées aux OGM ont « augmenté 100 fois » et concernent désormais 18 millions de fermiers dans 28 pays. Parmi eux, 20 sont en développement (54% des superficies mondiales) dont le Vietnam, qui s’est lancé dans les OGM en 2015, ou Cuba depuis deux ans. Le Bangladesh a doublé ses surfaces.

Cinq pays émergents – Brésil (2e derrière les USA), Argentine (3e), Inde (4e), Chine (6e) et Afrique du Sud (9e) – ont cultivé près de la moitié (48%) des OGM mondiaux.

Pour les auteurs, « une réglementation couteuse des plantes GM reste la principale contrainte à leur adoption » dans les pays en développement. Ils accusent « les opposants aux OGM et aux nouvelles technologies » d’exiger ces réglementations pour empêcher les agriculteurs pauvres, « y compris en Europe, d’avoir accès à ces technologies ».

Crédit photo:DR

Regardez aussi

Production mondiale de fraises en hausse de près de 40%

Production mondiale de fraises en hausse de près de 40%

La production de fraises s’est répandue au fil des années dans plusieurs pays. Entre 2008 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *