Accueil / Actualités / Cultures / L’ irrigation des céréales et légumineuses coûte trop cher
image_not_found

L’ irrigation des céréales et légumineuses coûte trop cher

Gestion de l’eau – l’ irrigation des céréales et légumineuses coûte trop cher

Selon une étude réalisée par les deux universités, du Minnesota et d’Al Akhawayn, au sujet de la gestion de l’eau au Maroc, l’irrigation des céréales et des légumineuses devrait être abandonnée. L’étude s’est penchée sur les deux régions de Souss-Massa et Tadla-Azilal qui contribuent à hauteur de 23% au PIB agricole.

“l’ irrigation des céréales et des
légumineuses devrait être abandonnée”

La tomate consomme moitié moins d’eau que le blé 

Contrairement aux idées reçues, cette étude menée pour la gestion de l’eau au Maroc, précise donc que l’ irrigation des céréales et des légumineuses doit être abandonnée.

En effet bien que les céréales ne soient pas très consommatrices d’eau, elles ne valorisent pas la ressource soit ne rentabilisent donc pas l’ irrigation.  Les fruits, légumes et cultures fourragères sont au contraire, plus rentables, la tomate par exemple, consomme moitié moins d’eau que le blé.

De plus, la céréaliculture est une filière agricole qui n’arrive pas à décoller, malgré le Plan Maroc Vert. En effet, cette culture n’enclenche pas de réformes et l’objectif prévu n’est pas atteint. Le PMV prévoyait de réduire de 1,5 million d’hectares des surfaces dédiées aux céréales et la croissance de la rentabilité.

Terry Roe, professeur au département d’économie appliqué à l’université du Minnesota, affirme selon des propos recueillis par l’économiste  : «qu’avec une forte variabilité de la pluviométrie, la part de l’agriculture évaluée à 15% dans la valeur ajoutée totale sous-estime le poids du secteur agricole et de l’eau dans l’économie nationale».

Regardez aussi

L'ONSSA réexamine les autorisations de 4 pesticides à usage agricole

L’ONSSA réexamine les autorisations de 4 pesticides à usage agricole

L’ONSSA a retiré 15 matières actives du marché national entre 2018 et 2020. Suite à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *