Accueil / Technique / Intérêt des associations céréales-légumineuses
Céréales-Les-importations-marocaines-en-hausse-de-38%-avec-3,5-MT

Intérêt des associations céréales-légumineuses

Associations céréales-légumineuses: les intérêts.

Les légumineuses ou les fabacées comprennent des milliers d’espèces comme le pois, la fève, l’haricot, le lin… Ces plantes, appelées aussi engrais verts, ont la  capacité de  fixer biologiquement l’azote atmosphérique grâce à une  symbiose qu’elles développent naturellement avec des  bactéries  du genre Rhizobium. Ces bactéries sont abritées au niveau des nodosités racinaires.

Intérêt des associations céréales-légumineusesLes légumineuses fournissent ainsi  les substances énergétiques  carbonées aux bactéries qui en contre partie  fournissent aux plantes les substances azotées fixées directement à partir de l’azote atmosphérique.  Autrefois les associations céréales-légumineuses ou «  les mélanges céréaliers » ont été largement cultivées.

Depuis la révolution chimique, ce système de culture a été mis en suspension. Actuellement  et avec les nouveaux défis de l’agriculture de demain  qui valorise les écosystèmes, optimise la production et diminue les intrants chimiques, ces types d’associations font de nouveau parler d’elles. En effet, l’inclusion d’une légumineuse dans un système de rotation  grande cultures est une stratégie gagnante où les avantages sont multiples. Parmi lesquels :

Une bonne compétitivité vis-à-vis des mauvaises herbes

Les associations céréales-légumineuses  permettent de réduire considérablement la densité des adventices du fait d’une couverture plus rapide et plus dense du sol. Cette couverture diminue le degré de salissement des parcelles et limite considérablement l’utilisation des herbicides.

Meilleure résistance aux ravageurs et aux maladies

Grâce à l’effet barrière, les associations légumineuses-céréales diminuent le niveau de contamination par les ravageurs. Une moindre sensibilité aux maladies notamment fongiques est aussi observée. Plusieurs études ont montré  une réduction de l’anthracnose du pois en association pois-orge de printemps et pois-blé d’hiver (Schoeny et al., 2010). Une réduction des pucerons verts du pois a été  également observée avec des associations pois-blé dur d’hiver (Ndzana et al., 2014).

Exigences réduites en termes d’apport azotés

Les performances des céréales dépendent fortement de la disponibilité de l’azote dans le sol. Les légumineuses, grâce à leur faculté de  fixer l’azote atmosphérique, contribuent  à enrichir le stock azoté des sols.  De ce fait,  les apports  en engrais chimiques sont réduits  pour la culture suivante : selon certaines études, la réduction de la dose d’azote après un pois peut être en moyenne de 20 à 60 kgN/ha pour un blé et de 30 à 60 kgN/ha pour un colza (Carrouée et al., 2012).  Sans oublier que cela permet de réduire significativement les  risques d’émissions de gaz à effets de serre GES. En effet, lors d’une association blé- pois par exemple, l’émission de GES est de 30 à 60% inférieur à celle en cultures pures

Des rendements globaux plus meilleurs et plus stables  par rapport aux cultures purs

Lors des associations céreales-légumineuses, les gains  en termes de rendement sont essentiellement observés  dans  des parcelles dont la fertilité est moyenne ou faible avec un bas niveau d’azote.  Dans ces conditions, le gain  est directement lié au bon fonctionnement des cultures.  En effet,  les associations favorisent une biodisponibilité plus importante de l’azote ainsi que  d’autres éléments minéraux (P, K)  nécessaires.

Elles assurent  aussi une complémentarité des espèces vis-à-vis des autres facteurs de croissance (eau, lumière).  C’est ainsi que  les rendements des associations, tant en matière sèche qu’en protéine,  sont supérieur au rendement moyen des cultures pures correspondantes,  et ce gain peut atteindre dans certains cas 20%

Malgré ces avantages indéniables, les systèmes de cultures associant légumineuses et céréales sont de loin les plus cultivés, les surfaces occupant ce type de système de culture sont actuellement assez réduites. En effet, les  légumineuses sont  peu attractives pour les agriculteurs, notamment par rapport aux céréales du fait des rendements d’une part, du prix sur le marché et des débouchées commerciaux d’autres part.

En outre, la culture  des légumineuses nécessite un minimum de technicité (récolte, tri, collecte) qui décourage les agriculteurs à la cultiver  en faveur des céréales.  Cependant,  la mise en place de référentiels techniques simplifiés, des conseils bien adaptés ainsi qu’un accompagnement personnalisés permet certainement de résoudre les problèmes rencontrés par les agriculteurs et leur aider à dépasser cette barrière de technicité assez redoutable.

Regardez aussi

bananes

Banane Bio: Préparation de la parcelle et Plantation

Préparation de la parcelle et Plantation de la banane en mode biologique. Le Maroc prévoit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *