Accueil / Actualités / Actu Maroc / Fruits et légumes : Vers un contrôle permanent des prix sur le marché
Fruits et légumes : Vers un contrôle permanent des prix sur le marché
Fruits et légumes : Vers un contrôle permanent des prix sur le marché.

Fruits et légumes : Vers un contrôle permanent des prix sur le marché

L’Intérieur envisage de contrôler les prix des fruits et légumes pour lutter contre la spéculation.

En réponse à une question orale du groupe Rassemblement National des Indépendants (RNI) sur le contrôle des prix et la protection contre la spéculation sur les marchés de gros pour la vente des fruits et légumes, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb a fait part de la volonté du ministère de tutelle de surveiller encore le commerce sur les marchés.

M. Boutayeb a certifié, mardi, à la Chambre des conseillers que « le suivi et la surveillance incluent la vente en gros et les versements, afin de lutter contre toutes les formes de pratiques illégales, y compris le monopole et la spéculation », soulignant que « Les prix des légumes et fruits enregistrés en 2020 sont relativement stables par rapport aux années précédentes, grâce à l’abondance de l’offre ».

Lire aussi : Fruits : Le Maroc dans le top 30 des principaux pays producteurs

En ce qui concerne les augmentations constatées des produits agricoles dans certains marchés, Noureddine Boutayeb a indiqué qu’elles sont davantage liées à des facteurs circonstanciels et saisonniers qu’à des pratiques malhonnêtes, révélant que les marges bénéficiaires enregistrées entre la vente en gros et les acomptes provisionnels pour les légumes et les fruits restaient raisonnables ;  car ces produits agricoles passent par les marchés de gros.

Le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur a souligné, selon Hespress, que le processus de suivi comprend le reste des centres de vente, y compris les magasins qui ont connu des opérations de contrôle en 2020 qui impliquaient un total de 268.000 magasins pour la production et le stockage. Il a souligné que ces opérations ont conduit à la délivrance de 4.800 dossiers d’infraction qui ont été déférés aux tribunaux compétents. Par ailleurs, 168 d’entre eux concernent la hausse des prix.

Regardez aussi

Le Maroc arrive en 3ème position en matière agribusiness en Afrique

Agribusiness: Le Maroc arrive en 3ème position en Afrique

Agribusiness: Le Maroc arrive en 3ème position dans le continent africain. Selon la Banque mondiale, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *