Accueil / Actualités / Actu internationales / Entreprise agricole: La gestion des risques doit être intégrée
image_not_found

Entreprise agricole: La gestion des risques doit être intégrée

La gestion des risques doit être intégrée dans la gestion de l’entreprise agricole.

Toute activité économique est sujette aux risques et l’agriculture n’est pas épargnée. La prévention et l’anticipation des risques contribuent à une meilleure pérennité de l’exploitation agricole et à davantage de sérénité pour l’exploitant.

L’exposition de l’entreprise agricole aux risques n’est plus à démontrer et elle y est de plus en plus confrontée aux risques climatiques, économiques, sanitaires, sécurité des salariés, absence du dirigeant…

Catherine Fitamant, Responsable Conseil, explique dans un article publié sur pleinchamp.com. « Nous sommes davantage habitués à régler les problèmes seulement quand ils se présentent, alors que le risque aurait peut-être pu être évité. Et la prévention est souvent perçue comme une contrainte ou comme un coût supplémentaire, surtout dans un contexte économique difficile ».

L’auteur ajoute que seule une stratégie globale de maîtrise des risques permet de sécuriser et d’assurer la pérennité de l’exploitation. Il s’agit donc, pour l’exploitant, d’une nouvelle fonction qui s’ajoute à celle de gestionnaire, technicien ou manager. La gestion des risques doit être intégrée dans la gestion de l’entreprise et non pas appréhendée de manière ponctuelle.

Il faut mettre en œuvre une démarche. Tous les domaines de l’entreprise doivent être passés en revue, pour ne rien laisser au hasard, insiste la Responsable Conseil précisant que l’exploitant commence par identifier les risques. Pour cela, une approche spécifique peut être définie. Elle s’appuie sur un découpage de l’exploitation, en commençant par l’entreprise et son dirigeant, les risques économiques, sociaux, ceux liés à l’environnement, les risques juridiques jusqu’aux risques liés à l’activité et la production.

Ensuite, poursuit l’auteur, la seconde étape consiste à hiérarchiser les risques listés. Dans chaque domaine, le risque est considéré comme plus ou moins grave quant à ses conséquences et plus ou moins probable dans sa fréquence.

En fonction de cette cartographie, un plan d’actions est établi pour traiter les risques. Plusieurs actions sont possibles : Eviter le risque, par des évolutions structurelles, par exemple, supprimer un risque juridique en faisant évoluer les statuts de la société, réduire le risque par des évolutions organisationnelles, par exemple, en faisant appel à plusieurs fournisseurs, ou en fabriquant soi-même, on réduit le risque d’approvisionnement. Il est également possible de transférer ou partager le risque, en s’assurant contre le risque climatique par exemple Ou enfin, accepter le risque, comme inhérent à l’activité, conclut la Responsable Conseil.

Regardez aussi

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

L’huile de graines de figue de barbarie vaut 1000 dollars le litre sur les marchés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *