×
AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
dimanche 24 septembre 2023
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Le Maroc craint l’impact de la vague de chaleur actuelle sur le secteur agricole
sécheresse agriculture maroc

Le Maroc craint l’impact de la vague de chaleur actuelle sur le secteur agricole

Les vagues de chaleurs sont positives à condition d’être courtes dans la durée.

Après les pluies bien réparties dans l’espace et dans le temps, enregistrées dernièrement au Maroc, la vague de chaleur que connaît actuellement le Royaume inquiète les acteurs du secteur agricole.

Les deux derniers mois, des pluies importantes ont pu donner une lueur d’espoir aux agriculteurs. En effet, L’opinion rappelle que les dernières précipitations ont atteint 90 mm, soit une baisse de 20% par rapport à une année normale, et une hausse de 82% par rapport à la saison précédente. Selon Mohammed Sadiki, le Ministre de l’agriculture, « ces quantités d’eau auront un effet positif sur le rythme des cultures d’automne, des arbres fruitiers et des cultures fourragères, ainsi que sur les retenues des barrages et les réserves d’eaux souterraines ». Les eaux de barrages destinées à des fins agricoles se sont également élevées à 3,23 milliards de mètres cubes, soit un taux de remplissage d’environ 24%, et un taux de déficit de 25% par rapport à la saison précédente.

un taux de remplissage d’environ 24%, et un taux de déficit de 25% par rapport à la saison précédente

Cependant, l’absence de précipitations ces deux dernières semaines et la vague de chaleur exceptionnelle qui souffre sur tout le territoire national, complique la situation. « Cette période de chaleur est à la fois positive et négative », indique Redouane Choukr-Allah, chercheur en agriculture durable et en ressources hydriques. D’après lui, cette vague de chaleur a permis de développer un certain nombre de cultures, surtout le pâturage et tout ce qui est forage. D’un autre côté, le déroulement des phases des cultures, végétative et reproductrice, est lié à la température du végétal ou de l’air qui l’entoure. Une augmentation globale de la température se traduira par des vitesses de développement et des évolutions plus rapides. Toutefois, dans le cas de cultures annuelles, la durée séparant le semis de la récolte s’en trouvera diminuée, entraînant une diminution de la durée de croissance des organes récoltables.

Face à un contexte pluviométrique incertain, la même source indique que le gouvernement a établi la subvention des prix des semences sélectionnées à 389 millions de dirhams, pour sécuriser 1,1 million de quintaux de semences sélectionnées pour les trois principales céréales. À ce jour, la tutelle déclare que les ventes ont atteint 900 000 quintaux, avec des prix subventionnés à 30%, ainsi que des semences de betterave sucrière pour une superficie de 50 000 hectares. Également, le marché national sera approvisionné par près de 650 000 tonnes d’engrais phosphatés, au même prix que la dernière saison.

Par ailleurs, le Ministère de l’agriculture et celui de l’eau procèdent à l’élargissement des points dédiés à l’abreuvement du bétail, selon les besoins des régions. Cependant, « il est temps de penser à introduire des technologies innovantes en termes d’amélioration de la productivité, particulièrement, des céréales, sachant qu’actuellement, la sécheresse est devenue structurelle », recommande M. Choukr-Allah. Dans le même sens, M. Sadiki avait indiqué que les programmes et projets programmés pour l’année 2023 s’articulent notamment sur le choix de systèmes agricoles résilients et efficaces, ainsi que sur l’adoption de technologies d’adaptation par la culture directe.

Regardez aussi

Le Maroc dans le top 15 des pays producteurs oliveraies biologiques

A Guercif, les oliviers touchés par la grêle ne sont pas totalement perdus

Les oliveraies sous protection : Une stratégie agricole résiliente en action. Les oliveraies sous la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.