AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Vers une campagne agricole marocaine 2023/2024 prometteuse ?
Andalousie : la superficie consacrée aux agrumes bio augmente de 10%
L'agriculture marocaine - Ph :DR

Vers une campagne agricole marocaine 2023/2024 prometteuse ?

L’Agriculture Marocaine : Résiliente face aux défis de l’eau.

Malgré les défis persistants, tels que la rareté de l’eau, l’agriculture marocaine continue de démontrer sa résilience exceptionnelle, ouvrant la voie à des perspectives solides pour la saison agricole 2023/2024 et renforçant son rôle clé dans la croissance économique du pays.

Cet optimisme est étayé par le dernier Budget économique exploratoire du Haut-Commissariat au Plan (HCP), qui souligne que la récente amélioration des conditions climatiques bien que tardives, pendant la campagne agricole 2022/2023, après une période relativement sèche, devrait compenser le déficit hydrique et augmenter légèrement les réserves des principaux barrages nationaux.

Selon cette même source, ces conditions devraient bénéficier principalement à la production céréalière, estimée à 55,1 millions de quintaux (Mqx), une augmentation significative de 62% par rapport à la campagne précédente. De plus, elles devraient soutenir le renforcement de la production maraîchère et arboricole, en particulier la production d’agrumes, d’olives et de dattes.

Dans l’ensemble, la valeur ajoutée du secteur agricole devrait augmenter de 6,7% en 2023, après une baisse de 12,9% en 2022, tandis que le secteur primaire devrait enregistrer une croissance de 6,6% après une forte contraction de 12,7% en 2022, selon les données du HCP.

Les enjeux de l’agriculture face à la crise.

Dans un contexte international marqué par de multiples crises, la rareté de l’eau se présente comme l’un des principaux défis pour le secteur agricole au Maroc, un problème exacerbé par la succession d’années de sécheresse récente.

C’est dans cette optique que le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 accorde une place de choix, conformément aux Hautes Orientations Royales, à l’accélération de la mise en œuvre du programme National pour l’Approvisionnement en Eau Potable et l’Irrigation, doté d’une enveloppe budgétaire de 143 milliards de dirhams (MMDH) sur la période 2020-2027.

Selon la note d’orientation du projet, émise par le Chef du gouvernement aux ministères concernés, une approche multidimensionnelle axée sur la rationalisation de l’utilisation de l’eau et la gestion optimale de la demande sera mise en œuvre pour relever les défis actuels et futurs liés à cette problématique. Cela inclut des projets tels que l’interconnexion des bassins hydrauliques de Sebou et Bouregreg, l’augmentation de la capacité de stockage d’eau douce à travers la construction de barrages, et le développement de l’utilisation des eaux non conventionnelles via la désalinisation de l’eau de mer et la réutilisation des eaux usées traitées. L’approvisionnement en eau potable des zones rurales sera également renforcé.

De plus, des mesures visant à soutenir les matières premières agricoles et l’alimentation du bétail et de la volaille seront renforcées, en parallèle au développement des filières de production et de distribution dans le cadre de la stratégie « Génération Green ».

« Génération Green », la ligne directrice.

Conçue conformément aux orientations royales pour la mise en œuvre de plans stratégiques sectoriels de nouvelle génération, la stratégie « Génération Green 2020-2030 » représente le fer de lance d’une agriculture plus performante, durable et résiliente face aux changements climatiques.

Cette stratégie vise à garantir la pérennité du secteur agricole et à poursuivre sa dynamique de développement, avec pour objectif le doublement du PIB agricole pour atteindre 200 à 250 MMDH d’ici 2030, ainsi que le renforcement des exportations (50 à 60 MMDH).

Pour atteindre ces objectifs, l’accent est mis sur le développement et la consolidation des filières agricoles, avec une attention particulière à l’amont agricole et une réaffectation des efforts vers l’aval.

Dans ce contexte, le gouvernement continuera de mettre en œuvre cette stratégie en 2024, en veillant à concrétiser les engagements pris dans les 19 contrats-programmes signés en début d’année, représentant plus de 110 MMDH d’allocations, dont 42 MMDH sous forme de participation de l’État.

Ces contrats-programmes ont été élaborés en consultation avec les fédérations interprofessionnelles concernées, fixant des objectifs et des indicateurs de développement pour chaque filière d’ici 2030. Ils englobent 4 filières animales (lait, viandes rouges, aviculture et apiculture) et 15 filières végétales (oléiculture, arboriculture, agrumes, palmier dattier, céréales et légumineuses, cultures sucrières, oléagineux, maraîchage, arganier, semences, filière biologique, fruits rouges, safran, riz et rose à parfum).

Soutenues par les données du HCP, les perspectives positives pour la saison agricole 2023/2024 ne sont pas le fruit du hasard. Elles résultent d’une stratégie ambitieuse, d’une volonté inébranlable et d’un travail acharné, des éléments clés sur lesquels le Maroc compte pour promouvoir son secteur agricole et renforcer sa souveraineté alimentaire tout en faisant face aux défis climatiques.

La technologie comme booster.

Enfin, il est à noter que la technologie a joué un rôle crucial dans la modernisation de l’agriculture en permettant une gestion plus efficace de l’eau, un élément essentiel pour la croissance des cultures.

Grâce à des systèmes d’irrigation de pointe, des capteurs intelligents et des logiciels de gestion de l’eau, les agriculteurs peuvent désormais surveiller de près les besoins en eau de leurs cultures et ajuster les apports en conséquence.

Cette approche précise et rationalisée de l’irrigation contribue à réduire considérablement le gaspillage d’eau tout en optimisant la productivité agricole. De plus, les avancées technologiques permettent également d’améliorer la résilience des cultures face aux conditions météorologiques changeantes, ce qui, à son tour, favorise une production agricole plus durable et efficace, tout en utilisant moins de ressources naturelles. De quoi rendre l’agriculture marocaine optimiste face aux défis qui la challengent.

Partager

Regardez aussi

Salade nettoyage par ultrasons pourrait réduire les cas intoxication alimentaire

Salade : le nettoyage par ultrasons pourrait réduire les cas d’intoxication alimentaire

Le nettoyage par ultrasons de la salade pourrait réduire les cas d’intoxication alimentaire. Une nouvelle …

Un commentaire

  1. mercie pour tous les experts et rechercheur dans le secteur de developement envirimentale.je cherche des fiche technique concernent la qualite de produit dans la station de conditionnement produit agricole agrumes ,mairichaire ,fruit ornementales etc et mercie d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *