AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Comment un agriculteur palestinien est devenu le premier à planter du safran
Safran : l'Afrique du Sud en passe de devenir un acteur majeur du marché
Photo illustration : DR

Comment un agriculteur palestinien est devenu le premier à planter du safran

Jaber Bani Taha, un Palestinien basé à Naplouse, a réussi à laisser une marque dans la culture du safran en étant le premier agriculteur à avoir planté du safran en Cisjordanie.

« J’ai eu l’idée de cultiver du safran en 2012 lorsque j’ai regardé un certain nombre de films documentaires qui montraient ses bienfaits pour la santé des gens », a déclaré l’agriculteur de 46 ans à Xinhua.

Cependant, « c’était alors un fantasme pour moi », a-t-il déclaré. Les Palestiniens n’avaient pas de bulbes de safran, l’une des épices les plus chères au monde, et n’avaient aucune expérience dans sa culture. « J’ai décidé de prendre l’affaire en main et de faire la toute première percée dans la plantation d’épices aussi chères et uniques », se souvient-il.

Il a fallu des années à l’agriculteur appauvri pour pouvoir acheter les bulbes de safran à l’étranger, et il a dû économiser plus d’argent pour poursuivre son projet de culture.

Quatre ans plus tard, l’homme d’âge moyen a postulé à un projet financé par l’organisation non gouvernementale Agricultural Relief, qui lui a permis d’importer 17 000 bulbes des Pays-Bas.

L’agriculteur palestinien Jaber Bani Taha récolte des fleurs de safran dans sa ferme de la ville cisjordanienne de Naplouse, le 2 décembre 2022. (Photo par Ayman Nobani/Xinhua)

« Chaque bulbe a produit cinq bulbes et je les ai cultivés aussi », a-t-il expliqué, disant qu’il a continué à cultiver tous les bulbes produits pendant trois ans pour récolter plus de safran qui serait suffisant pour les vendre.

« Chaque année, le nombre de bulbes augmente et double la production, maintenant chacun de mes bulbes peut produire environ 20 à 25 bulbes », a-t-il déclaré.

Après sept ans de travail acharné, le villageois a réalisé des bénéfices en commençant à vendre son produit à base de safran sur le marché local et à gagner de l’argent qui l’aide à maintenir sa famille à flot.

« J’ai récolté environ 500 grammes de safran en 2022 et je vends chaque gramme de safran pour 10 dollars américains. Cela me suffit car j’ai un autre travail », a-t-il déclaré en souriant.

Inspirés par son succès, de nombreux habitants de Cisjordanie veulent également cultiver du safran, mais n’ont pas les moyens de se le permettre.

Il a donc lancé un programme en fournissant des bulbes aux résidents locaux et en les éduquant sur la façon de cultiver le safran. Ghada Mohammed, une femme de 39 ans, était parmi douze autres villageois à planter du safran dans leurs cours. « Au départ, j’étais sceptique quant à la faisabilité de cultiver ce type d’épice à la maison, d’autant plus qu’elle nécessite des soins particuliers et qu’elle est considérée comme très chère dans le monde », a-t-elle déclaré.

Bani Taha et la jeune femme espèrent promouvoir les techniques de plantation du safran dans leur communauté afin d’offrir aux gens une nouvelle source de revenus.

Partager

Regardez aussi

M. Sadiki ministre agriculture 2022

Sadiki mène plusieurs entretiens autour de la coopération agricole en Afrique

La coopération dans le domaine agricole au centre d’entretiens entre M. Sadiki et plusieurs de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *