Accueil / Actualités / Actu internationales / France: Hécatombe d’abeilles en pollinisant un champ de colza

France: Hécatombe d’abeilles en pollinisant un champ de colza

Un apiculteur bio perd 2 millions d’abeilles à cause d’un pesticide en France.

Nicolas Puech, un producteur de miel bio en France  a perdu 24 ruches sur 75, soit quasiment deux millions d’abeilles mortes en prêtant ses abeilles à un agriculteur pour polliniser son champ de colza.

Le préjudice a été estimé par une experte à près de 28 000 euros.  L’agriculteur avait sollicité Nicolas pour polliniser son champ de colza. Il se décide quelques jours après d’effectuer un traitement phytosanitaire à base d’une association de trois matières actives : le fluxapyroxad, la pyraclostrobine et l’époxiconazole. Induisant ainsi le massacre de près de 2 millions d’abeilles.

Nicolas a raconté son affaire sur les réseaux sociaux et depuis, elle fait le buzz avec quasiment 70 000 partages à ce jour du post sur les réseaux sociaux. « On ne s’y attendait pas du tout ! » raconte le producteur de miel. « Au début on a eu le côté négatif, de tous les agriculteurs qui pensaient qu’on les mettait directement en cause. Alors que ce n’est pas eux qu’on vise, c’est le gouvernement et les laboratoires qui distribuent ces produits chimiques, les agriculteurs ne font que subir la chose. Mais après on a eu énormément de soutiens, même au niveau international : Québec, Maroc, Espagne, Italie…« .

Nicolas Puech a perdu un tiers de ses ruches, sa saison est ratée. L’apiculteur veut désormais créer une campagne de sensibilisation, avec une exposition itinérante d’un « rucher mort« , pour une prise de conscience générale et a également lancé une cagnotte pour se relancer.

Regardez aussi

Tétouan : une formation sur la fabrication de cuiseurs solaires au profit des agriculteurs

Ouarzazate : des formations au profit des agriculteurs

Ouarzazate : des formations au profit des agriculteurs de la commune de Siroua. Plusieurs sessions …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *