Accueil / Actualités / Cultures / Une campagne céréalière très moyenne…
Une campagne céréalière très moyenne...
Une campagne céréalière très moyenne... (photo: DR)

Une campagne céréalière très moyenne…

Les céréaliculteurs marocains n’ont pas le moral au beau fixe et préviennent déjà d’une campagne moyenne au regard des pluies tardives, ils sont inquiets mais tout reste encore possible. Si la campagne agricole 2014-2015 a été exceptionnelle, celle de 2015-2016 démarre péniblement. La présence d’un anticyclone empêche les précipitations. Le cumul pluviométrique est en déficit par rapport à la normale et la répartition spatiale de la pluviométrie est défavorable à la campagne agricole d’après les sources de nos confrères “Médias24″.

Campagne céréalière moyenne prévisible en raison des pluies tardives.

Novembre et décembre des mois décisifs

Au Maroc, les pluies de novembre et décembre sont décisives pour la campagne agricole et notamment pour les céréales. La céréaliculture constitue la principale activité au niveau de la campagne marocaine. Cette dernière représente 80% des terres agricoles et environ 80% des exploitations ou main d’œuvre agricole. Son poids reste donc dominant. La pluie serait attendue, selon les prévisions météo, pour le mercredi 2 décembre. A l’inverse l’an passé, à cette même période les régions avaient connues de fortes précipitations. Le déficit pluviométrique actuel est donc constaté au regard de l’an passé mais aussi au regard de la normale.

A fin novembre 2015, le cumul se chiffre respectivement à: 89 ml sur la région Est, notamment à Meknès, 50ml à Casablanca, 45ml à Oujda, 75ml à Settat et pour finir 28ml à Beni-Mellal. Le cumul pluviométrique normal pour la même période sur ces mêmes villes se chiffre respectivement à 129ml, 70,9ml, 78ml, 110ml et 89 ml.

Les craintes et les actions

Pour M. Ouayach, président de la Comader, Confédération Marocaine de l’Agriculture et du Développement Rural. La campagne agricole 2015-2016 s’avère donc d’ores et déjà moyenne. La vigilance et la préoccupation sont évidemment partagées par le ministère de tutelle. Par ailleurs, l’apparition de foyers de fièvre aphteuse chez le cheptel a également engendré les inquiétudes, mais l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), a su réagir au mieux, d’ailleurs et dès le 11 novembre dernier, l’office a lancé à partir de la province d’El Jadida l’opération de vaccination de rappel des bovins contre la fièvre aphteuse, qui sera généralisée sur tout le territoire national par la suite. Les mesures préventives de l’ONSSA ont permis de maîtriser la maladie d’une manière rapide et efficace.

Regardez aussi

Une nouvelle maladie de la pomme de terre découverte en Chine

Une nouvelle maladie de la pomme de terre découverte en Chine

Des scientifiques ont découvert une nouvelle maladie de la pomme de terre en Chine. Les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *