Accueil / Actualités / Actu Maroc / Khouribga : Trafic de la farine subventionnée
image_not_found

Khouribga : Trafic de la farine subventionnée

Trafic de la farine subventionnée dans des entrepôts clandestins.

Deux personnes impliquées dans un circuit de fraude de la farine subventionnée ont été arrêté par les services de la gendarmerie nationale. Plusieurs entrepôts clandestins servaient à réemballer ce produit dans des caisses ordinaires pour les revendre à des boulangeries populaires.

Les enquêtes de commissions mixtes ont révélé l’existence de fraude dans la farine nationale de blé tendre (FN BT) subventionnée par l’Etat. Les entrepôts de stockage saisis servaient à changer les caisses de la farine subventionnée par des caisses ordinaires pour les revendre à des prix élevés dans les souks et les grandes villes.

Selon le360, les services de la gendarmerie nationale ont arrêté deux suspects qui trafiquaient dans la commercialisation de ce produit. L’existence de failles dans les étapes d’importation, de stockage et de vente en gros du blé tendre a poussé les lobbys de la farine à verser dans une vaste fraude. Les équipes d’inspection ont découvert que les trafiquants utilisaient des caisses de 25 kg à la place de celles de 50 kg, de couleur verte, réservées à la farine subventionnée. Une astuce qui sert à les transporter facilement et à détourner l’attention des services de contrôle.

Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du lundi 7 janvier, que ces rapports révèlent l’existence de plusieurs entrepôts clandestins, dont certains ont été saisis dans la région de Khouribga. Les mêmes sources indiquent que depuis l’instauration de la subvention de la farine dans les années 80, la fraude n’a jamais cessé. Pourtant, les gouvernements successifs ont pris plusieurs mesures pour contrôler la distribution de ce produit. Ils ont même adopté un système de «délimitation des positions» pour contrôler les itinéraires des camions tout en faisant appel au système informatique des communes bénéficiaires de cette subvention. Ce produit, destiné aux familles marocaines les plus démunies situées dans des zones éloignées, tombe souvent entre les mains des lobbys de la farine. Il est alors réemballé et vendu aux boulangeries «populaires» des villes qui les mélangent avec le curcuma et le son de pain. Le prix du kg passe alors de 1,82 dirham le kg à 2,5 et souvent à 3 dirhams selon l’offre et la demande.

La quantité de blé tendre réservée à la production de la farine nationale s’élève 8,5 millions de quintaux et risque de n’atteindre que 6, 5 tonnes cette année. Mais il s’est avéré, depuis longtemps, qu’elle n’est pas transformée en totalité en farine subventionnée. Ce qui explique que plusieurs régions bénéficiaires ne reçoivent pas la quantité qui leur est réservée. Les autorités locales se dépêchent alors d’aviser l’administration centrale qui diligente des enquêtes pour connaitre les causes de l’absence de ce produit dans les points de vente des régions rurales.

Avec le360

Regardez aussi

sécheresse agriculture maroc

Réhabilitation des terres dégradées du Maroc jusqu’au Sahel

Réhabilitation des terres dégradées du Maroc jusqu’au Sahel. Sous une serre, de frêles plants d’acacias, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *