Accueil / Technique / Tout savoir sur l’orange (marché mondial, pays producteurs …)
Espagne lance une alerte contre les oranges Égypte pour excès de pesticides

Tout savoir sur l’orange (marché mondial, pays producteurs …)

Marché mondial : l’orange

Cette année, la saison des oranges a vu différents pays producteurs se disputer les places sur les marchés d’exportation, en raison d’un chevauchement important des saisons, notamment entre les saisons espagnole et sud-africaine sur les marchés européens. En Chine, les oranges australiennes semblent perdre du terrain au profit des produits sud-africains, du fait de problèmes de relations commerciales qui retardent les fruits dans les ports.

Pays-Bas : chevauchement des oranges espagnoles et d’outre-mer

Cette semaine, les premières oranges Navelina espagnoles devraient arriver aux Pays-Bas. « Il reste actuellement beaucoup d’oranges d’Afrique du Sud, mais aussi d’Argentine et du Pérou sur le marché », indique un importateur néerlandais. « Les prix de ces produits se situent entre 11 et 13 euros. »

Allemagne : la saison sud-africaine domine le marché

Sur le marché allemand, les oranges sanguines d’Australie ont été vendues à 3,50 euros le kg cette saison. Les oranges italiennes de la variété Navelina étaient disponibles uniquement en très petites quantités. Par ailleurs, les lots sud-africains ont dominé le marché, avec des prix pour la plupart inférieurs au niveau de l’année précédente. Deux grossistes de différentes régions du nord de l’Allemagne ont déclaré vendre principalement des oranges d’Afrique du Sud pour la production de jus. La qualité, cependant, est plutôt médiocre par rapport aux produits espagnols.

Un autre grossiste du nord de l’Allemagne vend également des oranges de Colombie et du Pérou. Un ajustement des prix a dû être effectué en conséquence, compte tenu des frais de transport et de livraison élevés. Ce dernier a également déclaré que la demande d’oranges diminuait lentement. Le début de la saison espagnole, au cours de la semaine civile 44, viendra alors remplacer la saison sud-africaine actuellement dominante.

Italie : des prévisions pour une campagne d’agrumes caractérisée par de plus petits volumes et de plus gros calibres de fruits

La campagne d’agrumes italienne 2021/22 n’a pas encore commencé. En Sicile, des dégâts dus aux intempéries ont été constatés dans la plaine de Catane. Une baisse de la production d’au moins 30 % est attendue. Ailleurs, dans les Pouilles, pour certaines variétés d’agrumes, les pertes pourraient atteindre 60 % en raison des gelées du printemps. Les plantes ont moins de fruits et ceux-ci sont donc plus gros dans l’ensemble. Parmi les défis de la campagne agrumicole italienne, citons : le manque de main-d’œuvre, l’augmentation des coûts des plastiques et des emballages, et la hausse des coûts énergétiques. La campagne sicilienne commencera par les oranges blondes en novembre. Début décembre commencera la récolte des oranges sanguines, dont la saison se poursuivra, grâce aux variétés tardives, jusqu’à l’été 2022.

Selon les chiffres, au cours de la dernière année se terminant en septembre 2021, 76,2 % des familles italiennes ont acheté au moins une fois des oranges, avec une diminution de 2,7 points par rapport au record de 2020 qui avait enregistré 78,9 %. La fréquence à laquelle les familles italiennes achètent des oranges est assez régulière et stable dans le temps et égale à une moyenne de 10,2 actes au cours de la dernière année. La dépense moyenne par achat d’oranges est de 2,95 € (une légère baisse par rapport à l’année dernière), pour une quantité moyenne par achat assez élevée et égale à 2,24 kg. En Italie, 4,7 millions de familles (soit 23,5 % du total des acheteurs d’oranges) ont acheté des oranges biologiques au cours des 12 derniers mois se terminant en septembre 2021.

Espagne : des prix bas en raison du chevauchement avec la saison sud-africaine

La saison espagnole des oranges commence actuellement avec les premières Navelinas. Les oranges seront les agrumes les plus produits, représentant 52 % de la production totale d’agrumes cette saison. Les volumes seront supérieurs de 0,4 % cette saison, avec une prévision de 3 511 099 tonnes.

Bien que les oranges espagnoles soient déjà en train d’être récoltées, les opérations sont encore très calmes sur les marchés européens où les détaillants achètent actuellement des volumes d’oranges Navelina beaucoup plus faibles que l’année dernière et aussi à un prix beaucoup plus bas que d’habitude en raison des stocks élevés qui restent de l’hémisphère sud, principalement d’Afrique du Sud. Les détaillants et importateurs européens ont constitué des stocks d’oranges d’Afrique du Sud et les ont entreposés. En raison des retards importants dans les arrivées d’Afrique du Sud, on observe un chevauchement important avec les oranges espagnoles qui pourraient prendre jusqu’à 3 semaines de plus que d’habitude. En ce moment, les prix des oranges sur le terrain s’élèvent à une moyenne de 0,15 €/kg, alors que l’année dernière à la même époque, ils étaient environ le double. Dans le même temps, les coûts de production tels que l’électricité, les engrais, les matériaux d’emballage et le carburant ont considérablement augmenté.

L’actuel accord commercial de l’UE avec l’Afrique du Sud -en vigueur depuis juin 2016-, et qui sera révisé cette année, permet aux oranges sud-africaines d’entrer sur les marchés européens du 1er juin au 30 novembre (auparavant c’était jusqu’au 15 octobre), avec une réduction progressive des tarifs d’entrée qui, en 2025, disparaîtront définitivement. Les organisations de producteurs affirment que l’impact sur le secteur agrumicole espagnol -et européen- de l’application de ce point spécifique de l’accord entraîne des conséquences très négatives, tant d’un point de vue économique que phytosanitaire. Elles demandent de réduire à nouveau la période d’importation et de rétablir les droits de douane sur les importations dès le 15 octobre.

Afrique du Sud : le déploiement des vaccins réduit la demande d’oranges riches en vitamine C

Les vergers d’orangers sont actuellement au stade de la nouaison dans les régions de culture du nord. La floraison a été bonne, ce qui pourrait se traduire par des nouaisons abondantes, mais il est encore très tôt dans la nouvelle saison. Les dernières Valencias de cette saison sont en train d’être emballées dans la province de Western Cape.

La saison des oranges a été très différente de l’excellente campagne de l’année dernière. La fenêtre de commercialisation plus courte due à la présence prolongée de l’Égypte sur le marché et à une économie mondiale sous pression a rendu la saison très difficile pour l’Afrique du Sud. Pour les Valencias, on estime que 55,1 millions de cartons ont été exportés. A la fin de la semaine 41, 54,7 millions de cartons étaient emballés. Pour les Navels, on estime que 27,2 millions de cartons de 15 kg ont été expédiés cette saison.

L’année dernière, la saison des oranges de l’hémisphère nord s’est terminée prématurément. Le marché était vraiment à court d’oranges, ce qui a été le principal moteur de l’excellente campagne d’oranges de 2020. Cette année, ces marchés étaient saturés. Les producteurs sud-africains ont été pris par surprise par la longueur de la campagne égyptienne de Valencia. Selon les spécialistes du marketing, l’Égypte est restée sur le marché pendant une bonne partie des mois de juillet et d’août, ce qui a raccourci la fenêtre de commercialisation de l’Afrique du Sud de près de six semaines.

La logistique a représenté une contrainte majeure qui a retardé la chaîne d’approvisionnement de deux à quatre semaines.

La consommation et les ventes d’oranges n’ont pas été aussi fortes l’année dernière. La vague de consommation de vitamine C et d’agrumes est terminée, selon les spécialistes du marketing, tandis que le déploiement du vaccin rassure les consommateurs.

Chine : baisse des importations d’oranges australiennes en Chine

Bien que la Chine ait sa propre production nationale d’oranges, la récolte de l’orange China Gannan n’a pas encore commencé.

Pour le marché des oranges d’importation cette année, l’Afrique du Sud et le Pérou ont produit des rendements élevés qui ont conduit à une augmentation de leur volume. En effet, le volume global des arrivages a été supérieur à celui de la même période l’année dernière. Cela a également eu un certain impact sur l’importation d’oranges australiennes. Certaines entreprises ayant l’habitude d’importer des oranges australiennes se sont tournées vers les oranges sud-africaines. « En plus de la congestion portuaire causée par la limitation de la capacité mondiale, les douanes chinoises appliquent une inspection intégrale des fruits australiens. Il faut compter environ dix jours pour passer l’inspection et le processus de quarantaine, tels que la désinfection et la stérilisation. Par conséquent, le délai d’entrée sur le marché des conteneurs en provenance d’Australie accuse un sérieux retard. Il y a deux mois, nous avons commandé un lot d’oranges australiennes à leur lieu d’origine, mais ce lot est toujours dans le port. Cependant, d’un autre côté, l’arrivée lente des conteneurs a également entraîné la circulation des fruits et des prix sur le marché. Cela a un certain effet stabilisateur. Mais globalement, les ventes d’oranges australiennes sur le marché chinois cette saison ne sont pas très bonnes. »

Amérique du Nord : production en baisse et prix en hausse pour les oranges d’Amérique du Nord

Bien que l’offre d’oranges soit généralement forte, dans l’ensemble, les volumes semblent être plus faibles cette année aux États-Unis.

« Nous travaillons actuellement sur nos oranges de début de saison – nous avons trois variétés en début de saison, c’est-à-dire d’octobre à décembre. Nous avons les variétés Hamlin, Early Gold et Parson Brown », explique un producteur basé en Floride. « Nous avons eu un temps magnifique, donc je ne vois rien qui puisse nous empêcher d’avoir une bonne saison en Floride. »

Le producteur produit actuellement principalement des oranges pour les clients de machines à jus ainsi que quelques produits ensachés pour les jus en magasin. Étant donné que le niveau de Brix requis pour la production de jus est de 10+, le producteur utilise actuellement une orange Early Gold pour répondre à cette demande.

Au niveau national, la Floride a une récolte plus courte cette saison. « La saison des Valencia se termine actuellement en Californie. Elles sont encore présentes sur certains marchés. Mais elle se termine un peu plus tôt que par le passé », dit-il. En outre, à la suite du gel survenu au Texas au début de l’année 2021, on s’attend à ce qu’il y ait moins de volume en provenance de cet État. En ce qui concerne les importations, les oranges Midnight arrivent également d’Afrique du Sud et les importations sud-américaines sont apparemment plus élevées cette année.

Du point de vue de la demande, il semble que la saison soit plus forte, notamment en raison de la gelée au Texas. « Nous constatons que la demande est plus forte dans le Midwest – elle est arrivée un peu plus tôt cette année que l’année dernière. Le Nord-Est et le Sud-Est ont reçu à peu près la même quantité que l’année dernière », dit-il.

Toutefois, la demande est également forte à l’échelle mondiale. « La demande d’oranges est plus forte dans le monde entier en ce moment », dit-il. « Le Brésil, la Californie et le Mexique sont tous en baisse. La Floride a une récolte plus courte et le Texas a subi le gel. »

Tout cela fait que les prix sont légèrement en hausse par rapport à l’année dernière.

Les prévisions initiales pour 2021-22 concernant les oranges navel de Californie sont de 70,0 millions de cartons, soit une baisse de 14 % par rapport à l’année précédente, selon les résultats de l’enquête sur les mesures objectives (O.M.) des oranges navel de 2021-22 menée du 15 juin au 1er septembre 2021.

Selon un producteur-expéditeur basé en Californie, les facteurs contribuant à la diminution des perspectives de récolte englobent la chaleur estivale excessive et la sécheresse. « Vu la façon dont la récolte navel s’est emballée l’année dernière, nous avions pas mal de fruits sur l’arbre pendant la période de floraison. Lorsque vous avez une charge de fruits sur l’arbre et que celui-ci essaie de fleurir, vous avez tendance à ne pas réussir à retenir la nouvelle floraison. »

Les producteurs prévoient une bonne croissance des fruits – le rapport indique que le nombre d’arbres est inférieur de 25 % et que les fruits devraient croître avec la pluie et l’irrigation.

Dans le même temps, la récolte devrait répondre à une forte demande, bien que les importations retenues, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et les retards dans les ports puissent avoir une incidence sur cette demande.

Sur le marché intérieur, d’autres agrumes, comme les mandarines de Californie, semblent également avoir une récolte plus faible cette saison, ce qui signifie qu’ils ne compenseront pas la baisse des nombrils. Les prix seront également probablement en hausse.

Australie : nouvelles opportunités pour les exportateurs d’oranges australiens

Davantage de producteurs d’oranges australiens pourraient avoir la possibilité d’exporter vers les États-Unis, suite à l’annonce récente que le ministère de l’agriculture des États-Unis allait réviser les exigences relatives à l’importation d’agrumes frais en provenance du Queensland, de l’intérieur de la Nouvelle-Galles du Sud et de l’Australie occidentale. Jusqu’à présent, les agrumes ne pouvaient être exportés vers les États-Unis qu’à partir de la Riverina de NSW, de la Riverland de SA et de la région Sunraysia de Victoria/NSW. Nathan Hancock, PDG de Citrus Australia, déclare : « Les producteurs cherchent à diversifier leurs marchés d’exportation à mesure que les nouvelles plantations entrent en pleine production, c’est donc une bonne nouvelle. Les États-Unis ont toujours été un marché très fort pour les exportations de nos régions du sud-est et nous pensons qu’il existe de bonnes opportunités pour les fruits d’autres régions. » Il a précisé que, bien que la décision ait été annoncée en août, le début des échanges dépend de l’accord entre les gouvernements sur un plan de travail opérationnel, qui est toujours en cours de discussion.

Pendant ce temps, un importateur chinois a noté que les oranges australiennes ne se portaient pas aussi bien que les années précédentes sur le marché chinois : « La qualité du produit des oranges australiennes n’est pas excellente cette année. Et pour couronner le tout, les relations commerciales entre la Chine et l’Australie ne sont pas au beau fixe. De nombreux importateurs chinois hésitent à importer des oranges d’Australie cette saison. Le volume des importations est beaucoup plus faible que les années précédentes. »

Freshplaza

Regardez aussi

Feu Bactérien sur Framboisier

Feu Bactérien sur Framboisier

Feu Bactérien sur Framboisier au Maroc Le feu bactérien est une maladie très connue pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *