Accueil / Actualités / Actu internationales / Stress hydrique: la bonne gestion des ressources au Sahara marocain
Dakhla agriculture attire les investisseurs nationaux et internationaux

Stress hydrique: la bonne gestion des ressources au Sahara marocain

Stress hydrique: la bonne gestion des ressources au Sahara marocain mise en exergue à la télévision nationale panaméenne.

Les efforts déployés par le Maroc pour mitiger les effets du stress hydrique qui caractérise le climat des provinces du Sud et pour transformer cette région en véritable hub économique, ont été mis en exergue, jeudi, par la chaîne de télévision nationale du Panama SER TV, en marge d’un cycle de cinéma international marqué par la projection du documentaire marocain: « Sahara: Contes d’eau et d’espérance» signé Khadija Falahi.

Durant la célèbre émission matinale «El matutino», l’ambassadeur du Maroc au Panama, Oumama Aouad, a passé en revue les politiques publiques mises en œuvre, à la faveur d’investissements colossaux, depuis la récupération du Sahara marocain, « marquant ainsi un avant et un après 1975».

«Les efforts consentis par les autorités ont permis de transformer et d’améliorer la vie des habitants du Sahara grâce, entre autres, à une bonne gestion des ressources hydriques et une meilleure distribution de l’eau », a-elle-expliqué.

Selon un communiqué de la représentation diplomatique marocaine, Mme Aouad a cité parmi les grands ouvrages réalisés au Sahara, les méga-projets de dessalement de l’eau de mer dans les régions de Laâyoune et de Dakhla-Oued Eddahab, qui constituent des projets structurants.

«Ces usines, considérées comme les stations les plus importantes au monde dans le domaine de dessalement d’eau, permettront une meilleure alimentation en eau potable pour la consommation, ainsi que l’irrigation des terres agricoles », a ajouté la diplomate.

L’entretien télévisé auquel a été convié l’ambassadeur du Maroc s’inscrit, indique-t-on, dans le cadre de la participation du Royaume à un cycle de cinéma international, organisé par le département de la Diplomatie culturelle du ministère des Relations extérieures panaméen. L’évènement est placé sous le thème: «Changement climatique : l’espoir du changement ».

A l’affiche de cycle figure notamment le documentaire: « Sahara: Contes d’eau et d’espérance» réalisé par Khadija Falahi, et sous-titré en espagnol. Il est à l’affiche ce vendredi 8 ainsi que le 18 octobre courant, dans l’enceinte de l’amphithéâtre du ministère panaméen des Affaires étrangères.

Cette œuvre offre au public panaméen l’occasion de saisir toute l’importance des mesures entreprises par le Maroc pour transformer le désert saharien en une région fertile et en plein essor.

Durant l’entretien accordé à la télévision panaméenne, conduit par le journaliste Angel Sierra Ayarza, Mme Aouad était accompagnée de Francisco Marquez, responsable du département de Diplomatie culturelle de la chancellerie panaméenne. Ce dernier a précisé que le cycle de cinéma international est l’occasion pour le public de mieux connaître les réponses apportées par les pays invités aux questions environnementales, dans une perspective de dialogue interculturel.

Invitant les téléspectateurs à assister aux projections du documentaire: «Sahara: Contes d’eau et d’espérance», l’animateur de l’émission les a appelé à en profiter pour découvrir les traditions du désert du Maroc qu’il a qualifié de «beau et grand pays réputé pour son rayonnement culturel».

MAP

Regardez aussi

agriculture-maroc

Génération Green : objectif 350 000 emplois

L’emploi comme priorité, 350 000 emplois agricoles visés. Le gouvernement prévoit, dans son programme au …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *