Accueil / Actualités / Actu Maroc / Innovations au profit de la population rurale exposées au SIAM
image_not_found

Innovations au profit de la population rurale exposées au SIAM

SIAM 2018: « COMPOM », une initiative estudiantine pour promouvoir les produits du terroir.

Le Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) constitue une opportunité pour s’informer des efforts soutenus que déploie le gouvernement en faveur du développement de l’agriculture nationale, mais se veut aussi une occasion propice pour s’informer des initiatives parallèles et non-officielles qui tendent vers le même but, à l’instar de l’initiative de jeunes « ComPom ».

La première chose qui attire le regard des visiteurs à l’entrée du « Pôle Nature et Vie » est un groupe de jeunes étudiantes de l’Ecole Hassania des travaux publics en train d’expliquer aux visiteurs le contenu de boites jaunes exposées dans leur stand.

En écoutant leurs explications, le visiteur comprend que les petites boîtes contiennent des compotes de pommes à faible valeur calorique, idéales pour les nourrissons, les personnes qui suivent un régime amincissant et les diabétiques.

Mais ce que le visiteur ne saisit toujours pas, c’est comment des étudiantes d’une prestigieuse école d’ingénierie, ayant choisi les travaux publics pour spécialité, se retrouvent-elles dans un salon d’agriculture sans aucun rapport avec leur études en train de vendre des compotes de pommes !

Dans une déclaration à la MAP, la présidente de la branche de l’association Enactus au sein de l’Ecole Hassania à Casablanca, Fatima Zehra Aghrarouch, a indiqué qu’elle participait cette année au SIAM pour exposer les projets de son association estudiantine dont le réseau s’étend à 36 pays, et ce en vue de promouvoir l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes.

Concernant les boîtes de compotes de pommes qui suscitent la curiosité des visiteurs, la jeune étudiante a expliqué que l’idée de la « ComPom » leur est venue lorsque son association a visité le village de M’semrir (province de Tinghir) où les membres de l’association ont pu constater que 40% de la récolte de pommes dans la région était gaspillée, alors que le manque d’employabilité était particulièrement flagrant chez les femmes du village.

C’est ainsi que l’association a eu l’idée de lancer un projet pour aider les femmes de la région à assurer un revenu mensuel tout en mettant fin au gaspillage de la récolte de pommes.

La jeune Aghrarouch a fait observer que ce sont les femmes elles-mêmes qui se chargent de préparer et de commercialiser ce produit, notant qu’il s’agit d’une compote bio sans aucun produit conservateur.

Tous le bénéfices générés par cette activité, que ce soit auprès des épiceries locales ou lors des grands salons comme le SIAM, reviennent directement au femmes de M’semrir, tandis qu’Enactus se charge de la commercialisation et de la promotion du produit.

L’esprit de créativité et d’initiative de ces étudiantes ne connaît aucune limite et émane d’une sincère volonté à aider autrui, a fait remarquer Fatima zahra, soulignant l’importance du rôle positif que jouent les membre d’Enactus dans la société.

Cette association, a-t-elle poursuivi, ne se contente pas du projet « ComPom », mais se penche sur d’autres initiatives visant à améliorer le niveau de vie de la population rurale.

Parmi ces projets, figurent celui de « Mistomar », une chambre froide écologique qui n’a pas besoin d’un apport énergétique externe et qui permet le stockage et le conditionnement des produits agricoles, précise la présidente d’Enactus Ehtp.

« Nous avons également un autre projet, en l’occurrence « Dif’aa » (chaleur en arabe), qui est un dispositif de chauffage en argile, économique et écologique, a-t-elle ajouté.

Toutes ces initiatives attirent l’attention des visiteurs de ce stand qui viennent découvrir les réalisations de ces jeunes étudiants qui, malgré un emploi du temps chargé au niveau de leurs études, ont réussi à contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population rurale en mettant en valeur certains produits agricoles marocains.

Regardez aussi

Stress hydrique ABH Bouregreg-Chaouia met les bouchées doubles

Stress hydrique : l’ABH Bouregreg-Chaouia met les bouchées doubles

L’ABH du Bouregreg et de la Chaouia met les bouchées doubles dans la lutte contre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *