×
AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
dimanche 25 septembre 2022
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Polémique autour de l’appellation melon charentais
melons charentais jaunes bio

Polémique autour de l’appellation melon charentais

En France, les producteurs réclament le changement de nom du melon charentais dont le vert est produit au Maroc et en Espagne.

Les producteurs français demandent un changement de nom pour les melons verts de Charente produits au Maroc et en Espagne, au motif qu’il s’agit du nom du cultivar plutôt que du pays d’origine.

En effet, invoquant des abus de langage pour l’intitulé melon ‘’charentais’’, qui est un héritage de l’époque royale, certains producteurs en réclament la suppression.

De mémoire, selon l’association interprofessionnelle du melon (AIM), située à Bordeaux, qui se confiait à franceinfo, la Charente, qui devient productrice de melon à l’époque de Louis XIV, était reconnue comme l’une des régions productrices les plus importantes. Un tel succès, ajoute-elle, permis aux Charentais d’apposer leur désignation sur la variété de melon la plus consommée, d’où le melon charentais, en informant qu’aujourd’hui l’Espagne et le Maroc produisent essentiellement “le melon charentais “vert”, tandis que le sud-est et le centre-ouest de la France sont majoritairement les zones productrices des melons jaunes charentais. Par conséquent, cette désignation devrait être supprimée des melons marocains.

Ainsi, le ministère de l’Économie s’est penché sur cette préoccupation, et l’Europe y réfléchit. En effet, le nom ‘’charentais’’ sera banni car il désigne le cultivar plutôt que le pays d’origine, selon Didier Dupuis, membre de l’Académie du melon. Il y a, par conséquent, de nouveaux noms soumis au choix, comme le melons du Poitou, proposé par Fabrice Berge, producteur à Vendeuvre de melons charentais, tout en laissant ouverte la fenêtre aux propositions, étant donné qu’il existe déjà un melon du Haut-Poitou.

Cependant, le seul organe compétent pour modifier ou non le nom du melon charentais est le groupe de travail des normes de qualités agricoles CEE-ONU (commission économique pour l’Europe), qui gère également l’UNECE.

Regardez aussi

Delassus s'engage dans l'énergie solaire

Irrigation : Le potentiel solaire du Maroc comme opportunité ?

Irrigation agricole : le fort potentiel solaire du Maroc, porteur d’opportunités en matière de pompage …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.