Accueil / Technique / Dossier / Marché mondial : les oranges

Marché mondial : les oranges

Marché mondial : les oranges.

Le marché mondial de l’orange est confronté à un certain nombre de défis. Les oranges sud-africaines, et les agrumes en général, rencontrent des difficultés dans les ports de Durban et de Port Elizabeth. En Argentine, le gel a probablement causé des dégâts considérables. L’Espagne a également souffert du climat cette saison et en Italie, le virus de la Tristeza a eu une certaine influence sur le volume des oranges. La saison bascule actuellement de  l’Égypte, du Maroc, de l’Espagne et de l’Italie à l’Amérique du Sud, l’Afrique du Sud et l’Australie. Aux États-Unis, la saison en Californie et en Floride touche à sa fin et le pays se tourne vers les importations du Chili.

Un autre défi pour le marché de l’orange est celui des maladies telles que le verdissement, la tâche noire et le chancre des agrumes. L’UE adopte des mesures strictes pour empêcher la propagation de ces maladies. Chaque année, la Floride continue de se remettre du verdissement qui a frappé de nombreuses régions et voit sa production augmenter lentement.

Pays-Bas : marché limité pour les Navels précoces

L’offre d’oranges Navels précoces diminue chaque année. Les importateurs affirment qu’il y a moins de Navels disponibles chaque année dans la première partie de la saison. Cette année, le volume de la classe 2 est élevé en raison des dommages causés par le vent,  comme c’est également le cas pour les mandarines Satsuma, le marché des premières Navels est limité. Pendant cette période, il y a sur le marché des oranges de Valence en provenance d’Égypte, du Maroc et d’Espagne, contre lesquelles il est pratiquement impossible d’être concurrentiel en termes de prix. Entre-temps, certaines régions d’Afrique du Sud ont commencé avec les navels de mi-saison et de fin de saison. Ce sont les meilleures variétés, bien qu’il soit difficile d’en obtenir un prix plus élevé en Europe. La Valencia sud-africaine est également arrivée et le volume devrait être légèrement inférieur à celui de l’an dernier. Il y a eu des problèmes difficiles ces dernières semaines dans les ports sud-africains, y compris Port Elizabeth et Durban, mais aussi au Cap, où le vent a causé quelques retards.

Allemagne : une demande modérée donne le ton du marché

En Allemagne, l’ensemble du marché des agrumes est maintenant dans l’impasse, selon un négociant. La demande est extrêmement limitée en raison de la présence de fruits d’été. Jusqu’à la semaine dernière, il y avait encore beaucoup de produits espagnols disponibles sur le marché. Les oranges espagnoles sont encore disponibles, bien que l’Afrique du Sud soit maintenant privilégiée. Les oranges tardives de Valence dominent actuellement l’offre sud-africaine. « La qualité des volumes actuels est très bonne, et avec un prix de gros de 11,50-12,00 euros par paquet, le prix payé est considéré comme normal pour cette période de la saison », explique un négociant.

France : prix bas

On trouve actuellement des oranges marocaines et espagnoles sur le marché. La saison touche à sa fin et les oranges sud-africaines et uruguayennes seront sur le marché d’ici deux semaines. En ce qui concerne la demande, elle est un peu plus calme pendant les mois d’été. Les prix sont donc très bas. Le marché se redressera et les prix augmenteront d’ici 1 à 2 semaines.

Espagne : les conditions météo et le chevauchement n’aident pas

Des millions de kilos d’oranges n’ont pas été récoltés à Huelva en raison de la faible demande et des bas prix sur le marché européen. Cela s’explique principalement par les importations en provenance d’Égypte et du Maroc. Actuellement, les dernières variétés de la saison, comme les clémentines Navelina et Ortanique, sont exportées en Allemagne pour un prix raisonnable.

Les températures estivales élevées et l’absence de précipitation ont entraîné la production d’oranges de petite taille. La saison pour les variétés précoces a été retardée de deux semaines, ce qui a entraîné un chevauchement sur le marché. Des pluies torrentielles dans certaines régions à l’automne ont également eu un impact sur la récolte et sur la qualité des fruits. En plus des conditions climatiques, les fruits espagnols ont également chevauché ceux d’Afrique du Sud, du Maroc, de Tunisie et d’Egypte. Par conséquent, les prix des oranges espagnoles ont baissé en moyenne de 39 % et leur valeur a chuté de 40 % cette saison. L’Espagne met en place des mesures visant à réduire la production d’oranges.

Italie : le virus de la Tristeza a été un défi cette saison

La Sicile a clôturé la saison italienne fin juin. Le marché européen a été dominé par les nouvelles variétés Tarocco, telles que TDV, Ippolito, Meli et Sciara. Elles sont appréciées pour leur pigmentation, leur goût et leur taille. Le défi de cette saison a été de trouver un équilibre entre les produits destinés au marché du frais et ceux destinés à l’industrie. La production a chuté en raison du virus de la Tristeza. Les oranges qui arrivent actuellement sur le marché italien proviennent d’Afrique du Sud et d’Amérique latine.

Il existe des variétés tardives (Valencia Late et Chislett) pour lesquelles la récolte commence fin juin. Si conservées au frais, ces variétés peuvent être commercialisées jusqu’en août. De petites zones consacrées à la production de Valence tardives se trouvent en Sicile, en Sardaigne, en Calabre et dans les Pouilles. Les oranges italiennes sont menacées par des maladies telles que le virus de la Tristeza, pouvant être combattu avec des porte-greffes résistants, et l’Exocortite, qui peut facilement se propager par les outils de taille. Le verdissement, la tâche noire et le chancre des agrumes n’ont pas encore été détectés en Italie.

Égypte : futur leader du marché ?

L’exportation d’oranges égyptiennes augmente chaque année. Les coûts de culture du pays sont faibles et, par rapport à d’autres pays producteurs, les conditions climatiques ne posent guère de problème. D’ici fin 2019, l’Egypte pourrait devenir le leader mondial des exportations d’oranges.

Afrique du Sud : rendements inférieurs aux prévisions, encombrement dans les ports

La récolte de Navels destinées à l’exportation est inférieure de 2,5 millions de boîtes à l’estimation initiale du début de la saison (actuellement, elle est de 24,5 millions de boîtes de 15 kg). Néanmoins, étant donné que le marché mondial est rempli d’oranges (principalement en raison des exportations égyptiennes), cela a eu peu d’influence sur le prix. Le marché européen est sous pression, mais de nombreuses Navels anciennes ont déjà été expédiées en Extrême-Orient, où les prix sont plus stables.

La récolte de Valence a déjà commencé dans le nord du pays. Avec 51,1 millions de caisses de 15 kg, le rendement initialement estimé est légèrement inférieur. Le total est actuellement inférieur de 3 millions de boîtes à celui de l’an dernier. Les exportations commencent lentement. Il y a actuellement une congestion chronique dans les ports de Durban et de Port-Elizabeth. Les rendements plus faibles des Navels apportent un certain soulagement, mais le scénario risque de changer dès que la haute saison commencera pour les oranges de Valence.

Argentine : dommages causés par le gel dans le nord

La semaine dernière, la province d’Entre Ríos a été frappée par le gel, avec des températures tombant à -5 °C, ce qui a eu un impact sur la culture des oranges et sur d’autres cultures, en particulier dans les départements de Concordia et Federación. Bien que l’ampleur des dégâts ne puisse pas encore être évaluée, on s’attend à ce qu’elle soit assez importante.

Chili : volumes en baisse de 2 % par rapport à l’an dernier 

La production se passe bien au Chili. Contrairement à l’Argentine, les zones de culture n’ont pas été affectées négativement par les conditions météo, même si la semaine a commencé avec des températures de 0°C. En général, les oranges ont une bonne couleur et sont de bonne qualité. Les exportations ont totalisé environ 19 448 tonnes à la fin de la semaine 27 et sont donc inférieures de 2 % à celles de l’an dernier. 95,6 % de ces expéditions étaient destinées aux États-Unis, 2,2 % à l’Amérique latine et 1 % au marché européen. De petites quantités sont exportées au Canada et en Extrême-Orient. Une grande partie du total est constituée de variétés telles que la Fukumoto, la Lane Late et la Navel Late. En raison de la forte demande aux États-Unis, les producteurs s’intéressent de plus en plus à la variété Cara Cara, qui demeure une petite variété.

Chine : des oranges vendues à bas prix 

La saison pour les oranges produites localement n’a pas encore commencé, avec seulement quelques variétés de mandarines précoces disponibles çà et là. Il faudra attendre le mois d’août pour que la production locale soit plus abondante sur le marché. L’offre actuelle se compose donc principalement d’oranges importées. Les oranges sud-africaines et australiennes entrent progressivement sur le marché chinois et leur offre est appelée à augmenter au cours de la prochaine période. Les saisons espagnole et égyptienne touchent à leur fin et l’offre diminue lentement. Ces dernières semaines, les approvisionnements étaient peu nombreux et le prix était élevé, mais en raison des nouveaux lots sur le marché, le prix est actuellement plus bas.

États-Unis : Californie 

La saison de la navel californienne a duré jusqu’à la fin juin, plus qye ce que les producteurs avaient prévu. Normalement, la saison se termine en mai ; toutefois, de nombreuses variétés ont été récoltées plus tard qu’à l’accoutumée. 2018 a été une année peu volumineuse et avec une bonne demande, tandis que 2019 a été une année avec un grand volume, mais un marché morose. Le prix en 2019 s’élève à environ 13-15 $ / caisse ; en 2018, il était de 16-18 $ / caisse. Les oranges de Valence continueront à être disponibles jusqu’en septembre. La demande devrait alors repartir à la hausse, lorsque les écoles reprendront leurs activités. Les États-Unis importent également des Navels du Chili. Cette année, les gens ne s’attendent pas à ce qu’il y ait une pénurie d’oranges.

États-Unis : Floride

La saison de la Valence en Floride s’est terminée en juin. Jusqu’à la fin du mois de juillet, les oranges sur les étagères proviendront de stockage réfrigéré. Les cultivateurs peuvent se réjouir d’une bonne saison avec des niveaux de Brix élevés, grâce aux sols sains et au beau temps.

La Floride est une région touchée à la fois par le chancre des agrumes et le verdissement. La production s’améliore chaque année. Cette fois, le rendement a été supérieur à celui de la saison dernière et de nouvelles superficies sont également en cours de plantation. La demande est également bonne, bien qu’il y ait eu quelques problèmes entre avril et début mai, quand trop de Navels étaient sur le marché en provenance de Californie et d’autres régions.

Australie : la meilleure qualité depuis 7 ans

La saison hivernale approche à grands pas pour les oranges australiennes. En ce qui concerne la qualité, il s’agit de la meilleure saison depuis sept ans. À la fin de juin 2018, 526 089 tonnes d’oranges d’une valeur de 373 millions de dollars ont été cultivées, soit une augmentation de 12 %. Les exportations ont augmenté de 16 %, à 190 043 tonnes. Le marché chinois a progressé de 26 %. Le marché est dominé par les Navels en hiver et les oranges de Valence en été.

Avec Freshplaza

Regardez aussi

Ifrane: La 8ème rencontre de la cerise d’Aïn Leuh en Mai

Marché mondial : les cerises

Marché mondial : les cerises. En matière de cerises, les Pays-Bas, la Belgique et la …

Un commentaire

  1. Pourquoi l’Égypte deviendra le numéro 1mondial des exportations agrumes et le Maroc recule, par contre chez nous on a déjà instauré le plan Maroc Vert (pmv). d’après les statistiques les volumes des productions ont augmentés pourquoi faire,pour consommation locale.ou est l’inter- profession ;; association aspam et organismes de tutelle -ministère d’agriculture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *