AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Technique / Dossier / Le marché mondial du concombre
Concombres - Photo illustration : DR

Le marché mondial du concombre

Dans l’hémisphère nord, l’augmentation des coûts énergétiques a durement touché la production hivernale de concombres. Plusieurs producteurs du nord de l’Europe, dont ceux des Pays-Bas, de la Belgique et du Royaume-Uni, ont renoncé à chauffer ou à éclairer leurs cultures cet hiver, ce qui a entraîné des lacunes dans l’offre intérieure sur ces marchés.

En revanche, les pays producteurs de concombres plus au sud de l’Europe, comme l’Italie et l’Espagne, connaissent une situation tout à fait opposée : le temps chaud au début de la saison de croissance a poussé les volumes à des niveaux étonnamment élevés. L’augmentation des prix permet aux producteurs de couvrir certains coûts de production en hausse. En Afrique du Sud, les prix sont également élevés. Les perspectives sont positives grâce à la bonne production de la saison jusqu’à présent. Le marché chinois du concombre est également dans une situation positive, le Nouvel An chinois ayant stimulé les ventes de légumes, tandis qu’aux États-Unis et au Mexique, la part du concombre mexicain continue de croître.

Pays-Bas : déficit de la production de concombres en raison des coûts énergétiques
Les cultures de concombres néerlandaises et belges n’ont pratiquement pas été éclairées. Cette situation a entraîné un déficit de la production locale au cours des derniers mois. Pourtant, ces dernières années, les producteurs, en collaboration avec les chaînes de supermarchés, s’étaient efforcés de consolider la production hivernale locale. La superficie des concombres cultivés sous éclairage avait nettement augmenté, mais les deux derniers hivers ont interrompu ce développement.

Résultat : fin janvier, les premiers concombres sont de retour sur le marché, comme à l’accoutumée, à l’exception de quelques producteurs ayant osé commencer encore plus tôt. Si les prix étaient à des niveaux élevés ces derniers mois, peu de cultivateurs en ont réellement profité.

Dans la période à venir, de plus en plus de producteurs vont entrer doucement en production, même si le démarrage de la saison sera un peu plus lent qu’avant tous ces déboires énergétiques.

L’année 2022 est entrée dans les annales comme étant une très bonne année pour les concombres. Cependant, la qualité a fait l’objet de critiques, notamment en fin de saison.

L’utilisation plus limitée de l’énergie dans les serres semble avoir laissé des traces. La saison prochaine devrait montrer si les producteurs parviendront à maîtriser une culture plus économique.

Plusieurs producteurs de tomates ont commencé à cultiver des concombres (en supplément) ces dernières années, et il en va de même pour cette saison. Cette situation résulte des problèmes liés au ToBRFV qui affecte les cultures de tomate.

Belgique : la superficie consacrée aux concombres augmente à mesure que les producteurs de tomates se tournent vers cette culture
Cette semaine, la nouvelle saison de concombres en culture traditionnelle a démarré en Belgique. « La demande de concombres ne faiblit pas. On constate que de plus en plus de consommateurs optent pour une collation saine avec des concombres suite à la Covid », explique un commerçant belge. « Cela se traduit notamment par de bons prix actuellement, car l’offre est encore assez limitée. Les concombres belges arrivent tout juste à maturité. Du côté espagnol, l’offre a été quelque peu décevante. En effet, le temps plus froid des dernières semaines a réduit légèrement l’offre espagnole. Par ailleurs, la situation de la culture en plein air en Belgique est bien connue. En raison des coûts énergétiques élevés, les volumes arrivent sur le marché beaucoup plus tard que d’habitude. Cependant, la superficie de concombre semble augmenter. En effet, nous constatons que les producteurs de tomates se tournent de plus en plus vers la culture de concombres, notamment pour des raisons de résistance aux virus. »

Allemagne : prix variés des concombres sur le marché allemand
La disponibilité de concombres ordinaires à prédominance espagnole diminue. La demande a néanmoins pu être satisfaite sans grandes difficultés. Les prix ont évolué de manière inégale, mais ils étaient en général plutôt à la hausse qu’à la baisse. Les concombres grecs ont complété l’assortiment à petite échelle. Dans le cas des mini-concombres, les lots espagnols et turcs ont été les plus populaires, les lots néerlandais assez chers venant compléter l’offre. Parallèlement, les cotations n’ont pas montré une ligne claire, des réductions ont pu être observées ainsi que des évaluations à la hausse.

France : les prix devraient être similaires à ceux de l’année dernière
Les concombres ont été bien valorisés tout au long de la campagne 2022, avec une augmentation des prix de plus de 30 % par rapport aux années précédentes. Les prix sont restés élevés tout au long de la campagne, permettant de couvrir l’augmentation des coûts de production des agriculteurs. Cette hausse des prix s’explique par une offre réduite dès le début de la campagne, de nombreux producteurs ayant choisi de planter plus tard pour tenter de contrer la hausse du coût de l’énergie. La campagne de cette année devrait bien se dérouler. La plupart des plantations ont commencé début janvier et devraient être en production à la mi-février, avec des prix attendus similaires à ceux de l’année dernière. L’objectif national souhaité par les producteurs est de couvrir les besoins du marché français d’avril à fin août.

Royaume-Uni : les pénuries d’énergie et de main-d’œuvre retardent la production de concombres
Les problèmes d’énergie et de main-d’œuvre sont les principaux obstacles à la production de concombres au Royaume-Uni, notamment dans la Lea Valley.

En temps normal, les producteurs plantent les concombres dans les serres au début du mois de janvier. Cette année, la majorité d’entre eux ne planteront pas avant fin février ou début mars ; certains attendront même avril. La saison se poursuivra jusqu’en septembre.

Selon une source industrielle, les coûts énergétiques sont trop élevés pour planter en janvier. « L’année dernière, les producteurs n’utilisaient les chaudières pour chauffer les serres qu’un jour sur deux à partir du mois de mai, par souci d’économie. Cependant, cela s’est traduit par une réduction du CO2 dans les serres, ce qui a entraîné une baisse des rendements. »

Afrique du Sud : saison positive pour les concombres sud-africains
Actuellement, les prix des concombres sont encore plus élevés que d’habitude, alors que l’on sort d’une bonne période en décembre où les prix étaient très élevés.

« En décembre, la demande de concombres a fortement augmenté. Peu de concombres étaient disponibles », explique un négociant au marché municipal de Tshwane.

À Pâques, la demande et les prix devraient repartir à la hausse. Cependant, selon un négociant de Johannesburg, l’équilibre entre le prix le plus élevé possible « sans tuer la demande » et le prix le plus bas possible pour permettre aux agriculteurs de gagner de l’argent est délicat à trouver.

Les producteurs de la province du Nord-Ouest fournissent actuellement des concombres cultivés sous tunnel.

Il n’y a « presque rien » sur le marché de Tshwane, remarque le négociant. Ils vendent une boîte de 8 kg de concombres extra-larges pour environ 100 R (5,3 €), ou encore 105 R et 90 R (4,8 €) pour une boîte de 8 kg de concombres larges.

Au marché municipal de Johannesburg, le prix moyen par kg des concombres en boîtes de 8 kg est de 8,85 R (0,47 €).

Les producteurs du Lowveld et de Tzaneen peuvent cultiver des concombres en hiver sans utiliser le chauffage, mais ils ne peuvent pas cultiver ce légume en été en raison du climat subtropical. Le coût du charbon est élevé pour les producteurs des régions froides qui produisent en hiver.

« Je pense que les producteurs de concombres ont bénéficié d’un beau succès », déclare un négociant en concombres sur le marché municipal de Johannesburg.

Chine : semaine de vente record pour les concombres
Cette semaine, la fête annuelle du printemps, le Nouvel An chinois, est célébrée dans toute la Chine. Un moment privilégié pour de nombreuses familles chinoises qui peuvent ainsi passer du temps ensemble, après trois années de restrictions liées à la Covid. La production et la consommation de fruits et légumes connaissent habituellement un pic pendant cette semaine festive.

La récolte des légumes de serre, dont les concombres, a lieu en ce moment même. À la coopérative de légumes Donghua, à Shouguang, dans la province du Shandong, le responsable, Pang Dongzheng, dirige les villageois pour charger les légumes dans des voitures afin de les vendre à divers endroits. « La demande de légumes pendant la Fête du printemps a augmenté. Nous faisons donc des heures supplémentaires pour les cueillir et les emballer en vue de les expédier. » Globalement, les prix de gros des légumes ont chuté de 10 % en glissement annuel par rapport aux ventes des trois années précédentes. La superficie totale de production de concombres est passée de 1,1 million d’hectares en 2010 à 1,3 million en 2020.

À l’approche des célébrations, le marché de Xinfadi, qui fournit plus de 80 % des légumes de Pékin, se porte extrêmement bien. Pendant la Fête du printemps, il restera ouvert 24 heures sur 24, tout comme le marché de gros des fruits de Guangzhou.

L’année dernière, le coût de l’énergie se situait entre 6 et 8 £ par therm (environ 29 kilowattheures). Cette année il est de 1,70 £. Avant la crise énergétique, il n’était que de 0,40 £ par therm. La moitié des producteurs britanniques n’ont pas planté l’année dernière.

Le nombre de cultivateurs au Royaume-Uni n’a cessé de diminuer. L’année dernière, 10 % des cultivateurs ont cessé leurs activités. Cette situation a eu un impact réel sur la surface utilisée pour la culture des aliments. Cela risque d’affecter sérieusement la sécurité alimentaire du pays. Le Royaume-Uni enregistre de plus en plus d’importations de concombres, non seulement d’Espagne et de Hollande, mais aussi, et ce de façon croissante, de Turquie, du Maroc et d’Égypte. Les produits en provenance de ces pays nécessitent une semaine de route.

Italie : les prix des concombres se maintiennent, aidés par un début de saison chaud
Les prix des concombres siciliens se maintiennent bien. « Cette année, le climat a aidé », a rapporté un petit producteur sicilien. « Le temps chaud pendant la phase de plantation (en novembre) a favorisé la nouaison des produits. Lors de la première récolte à 45 jours, une période de froid relatif a favorisé les ventes. Le prix a atteint 0,60 €/kg, voire 1,30 €/kg. »

« Actuellement, les prix se sont stabilisés à 0,90-1,00 euro/kg. Il ne reste plus qu’à espérer qu’ils se maintiennent jusqu’à la fin de la campagne, qui interviendra fin mai. »

Selon les données du panel de consommateurs GfK, les concombres sont achetés par plus de 40 % des ménages italiens. Ils sont achetés essentiellement à poids variable, par plus de 10,2 millions de ménages, contre moins de 700 000 pour le poids fixe. Quant aux concombres biologiques, ils sont achetés, en majorité à poids variable, par plus de 1,7 million de ménages. Les ménages préférant les concombres non-biologiques sont plus de 9,2 millions. L’achat de concombres est particulièrement marqué par la saisonnalité : il passe de près de 6,2 millions de ménages en juin, le mois le plus important de la haute saison (qui commence en mai et se termine en septembre), à moins d’un million de ménages acheteurs entre décembre et janvier.

Espagne : une offre de concombres étonnamment élevée, mais une demande encore plus forte
La campagne espagnole de concombres d’exportation se poursuit avec succès à Almería et Grenade. Elle devrait se terminer quelques semaines plus tôt que d’habitude en raison de l’état avancé des cultures. En effet, les températures élevées inhabituelles jusqu’à la première moitié de janvier ont accéléré le processus de maturation et augmenté la production. Parallèlement, la demande reste élevée. L’offre de concombre andalou domine largement les rayons des grands détaillants européens, avec des quantités limitées complémentaires d’origine grecque et marocaine.

Bien que, jusqu’à présent, le mois de janvier ait été marqué par une production supérieure aux prévisions des producteurs, la demande dépasse l’offre depuis le début de la campagne, en automne. Cela se traduit par des prix exceptionnels sur ce produit sur la majeure partie de la saison. En fait, au cours de la deuxième semaine, les prix ont augmenté de 7 % et se maintiennent maintenant à une moyenne d’environ 1,20 € par kilo dans les principales ventes aux enchères.

Selon un producteur et exportateur, bien que la superficie ait légèrement diminué à Almería par rapport à la campagne 2021/2022, elle reste stable à Grenade. « Nous avons déjà commencé la campagne en automne, avec une transition bien nette avec les productions d’Europe centrale et du Nord. Les Pays-Bas ont terminé plus tôt en raison des températures élevées. De plus, cette saison, il n’y a pas eu de chevauchement entre Almería et Grenade, il n’y a donc pratiquement pas eu de pic de production. »

Au cours de la première quinzaine de janvier, le volume vendu a dépassé de 5 à 10 % les chiffres de la campagne précédente. « En raison de l’avancement des cultures, la campagne d’exportation de concombres devrait se terminer pour nous dans un mois et demi environ, soit deux à trois semaines plus tôt. L’automne a été très nuageux et les plantes ont été épuisées plus tôt, sans compter les nombreux dégâts causés par les pucerons », souligne-t-il.

Amérique du Nord : les prix élevés freinent la demande de concombres
Suite à une diminution des plantations et à des conditions météorologiques défavorables, l’offre de concombres se resserre au Mexique et au Honduras. En Floride, la production tardive, qui se prolonge parfois jusqu’en janvier, a également été affectée par les ouragans de fin 2022.

Comme le note un expéditeur travaillant au Mexique, ses concombres sous tunnel proviennent de la région septentrionale de Sonora. « Nous avons un approvisionnement suffisant pour traverser l’hiver », déclare l’expéditeur, notant que la région de Sinaloa, au Mexique, est également en production à l’heure actuelle. « Cependant, on observe une baisse de l’offre des concombres dans son ensemble. Nous sommes affectés par les conditions météorologiques de l’année dernière. Les températures plus froides à Noël et celles plus fraîches de la période actuelle ont retardé la croissance. » La tendance est aux petits calibres plutôt qu’aux calibres supérieurs ou spécifiques.

Les concombres de serre (également connus sous le nom de concombres anglais ou européens), bien qu’ils soient au plus bas de l’année en termes de production, ont également connu une demande et des prix plus élevés que d’habitude sur les petits calibres.

Pourtant, la demande a été quelque peu freinée par les prix élevés pratiqués par les détaillants et les services alimentaires, bien que l’expéditeur travaillant au Mexique affirme que la demande est restée stable. « Les prix élevés sont le reflet de l’inflation et de la diminution de l’offre concomitante. Certains de ces prix vont devenir la norme, même s’ils risquent de baisser un peu en raison de l’offre », explique-t-il.

Parallèlement, les prix contractuels, généralement établis sur la base des marchés historiques, qui se situent souvent à des niveaux de prix inférieurs, ont également fait grimper les prix du marché libre.

Mexique : les exportations de concombres vers les États-Unis continuent d’augmenter
Le Mexique est le 5e producteur et le 3e exportateur mondial de concombre. En 2022, environ 18 400 hectares ont été plantés dans le pays, sur lesquels plus d’un million de tonnes ont été récoltées, la plupart étant envoyées vers son principal client commercial, les États-Unis.
En fait, les importations de concombres en provenance du Mexique par le marché américain ont connu une croissance remarquable au cours des dernières décennies, passant de 689 millions de livres en 2000 à 1,74 milliards de livres en 2020, avec une croissance d’environ 250 % au cours de cette période, dans laquelle parallèlement la production américaine était en déclin.

En 2000, les importations mexicaines étaient inférieures de 37 % à la production américaine, alors qu’en 2020, les importations mexicaines étaient plus de cinq fois supérieures à la production américaine, soit environ 80 % de la production d’importations totales de concombres, selon un rapport de l’université de Floride.

En 2022, « entre les conditions météorologiques, les parasites, la flambée des prix des intrants, les cultures concurrentes et les problèmes liés à la disponibilité de l’eau affectant la production américaine », la part des légumes frais importés a continué d’augmenter, selon l’USDA.

Plus précisément, les expéditions en provenance du Mexique ont augmenté de 1 % entre janvier et octobre 2022, malgré une baisse de 2 % au premier trimestre, causée en partie par les répercussions du temps froid sur la croissance et le rendement. Les importations de concombres ont augmenté quant à elles de 5 %. Au cours des deux premières semaines de janvier 2023, les importations en provenance du Mexique se sont élevées à 39,9 et 55,2 millions de livres, respectivement (près de 100 millions de livres), tandis que les importations en provenance du Canada n’ont même pas atteint 9, 5 millions de livres entre les deux semaines.

Source : Freshplaza
Partager

Regardez aussi

Les cultures hors sol: Avantages et inconvénients

Les cultures hors sol: Avantages et inconvénients

Technique: Les avantages et les inconvénients des cultures hors sol. L’idée de cultiver en hors …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *