AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Sécheresse : Les agriculteurs de plus en plus inquiets
ble
cereales - ph : DR

Sécheresse : Les agriculteurs de plus en plus inquiets

La rareté des pluies inquiète les céréaliculteurs.

Dans son édition numérique 31 janvier 2022, LeMatin a dressé un état des lieux de la céréaliculture marocaine à travers l’angle pluviométrique. Interrogé par nos confrères, l’ingénieur agronome Abdelmoumen Guennouni a fait part de ses inquiétudes.

Depuis plusieurs semaines les agriculteurs marocains attendent des pluies qui ne viennent pas, ou trop peu. L’emblavement des terres ayant déjà accusé beaucoup de retard étant donné la faible pluviométrie, une lueur d’espoir avait été perçue lors de décembre alors que des précipitations avaient été enregistrées, mais cette lueur s’est rapidement dissipée à cause de la sécheresse de janvier.

Pour Abdelmoumen Guennouni, ingénieur agronome la saison semble déjà compromise même avec l’arrivée des pluies. « La situation est compliquée, voire catastrophique. On est en train de vivre un scénario similaire à celui des années 1980. Les céréaliculteurs du Maroc se préparent encore à une mauvaise récolte, tout comme l’avant dernière saison agricole (2019). Si on met à part la campagne agricole très moyenne enregistrée l’année dernière, nous pouvons dire que le Maroc revit les scénario de sécheresse de ces dernières décennies » affirme t’il à nos confrères.

Pour Guennouni la production céréalière sera impactée et enregistrera une baisse importante quand bien même les pluies venaient à se manifester. Il poursuit en affirmant toujours à la même source : « On espérait que le nord du pays serait plus épargné, vu que cette région connaît la plus forte concentration des précipitations, mais ce n’est pas le cas cette année. »

Lire aussi : Légumineuses: conseils en préparation du sol et implantation

Qu’il s’agisse des céréales et des légumineuses ou bien même des paturages pour bétails, les agriculteurs en bours sont déjà au pied du mur et confrontés à des choix drastiques selon Guennouni puisque certains éleveurs par exemple, se mettent déjà à vendre une partie de leur cheptel.

Partager

Regardez aussi

Festive olives - ph : DR

Réunion du Conseil Oléicole International, qui représente 94% de la production mondiale, sur les perspectives d’avenir

Madrid a récemment accueilli la session plénière de la 119e réunion du Conseil des membres …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *