Accueil / Technique / Le marché mondial du Pomelo décrypté
Le marché mondial du Pomelo décrypté

Le marché mondial du Pomelo décrypté

Marché mondial : le pomelo.

Bien que certains pays aient souffert de mauvaises conditions pendant la saison de croissance du pomelo, les perspectives générales pour ce fruit demeurent positives. En fait, certains endroits, comme le Texas, pourraient même être avantagés par ces conditions météorologiques inhabituelles, puisque la diminution du nombre de fruits sur les arbres devrait améliorer la qualité et la taille de ceux qui ont résisté. Bien que le pomelo ne soit pas le fruit le plus populaire auprès des ménages et qu’il soit surtout utilisé dans le secteur de la restauration, ses caractéristiques saines pourraient être utilisées à son avantage si le secteur joue bien ses cartes.

Pays-Bas : « bonnes ventes de pomelos turcs, et de moins en moins de pomelos espagnols disponibles sur le marché »

Un négociant en fruits néerlandais importe actuellement essentiellement des pomelos de Turquie. « Ces ventes se portent bien. Beaucoup de petits calibres sont également disponibles. Les prix varient autour de 11 à 14 euros. On trouve encore du pomelo sud-africain sur le marché. Le pomelo espagnol quant à lui ne se trouve que de façon sporadique sur le marché désormais. »

Allemagne : demande stable, le Star Ruby toujours très populaire

En semaine 43, la saison du pomelo a commencé pour une des entreprises commerciales avec les premières marchandises en provenance de Turquie. La saison devrait se poursuivre jusqu’en janvier/février 2022. La qualité du pomelo est bonne. Les clients se composent de diverses entreprises de gastronomie et de restauration. Une petite partie est également fournie aux détaillants alimentaires.

Bien qu’ils proposent déjà de petites quantités de pomelos d’Espagne, la qualité n’est pas encore particulièrement bonne. Ce n’est qu’à partir de décembre que les fruits deviennent visiblement plus rouges à l’intérieur. Ils ne proposent que la variété Star Ruby, qui continue à être très populaire.

La demande est restée relativement stable par rapport à l’année précédente. Aucun problème logistique important n’a été rencontré récemment, mais certains problèmes de livraison se sont posés en raison d’un manque d’espace d’expédition.

Le niveau des ventes ne peut être comparé à celui des années précédentes. L’entreprise table sur une baisse d’environ 30 à 40 %. Les fermetures de diverses entreprises gastronomiques et donc d’anciens clients les ont clairement affectés. Par ailleurs, les prix de dumping pratiqués dans les supermarchés n’incitent pas les clients à faire leurs achats sur les marchés.

Italie : 80 % des ménages italiens achètent du pomelo moins d’une fois par an

En Italie, le pomelo n’est qu’un achat occasionnel (2,8 fois par an, en moyenne) du fait de la concurrence de nombreux autres produits traditionnels comme les pommes, les oranges, les poires, les bananes, les pêches, les abricots, mais aussi d’autres catégories en pleine expansion comme l’avocat, la mangue et les fruits exotiques. Le pomelo a un énorme potentiel de développement en Italie, si l’on considère que plus de 80 % des familles n’en achètent pas du tout sur une période de 12 mois. Pour rendre le pomelo plus populaire, il pourrait être utile de mettre l’accent sur ses avantages en matière de santé : faible teneur en sucre et en calories, bonne présence de vitamine C et de potassium et surtout qualités antioxydantes et amincissantes.

Le pomelo frais est acheté par 18,9 % des familles italiennes au cours de la dernière année qui s’est terminée en septembre 2021, soit près de 5 millions de ménages. Quant aux produits transformés, 9,1 % des familles italiennes ont acheté une boisson gazeuse aromatisée au pomelo au cours de la dernière année se terminant en septembre 2021, une tendance assez stable par rapport aux années précédentes. Le rôle du pomelo dans les jus de fruits est plus limité : 0,8 % des ménages achètent des jus de fruits classiques aromatisés au pomelo , 0,9 % à base de pomelo rose. Ces deux pourcentages sont restés assez stables ces dernières années.

Un grossiste du nord de l’Italie, spécialiste des fruits exotiques, précise que le pomelo est importé en Italie depuis le bassin méditerranéen depuis 20 jours, alors qu’auparavant il provenait d’Afrique du Sud. Israël est le principal fournisseur, mais on trouve également des produits en provenance d’Espagne, de Turquie et de Chypre. Cette dernière nation connaît cependant quelques problèmes de qualité.

L’Espagne est plus axée sur l’aspect conditionnement que les autres, avec des emballages monocouches ou de 10 kg, alors que les caisses classiques de 15 kg proviennent d’autres pays. Le prix de gros varie aujourd’hui entre 1 et 1,20 euros/kg. Il s’agit d’un produit de niche. Selon un cadre de la grande distribution, il représente 1 % ou moins du segment des agrumes.

90 % des ventes sont des pomelos rouges, 10 % des jaunes ou des blancs. En Italie, une grande partie est achetée par le canal de la restauration : les bars l’utilisent comme ingrédient dans les cocktails ou pour les jus, tout comme les hôtels l’utilisent dans les petits-déjeuners, notamment pour la clientèle étrangère.

Espagne : bons prix pour le pomelo espagnol malgré des problèmes de qualité

La campagne espagnole du pomelo est en cours depuis la mi-octobre avec la perspective d’une récolte plus faible en raison des pluies persistantes du printemps, qui ont eu raison de la floraison. Les prévisions sont bonnes du fait de la reprise du circuit de la restauration, qui facilitera l’écoulement des catégories inférieures. Selon les prévisions de la MAPA, l’estimation de la récolte de pomelos de la campagne 21/22 devrait atteindre 84 010 tonnes, soit 1,25 % de plus que lors de la campagne précédente. La transition entre les deux hémisphères a été bonne. Les pomelos de Turquie continuent à améliorer leurs arrivées sur les marchés. L’Espagne empiète sur le Mexique au début de sa campagne et, surtout, sur la Floride et Israël, car ils ont des calendriers similaires. Pendant ce temps, la demande reste stable dans le segment du détail et les ventes sont régulières. Sur le marché de gros, le rythme des ventes reste stable. Par conséquent, les stocks sont faibles et les prix affichent des niveaux supérieurs à la moyenne. A plus long terme, l’offre de pomelo devrait augmenter en raison de l’évolution des volumes en provenance des pays méditerranéens.

Amérique du Nord : le gel au Texas pourrait bien favoriser la taille des pomelos

Suite au gel catastrophique que l’État a subi en février, le Texas prévoit une récolte de pomelos extrêmement réduite pour 2021-2022. « Mais les arbres se rétablissent et semblent bien se porter, nous sommes donc plutôt satisfaits », déclare un producteur-expéditeur texan. « Et vu qu’il y a moins de fruits par arbre, certains fruits sont capables de grossir un peu plus qu’ils ne l’auraient fait. »

Le gel a également affecté le moment du début de la récolte – généralement, le Texas commence la récolte fin septembre-début octobre et se poursuit jusqu’à fin mars-début avril. Cette année, la récolte a environ un mois de retard.

En Floride, on s’attend à des volumes similaires à l’année dernière pour la récolte de pomelos. « La qualité sur l’arbre est bonne. Nous avons bénéficié de conditions de croissance favorables et nous avons évité les tempêtes cette année », déclare un expéditeur.

Le calibrage des fruits de Floride semble être plus petit que l’année dernière, pouvant même aller jusqu’à une taille en moins. « Nous espérons observer une certaine croissance en novembre. Nous n’avons pas eu le temps frais régulier que le pomelo réclame pour faire ressortir naturellement la couleur et augmenter le taux de Brix, mais je suis satisfait des fruits précoces et je sais qu’ils vont s’améliorer au fur et à mesure que la saison avance », ajoute l’expéditeur.

La demande de pomelo devrait donc être élevée cette saison. « Le Texas étant en pénurie, la Floride sait qu’elle sera le principal fournisseur. Cela nous permettra de regagner des parts de marché », explique l’expéditeur de Floride.

Dans le même temps, la demande devrait également être soutenue. Cependant, en ce qui concerne les importations, des discussions sont en cours au plus haut niveau au sujet d’une récente décision de l’USDA d’abandonner la norme de jus pour les pomelos frais importés – une norme qui a longtemps été suivie et qui est toujours suivie par les producteurs nationaux.

En ce qui concerne les prix, on s’attend à un marché fort. « Je pense que l’ouverture du marché sera favorable et que nous pourrons le maintenir », déclare l’expéditeur texan. « Habituellement, notre période la plus chargée se situe entre Thanksgiving et les vacances du Nouvel An, car les gens les offrent pour les fêtes. Et puis, au début de la nouvelle année, tout le monde essaie de manger plus sainement. En raison de notre démarrage tardif, nous ne nous attendons pas à avoir un affaiblissement du marché entre le début de notre activité et la période des fêtes. »

Freshplaza

Regardez aussi

Espagne lance une alerte contre les oranges Égypte pour excès de pesticides

Tout savoir sur l’orange (marché mondial, pays producteurs …)

Marché mondial : l’orange Cette année, la saison des oranges a vu différents pays producteurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *