Accueil / Actualités / Actu internationales / Le Groupe Bel en négociations pour le rachat du Groupe MOM
Le Groupe Bel en négociations pour le rachat du Groupe MOM
Le Groupe Bel et le Groupe MOM ont signé, vendredi 29 juillet, un accord de négociation exclusive avec LBO France - (ph:DR)

Le Groupe Bel en négociations pour le rachat du Groupe MOM

Le Groupe Bel (La Vache Qui Rit) négocie le rachat du Groupe MOM (Pom’Potes).

Le Groupe Bel (La Vache qui rit, Kiri, Babybel, Boursin) a annoncé dans un communiqué ce lundi 1er août être entré en négociations exclusives avec le fonds d’investissment LBO France pour le rachat du Groupe MOM (Pom’Potes, Mont Blanc), afin de constituer un “acteur mondial majeur du snacking sain”.

Le Groupe Bel et l’équipe de direction du Groupe MOM ont signé, vendredi 29 juillet, un accord de négociation exclusive avec LBO France, en vue de prendre une participation majoritaire au sein du capitel du Groupe MOM. L’équipe de direction actuelle de MOM demeurera actionnaire.

Cette opération vise à créer un leader mondial du snacking sain, en profitant d’une forte complémentarité des gammes de produits et des implantations géographiques des deux groupes: “Les deux groupes ont des complémentarités évidentes, notre objectif est de développer des synergies pour créer de la croissance – et non des économies – notamment en Amérique du Nord” a déclaré Eric de Poncins, Directeur Délégué à la Présidence du Groupe Bel.

Bel vise également une finalisation de l’opération avant la fin de l’année 2016. Le Groupe prévoit de financer l’acquisition sur ses ressources financières et par une levée complémentaire de dette qui ne remettrait pas en cause sa solidité financière.

Le Groupe MOM est majoritairement détenu par LBO France depuis 2010. Le Groupe a doublé de taille au cours des cinq dernières années, afin d’atteindre un chiffre d’affaires de 362 millions d’euros en 2015. Il emploie 1.300 personnes et possède 4 usines de production (2 en France et 2 aux Etats-Unis).

Le Groupe Bel a par ailleurs indiqué que son bénéfice net a progressé de 111 millions d’euros au premier semestre (contre 93 millions d’euros au 30 juin 2015). Sur le seul deuxième trimestre, le chiffre d’affaires baisse de 2,4%. Ceci est du aux effets de change dans toutes les zones, par une activité moins dynamique qu’au premier trimestre et par la baisse des prix de l’ensemble des produits du Groupe, en particulier en Europe.

Le Groupe précise qu’il restera confronté à un environnement économique difficile, en particulier en Europe, et au contexte géopolitique très incertain des marchés de la zone Moyen-Orient-Grande Afrique (Irak, Libye, Syrie, Yémen, …) qui sont traditionnellement de gros consommateurs de Vache qui rit.

Regardez aussi

Production mondiale de fraises en hausse de près de 40%

Production mondiale de fraises en hausse de près de 40%

La production de fraises s’est répandue au fil des années dans plusieurs pays. Entre 2008 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *