Accueil / Actualités / Actu internationales / Le climat aussi responsable de la migration de Syriens…
image_not_found

Le climat aussi responsable de la migration de Syriens…

Les migrants Syriens sont souvent catalogués, parmi les causes de migration la politique ou la religion, mais on oublie trop souvent un facteur très important et primordial dans cette crise actuelle : le climat …

Les révélations dans “Comment tout peut s’effondrer

(Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Seuil, 2015).

Comment tout peut s’effondrerest un ouvrage co-écrit de Pablo Servigne et Raphaël Stevens dans lequel les auteurs précisent que, dans la crise actuelle qui voit aujourd’hui le jour, de nombreux migrants dont beaucoup de Syriens ne migrent pas uniquement pour les raisons qui sont souvent mises en avant.

Ainsi, pour les auteurs, la crise n’en est pas une, elle est un mouvement planétaire voir même un effondrement global, et il suffit d’ailleurs de constater par simple image satellite, la baisse de 83 % de l’intensité lumineuse de ce grand pays qu’est la SYRIE, par rapport à 2011 un pays désormais effondré…

Avant le printemps Syrien

Quatre ans avant le printemps Syrien de 2011, soit entre 2007 et 2010, la Syrie a été victime d’une très grave sécheresse qui avait poussé déjà plus d’un million et demi de personnes à migrer des campagnes jusqu’aux villes

Ces sécheresses longues et de plus en plus fréquentes sont aussi prévues pour tout le bassin méditerranéen, c’est ce que confirme le rapport d’une étude réalisée en 2015, et publiée en mars dernier, par l’Académie des Sciences aux Etats-Unis.

Ainsi, et au regard de tout cela, la crise Syrienne actuelle peut largement s’inclure sur les causes liées au changement climatique. Ne pas oublier également les millions d’Irakiens qui, lors du conflit armé en Irak, se sont aussi réfugiés en Syrie.

Dans les nombreuses analyses géopolitiques, et de tous les facteurs qui entrent en compte, une chose est certaine, la cause climatique ne peut plus être évincée.

Avec autant de victimes que la guerre de 14-18, une famine a fait, en France, entre 1693 et 1694, plus 1 million et demi de morts. Au cours des années 1789, 1830, 1848, le climat est également impliqué dans de nombreux troubles…De même, à l’ère “pré-industrielle”, le climat est encore impliqué dans les crises économiques et démographiques des années entre 1500 et 1800, et sachant que durant ces époques, les causes de mortalité étaient essentiellement relatives aux guerres, aux maladies et aux famines, dont la principale cause s’appelle crise économique. Ainsi, on peut affirmer que dans la chaîne de causalité, et pour les origines, le climat trouvera toujours sa place.

Naturellement, le climat n’est pas seul en cause dans tous les troubles. Les facteurs responsables, dont ceux parmi les printemps arabes sont aussi liés au déclin de production de pétrole, aux prix des aliments, aux manques de ressources.

Les facteurs d’effondrement et l’incapacité des élites

Jared Diamond est biologiste et archéologue, il s’est intéresse à d’autres régions du globe et notamment aussi à celles qui connaissant un climat tropical, et selon son étude, il fait ressortir cinq facteurs principaux d’effondrement.

Le premier facteur s’intéresse aux dégradations environnementales et à la diminution des ressources, le second facteur vise le changement climatique, le troisième, les guerres, le quatrième la perte des partenaires commerciaux et enfin le cinquième, d’ordre sociopolitique et le facteur commun de tous les effondrements, est celui qui fait face aux problèmes environnementaux et surtout en ce qui concerne les mauvaises actions.

Tous les aveuglements des élites, les aveuglements idéologiques, les dysfonctionnements, toutes les inégalités, et surtout l’incapacité de la société toute entière, et surtout celle encore une fois des responsables, font que les réactions sont très mauvaises face aux événements catastrophes, ainsi et, de toute façon pour résumer, la catastrophe naturelle n’est jamais bien loin de la responsabilité de l’action humaine.

Un autre archéologue et géographe, Karl W.Butzer propose, quant à lui, une nouvelle classification des effondrements de civilisation en pointant les vulnérabilités de la société, liés aux déclencheurs et aux faits déstabilisants.

Incompétence des élites, corruption, diminution des productivités dont l’agriculture, diminution des ressources naturelles, sont autant de facteurs impliqués dans les effondrements, les causes naturelles ne sont pas seules responsables, le climat pour ses causes comme pour ses conséquences reste bien aussi une affaire politique…

Regardez aussi

L-ONU-crie-au-scandale-sur-les-conditions-des-saisonnières-marocaines-en-Espagne

L’ONU crie au scandale sur les conditions des saisonnières marocaines en Espagne

L’ONU crie au scandale sur les conditions des saisonnières marocaines pour la cueillette des fraises …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *