AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Technique / Cahier Technique / L’Énigme des tomates silencieuses, une communication végétale en péril
Tomates un champignon pourrait réduire utilisation engrais
Tomates - Ph : DR

L’Énigme des tomates silencieuses, une communication végétale en péril

Les plantes, bien que dépourvues de langage articulé, possèdent un moyen sophistiqué de communication via l’émission de composés organiques volatils (COV). Ces messagers chimiques jouent un rôle crucial dans la défense des végétaux, alertant sur les menaces, favorisant la croissance et même attirant des alliés microbiens. Cependant, des chercheurs de l’Université de l’Illinois, aux États-Unis, ont récemment jeté une lumière intrigante sur ce phénomène en se penchant sur le cas mystérieux des tomates silencieuses.

Jusqu’à présent, l’idée dominante était que les attaques de ravageurs déclenchaient une augmentation des émissions de COV. Mais les résultats d’une étude menée sur quatre variétés de tomates, dont deux hybrides et deux anciennes, suggèrent une tournure inattendue de cette narration.

Les chercheurs ont exposé les plants de tomates à des champignons mycorhiziens arbusculaires, des chenilles, ou les deux, afin d’observer leurs réponses chimiques. Publiées dans le Journal of Chemical Ecology, les conclusions de l’étude sont éloquentes. Indépendamment de l’agression, que ce soit par des champignons ou des chenilles, les plants de tomates ont réduit leurs émissions de COV. Plus surprenant encore, les tomates hybrides ont émis encore moins de COV que leurs homologues anciennes.

Ces résultats font écho à une interrogation majeure : le processus de sélection artificielle exercé par les humains pourrait-il compromettre les défenses naturelles des plantes ? Les tomates, une fois considérées comme de vaillantes sentinelles du règne végétal, semblent émettre des signaux de détresse amoindris sous l’influence de l’évolution dirigée par l’homme.

Lire aussi : ToBRFV : Pertes financières et stratégies de gestion

La perplexité des chercheurs ne s’arrête pas là. Il apparaît que les tomates ne reconnaissent pas les chenilles comme une menace potentielle. Curieusement, les plants exposés à ces ravageurs ont même montré une croissance plus importante, défiant toute logique. Est-ce une réponse similaire à la taille des arbres, visant à stimuler une nouvelle croissance, ou une indication que les chenilles ne sont pas perçues comme une menace suffisante ?

Les scientifiques admettent humblement qu’il subsiste encore de nombreuses énigmes non résolues dans le monde végétal. La communication complexe entre les plantes et leur environnement reste un terrain de recherche fertile, et ces découvertes récentes soulèvent plus de questions qu’elles n’apportent de réponses. Une chose est sûre : la vie des tomates, autrefois réputée pour sa robustesse, est enveloppée dans un voile d’incertitude, laissant les scientifiques perplexes face à cette énigme végétale.

Source :
L’énigme des tomates silencieuses qui ne savent plus reconnaître leurs ennemis
– Futura Sciences
Partager

Regardez aussi

La dépendance aux engrais chimiques, les agriculteurs entre le marteau et l'enclume

Comment choisir un engrais?

Guide pratique pour choisir le bon engrais à appliquer sur votre culture. Différentes formules d’engrais …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *