Accueil / Actualités / Actu Maroc / L’émergence d’une classe moyenne dans le monde rural
image_not_found

L’émergence d’une classe moyenne dans le monde rural

Une stratégie agricole pour l’émergence d’une classe moyenne dans le monde rural.

Le secteur agricole au Maroc s’apprête à connaître une réelle mutation. En effet, le département de l’Agriculture prévoit le lancement d’une nouvelle stratégie agricole suite aux Hautes Instructions Royales.

L’objectif de cette nouvelle stratégie du secteur agricole est de favoriser l’émergence d’une classe moyenne agricole et d’en consolider l’ossature pour qu’en définitive elle puisse exercer sa double vocation de facteur d’équilibre et de levier de développement socio-économique.

Petite rétrospective sur l’année 2018…le 19 Octobre à Marrakech, le Souverain recevait le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch. Au cours de cette audience, S.M. Le Roi avait réitéré Ses souhaits et ambitions pour un monde rural marqué par la création de nouvelles activités génératrices d’emplois et de revenus, essentiellement en faveur des jeunes. Le but étant d’élargir le champ de l’investissement agricole à toutes les catégories, tout en favorisant l’émergence d’une classe moyenne agricole et en rendant plus accessible le foncier agricole à l’investissement productif.

Il s’agit de mettre à la disposition des ayants droit, un million d’hectares supplémentaires de terres collectives. Le Souverain a ainsi réaffirmé l’importance d’intégrer les questions de l’emploi et de la réduction des inégalités et de lutte contre la pauvreté et l’exode rural au cœur des priorités de la stratégie de développement agricole. À cet effet, le ministre de l’Agriculture a été chargé par S.M. le Roi d’élaborer une réflexion stratégique globale et ambitieuse pour le développement du secteur et de la soumettre à la Haute Attention Royale.

Le 31 Octobre, le département de l’Agriculture a lancé l’appel d’offres pour la réalisation de l’étude qui servira de base à l’élaboration de la nouvelle feuille de route agricole. Cette étude devra éclairer les choix stratégiques du secteur agricole à moyen et long termes, tout en gardant en ligne de mire les objectifs prioritaires de l’employabilité des jeunes, la réduction des inégalités et la lutte contre la pauvreté et l’exode rural.

Dans cette perspective, les services de Aziz Akhannouch le cahier des prescriptions spéciales accompagnant l’appel d’offres expliquaient «Dans le cadre de ses missions, le ministère souhaite élaborer une nouvelle réflexion stratégique globale et ambitieuse pour le développement du secteur agricole. Cette réflexion s’inscrit dans le cadre de la Vision Royale qui consiste notamment à favoriser l’émergence d’une classe moyenne agricole, d’en consolider l’ossature pour qu’en définitive elle puisse exercer sa double vocation de facteur d’équilibre et de levier de développement socio-économique»

D’une autre part, il est nécessaire d’offrir aux jeunes ruraux un emploi productif, dans un milieu où les services de base et les loisirs sont accessibles. L’objectif étant de permettre à la population rurale d’accéder à la classe moyenne et/ou de s’y maintenir, d’être en mesure d’épargner et d’investir. «Les jeunes ruraux ont besoin d’être formés, encouragés à entreprendre dans l’agriculture, initiés pour le choix de leurs cultures, soutenus dans leurs investissements et accompagnés pour la promotion et la commercialisation de leur production. La réussite de ces objectifs nécessite, d’une part, la consolidation des acquis du Plan Maroc vert (PMV) et, de l’autre, la levée des contraintes pesant sur le développement de l’agriculture, notamment celles liées à la commercialisation, à l’accès à l’eau et au foncier agricole», déclare l’Agriculture.

Le ministère et l’ensemble de ses partenaires sont ainsi appelés à se projeter avec un nouvel élan, en tenant compte des résultats et impacts du PMV pour renforcer les expériences réussies, tirer les leçons nécessaires des actions à améliorer et envisager de nouveaux axes de progrès.

L’étude en projet devra tenir compte de l’évaluation du PMV, menée actuellement par la profession agricole (Fédérations interprofessionnelles, Chambres régionales d’agriculture, etc.), avec l’appui technique de la tutelle. Cette évaluation est organisée selon trois dimensions principales : filières, territoriale et thématiques transverses. «Dans ce sillage, des solutions innovantes doivent être réfléchies et déployées, notamment pour mettre en œuvre les axes stratégiques proposés dans le cadre de cette étude», précise le ministère. Ces axes stratégiques devront être organisés en objectifs quantitatifs et qualitatifs et déclinés en plans d’action, puis en actions «concrètes» avec des impacts chiffrés attendus, suivant les trois dimensions définies.

Regardez aussi

Avocats : des opportunités pour le Maroc sur le marché européen

Avocats : des opportunités pour le Maroc sur le marché européen

Le marché européen regorge d’opportunités pour les avocats marocains. La culture de l’avocat au Maroc …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *