Accueil / Technique / Dossier / Eclairage sur le marché mondial de la poire
INTERPERA: Le 10e congrès international de la poire

Eclairage sur le marché mondial de la poire

Marché mondial : la poire

Les vagues de froid du printemps ont fait des ravages dans certains pays européens producteurs de poires, avec des pertes allant jusqu’à 90 % de certaines variétés italiennes. Une baisse des volumes est attendue aux Pays-Bas et en Allemagne, qui connaissent également des pertes. Cela devrait se traduire par des prix beaucoup plus élevés que la moyenne, le marché allemand prévoyant une hausse des prix de 50 %. D’autres marchés comme l’Australie et l’Amérique du Nord n’ont pas été aussi touchés par les aléas climatiques et s’attendent à une saison plus favorable. L’Australie enregistre une hausse de la consommation et l’Amérique du Nord une augmentation des achats de poires biologiques.

Pays-Bas : des poires beaucoup plus grosses que l’année dernière

La récolte des poires bat son plein aux Pays-Bas. Les producteurs de poires néerlandais sont optimistes quant à la saison. Non seulement la récolte de poires est moins importante que l’année dernière, mais aussi en raison de la faible récolte dramatique de poires en France et en Italie, il faut s’attendre à de bonnes opportunités sur le marché. « Aux Pays-Bas, la plupart des poires ont été cueillies, à l’exception de quelques variétés tardives. Cette année, les fruits sont beaucoup plus gros que l’année dernière. Alors que l’an passé, nous avions un grand nombre de poires d’un calibre inférieur à 60 mm, cette année, nous travaillons dur pour acheminer le grand nombre de poires de 70 mm et plus dans les bons circuits », explique un négociant. « Le calibre a permis, malgré le faible nombre d’unités, de récolter quelques kilos, même si cela reste nettement inférieur à l’année dernière dans la plupart des zones de culture. La qualité des poires est fantastique, avec une bonne fermeté et un délicieux goût. Visuellement, on observe quelques problèmes dus à la période froide de la floraison et de la nouaison. Les poires Conférence sont nettement plus colorées et la peau des poires Lucas n’est pas aussi lisse que les années précédentes. Actuellement, l’exportation a déjà commencé, les volumes sont encore gérables en raison des productions locales. Nous nous attendons à ce que les exportations augmentent régulièrement dans les semaines à venir, contribuant ainsi au bon maintient du prix. »

La WAPA a prédit que la récolte de poires Conférence de cette année s’élèverait à 805 000 tonnes et, selon les producteurs, cette prévision semble assez juste. La qualité des poires néerlandaises semble être bonne ainsi que leur taille. Selon les producteurs néerlandais, les clients devront s’habituer à ce niveau de prix, qui est plus élevé que les années précédentes. Il est difficile de prévoir quelles seront les conséquences pour l’exportation.

Allemagne : des prix supérieurs de 30 à 50 % à ceux de l’année dernière

Le directeur général d’une grande entreprise du nord de l’Allemagne a déclaré que la commercialisation des poires est assurée dans tout le pays à parts égales par le commerce de détail alimentaire et le commerce spécialisé dans les aliments naturels. Le volume de la récolte de cette année est inférieur d’environ 25 % à celui de l’année précédente. Cela correspond à un rendement de 25 000 tonnes de fruits à pépins, dont il a une récolte totale de 350 à 400 tonnes pour les poires. Toutefois, la part principale revient aux pommes. Les variétés Alexander Lucas et Conférence constituent environ 60, voire 70 % de la récolte. Tout le reste est réparti entre les variétés Xenia et Novembra. Par ailleurs, il propose également des variétés du nord de l’Allemagne, comme la « Köstliche von Charneux » et la Clapps Liebling.

La demande de poires biologiques a bien augmenté, mais aucun chiffre exact ne peut encore être donné : « Nous constatons que de nombreux clients du commerce de détail alimentaire et des magasins discount proposent actuellement des poires biologiques en article, mais pas de manière permanente. Il est donc également difficile de se prononcer de manière générale sur les taux de croissance. Ce n’est qu’après quelques années que l’on pourra déterminer si les ventes seront régulières », ont-ils déclaré.

Actuellement, l’exploitation en est encore aux premiers stades de la commercialisation des poires. « Globalement, nous sommes la dernière région d’Allemagne en termes de développement végétal. Mais ce que l’on peut déjà établir, je pense, c’est que la quantité de poires, tant biologiques que conventionnelles, sera nettement inférieure à celle des dernières années. En termes uniquement de volume de récolte, cette saison sera une saison aux prix très élevés. Nos prix de vente dépassent de 30 à 50 % ceux de l’année dernière. »

Italie : la pire saison de poires de tous les temps

L’industrie italienne de la poire se souviendra de 2021 comme d’une année particulièrement mauvaise. La production dans le nord du pays a été presque entièrement détruite par les gelées du printemps. Un interlocuteur du nord de l’Italie affirme que la récolte de poires Abate a subi une baisse de 90 % : les zones de production d’Émilie-Romagne et de Vénétie ont été les plus touchées par les basses températures d’avril.

La situation des poires d’été, par rapport à celles d’automne, a été légèrement meilleure en termes de quantité. La majeure partie du produit a déjà été vendue.

Pour les poires Abate Fetel, les prix de détail ont augmenté de manière exponentielle, dépassant même 4 euros par kg. Selon un autre acteur, cette hausse n’aide personne, car les producteurs ne tireront toujours pas assez de revenus, les consommateurs optant pour d’autres produits.

En raison du manque de produit, le pays assiste à un niveau sans précédent d’importations de poires, notamment en provenance d’Espagne.

L’année dernière, pendant la campagne 2020/21, l’Italie a exporté 112 000 tonnes de poires, une augmentation de 55 % après les faibles volumes de la saison précédente, mais à des niveaux modestes si on les compare à la période triennale 2016/2019 (-23 %) et loin de la moyenne des années précédentes, où 150 000 tonnes étaient couramment atteintes.

En termes de valeur, les exportations totales ont touché 140 millions d’euros, avec une évolution positive (+31 %) par rapport à la saison 2019/20, mais avec un prix annuel moyen ayant diminué de seize points de pourcentage par rapport à la saison dernière, tout en maintenant une position supérieure aux niveaux enregistrés dans le passé proche.

Les pays de l’UE représentent 90 % des destinations totales des exportations de poires italiennes, avec 80 % du volume concentré sur quelques marchés : l’Allemagne est le principal marché (45 % du total de la dernière campagne), suivie de la France (15 %), de l’Autriche (9 %), de la Roumanie (5 %), du Royaume-Uni (3 %), de la Hongrie, de la Suisse et de la Slovénie (2 % chacun).

La fréquence d’achat des poires par les familles italiennes est en moyenne de 7,5 fois par an : une fréquence inférieure, parmi les principaux types de fruits, aux niveaux de consommation des pommes (12,1), des oranges (10,2) et des citrons (8,1). L’achat moyen de poires est égal à 1,1 kg, ce qui est plutôt stable par rapport au passé récent.

Bien que l’on puisse imaginer que les poires soient une denrée achetée par toutes les familles, le nombre réel atteint l’année dernière est égal à 15 244 000 familles, soit 58 % des ménages italiens. Par conséquent, les poires présentent certes une dynamique positive, mais elles sont également caractérisées par un potentiel notable, si l’on tient compte du fait que 42 % des ménages n’achètent pas de poires au cours de l’année.

Turquie : faibles volumes et prix élevés

Les volumes sont plus faibles que l’année dernière en raison des températures élevées au cours de la période de floraison. En outre, les tailles sont plus petites, mais la qualité reste bonne. Malgré la dépréciation de la livre turque, les prix devraient être plus élevés que l’année dernière suite à la baisse des volumes. En termes de plantation, bien que la superficie totale plantée n’ait pas changé, les variétés cultivées sur celles-ci ont changé : on constate un glissement de la poire Santa Maria vers la poire Deveci, alors que la répartition entre les deux variétés était auparavant équilibrée. La Fédération de Russie et la région des Balkans sont les principaux marchés d’exportation des poires turques, tandis que le Moyen-Orient se développe également.

Amérique du Nord : essor des poires biologiques

« Nous avons eu une belle récolte de poires Bartlett cette année. Le calibrage est à peu près le même que l’année dernière, avec des changements minimes en fonction de la variété et du moment où la récolte a lieu », déclare un producteur / expéditeur. « Le volume estimé des bacs à l’arrivée semble très proche de celui de l’année dernière ».

Les volumes de poires proviennent du nord-ouest du Pacifique dont le producteur et expéditeur note que ses approvisionnements sont à environ 35 % biologiques. « Notre récolte commence avec des variétés plus précoces comme la Bartlett et la Bosc dans les zones de la vallée inférieure près de notre siège social à Yakima, WA, et se termine avec des variétés plus tardives dans nos vergers plus au nord, près de la frontière canadienne », explique le producteur-expéditeur.

À l’heure actuelle, les poires Bartlett, Bosc et Red sont en pleine saison, suivies de près par les poires Anjou. « Notre action, concernant les poires d’Anjou, est en train de prendre de l’ampleur, qu’il s’agisse d’Anjou vertes ou rouges », indique-t-il. « Nous continuons à avoir un approvisionnement régulier de poires asiatiques, qui se sont hissées à la 4e place des poires ces dernières années (Nielsen). »

En ce qui concerne la demande, elle émane de l’ensemble des États-Unis, du Canada et du Mexique, mais aussi d’Amérique du Sud et centrale, du Moyen-Orient et de l’Inde, qui sont tous des marchés forts et en développement.

Selon les données de Nielsen pour les quatre dernières semaines se terminant le 11 septembre, les prix des poires ont augmenté de 4 % tandis que le volume est resté stable à 0,1 % et que le prix de détail moyen a augmenté de 4 % pour atteindre 1,79 $.

En ce qui concerne plus précisément les variétés, les ventes de poires Bartlett ont augmenté de 5 % en dollars et de 1 % en volume, le prix de détail moyen ayant augmenté de 5 % pour atteindre 1,67 $/lb. Les poires Bosc sont arrivées en deuxième position et ont fait reculer les Anjou, étant donné que le Nord-Ouest du Pacifique procédait au nettoyage de ses stocks d’Anjou. Les poires Bosc ont augmenté de 11 % en dollars et de 8 % en volume, le prix de détail ayant augmenté de 3 % pour atteindre 2,08 $.

Les produits biologiques sont bien sûr aussi à mentionner. Selon Nielsen, les prix des poires biologiques ont augmenté de 16 % d’une année sur l’autre, le volume a augmenté de 2 % et le prix de détail moyen a augmenté de 14 % pour atteindre 2,28 $/lb. La part du volume des produits biologiques a également augmenté de 8 %, ce qui représente une reprise après la baisse de l’été dernier.

En ce qui concerne les ventes de produits emballés, la part en dollars des emballages est restée faible (18 %), contrairement à la moyenne de 20 % observée au plus fort de la pandémie. Les ventes de produits conditionnés ont toutefois augmenté de 47 % en dollars et de 46 % en volume d’une année sur l’autre, ce qui laisse présager une augmentation de la part du volume global au cours des prochains mois de récolte.

Australie : augmentation significative des ventes de poires dans le pays

Les dernières données montrent qu’au cours de l’année se terminant en mai 2021, les ventes de poires australiennes ont augmenté rapidement, à raison de 9,2 % en termes de dollars et de 5,2 % en termes de volume/kilogrammes. Le pourcentage de ménages acheteurs est resté stable, tandis que les dépenses moyennes en dollars sont passées de 19,31 à 20,89 dollars, et que le poids moyen acheté, par kg, a augmenté. Les données ont également révélé que 68,1 % de toutes les ventes de poires en dollars ont été réalisées dans les grands supermarchés (Coles, Woolworths et Aldi). Du point de vue de la production, les dernières statistiques de Hort Innovation font état d’une légère augmentation des volumes de poires. Pour l’année se terminant en juin 2020, 118 545 tonnes ont été produites (soit une hausse de 4 %), et la valeur a augmenté de 13 % pour atteindre 130 millions de dollars. Les volumes d’exportation ont augmenté de 6 % pour atteindre 9 732 tonnes, mais la valeur a légèrement baissé de 1 % pour atteindre 16,1 millions de dollars. La majorité des exportations ont été destinées à la Nouvelle-Zélande, alors que dans le même temps, aucune importation de poires fraîches n’a été enregistrée en Australie.

Source: Freshplaza

Regardez aussi

Marché mondial de la mangue : prix, offre, demande...

Marché mondial de la mangue

Marché mondial : la mangue De nombreux producteurs de mangues ont vu leurs volumes réduits …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *