Accueil / Actualités / Actu Maroc / Dégâts environnementaux causés par les margines à Taounate
Dégâts environnementaux causés par les margines à Taounate

Dégâts environnementaux causés par les margines à Taounate

Mobilisation contre les dégâts environnementaux causés par les margines à Taounate.

Les organisations étatiques et les professionnels de la filière de la trituration d’olive se mobilisent pour limiter les dégâts environnementaux causés par les margines à Taounate.

A chaque saison de trituration des olives dans la province de Taounate, où l’olivier constitue l’une des principales espèces fruitières cultivées, le problème des effets négatifs de la margine sur l’environnement refait surface.

Autorités locales, représentations ministérielles, propriétaires d’unités de trituration et tissu associatif actif dans la préservation de l’environnement se mobilisent pour limiter les dégâts sur la nature. Outre l’instauration de nouveaux procédés de trituration respectueux de l’environnement, une batterie de mesures a été prise pour ‘’réussir’’ la saison de trituration.

Elles ont notamment trait à l’appui des associations des propriétaires des unités de trituration, la mise en place d’unités communes de traitement de la margine, la mise à niveau de certaines unités, la création d’unités de valorisation des grignons d’olive et l’organisation de sessions de formation au profit des propriétaires des unités de trituration sur la réglementation environnementale en vigueur. L’interdiction de la création d’unités de trituration d’olives près des ruisseaux, des barrages et des zones sensibles a été aussi instaurée.

Le contrôle de ces unités a également été renforcé. Abderrahime El Ouali, responsable de la communication à la province de Tounate, a indiqué à cet effet à la MAP que le comité technique chargé du contrôle a effectué 34 visites aux unités de trituration durant les deux dernières années, en présence de toutes les parties concernées.

Au total 21 unités de trituration d’olives ont été interdites d’exercer leurs activités, pour non-respect des normes environnementales en vigueur, a-t-il fait savoir.

Outre ces mesures, il a relevé qu’il sera procédé à l’accélération de la réalisation d’une ‘’importante unité modèle’’ de traitement de la margine à Sidi Yahya Bni Zaroual, au niveau du cercle de Ghafsai, qui devra coûter quatre millions de DH, financés par l’Agence hydraulique du Bassin de Sebou. Une expérience appelée à être élargie à d’autres cercles de la province.

M. El Ouali a rappelé à cet égard l’action entreprise par les différents acteurs de la chose environnementale dans la province dans le cadre du programme 2017-2020, outre la proposition de création d’un fonds commun de traitement de la pollution générée par les margines et plus généralement par la trituration des olives.

Les responsables locaux du département de l’agriculture se veulent aussi rassurants. Abdelkrim Al Alami, de la direction provinciale de l’agriculture à Taounate a souligné que le ministère de tutelle œuvre, en partenariat avec les secteurs concernés par la préservation de l’environnement, à sensibiliser les propriétaires des unités de trituration à l’importance de la protection des ressources naturelles, mais aussi à soutenir un groupement d’unités qui génèrent des taux faibles de margine.

Ces actions sont de nature à valoriser le produit et à inciter les associations et coopératives à intégrer des groupements d’intérêt économique (GIE), a-t-il ajouté.

Chez les propriétaires d’unités de trituration, on parle la même langue. Dans une déclaration à la MAP, le président-adjoint du GIE de Ghafssay, Abdessamad Chafi, a ainsi mis l’accent sur le soutien apporté par le ministère de l’agriculture, les autorités provinciales et les communes territoriales pour la réalisation d’unités modernes respectant des normes supérieures de qualité.

Il a donné l’exemple de l’unité de trituration qu’il dirige, laquelle est équipée d’installations modernes pour la collecte des résidus des olives et leur séchage en vue de leur réutilisation ou commercialisation pour servir comme combustibles aux grands fours.

De leur côté, les acteurs associatifs ont appelé au renforcement des mesures visant à limiter les effets négatifs des margines sur l’environnement, en multipliant les opérations de contrôle et en sensibilisant les propriétaires des unités de trituration, qui s’élèvent à 82, dont 26 unités ont été autorisées à exercer leurs activités avant la promulgation des lois sur le respect de l’environnement.

L’olivier constitue l’une des principales espèces fruitières cultivées dans la province de Taounate. Réalisée sur une superficie totale de 147.000 ha, la production au titre de cette campagne agricole devrait atteindre 200.000 tonnes. Selon les dernières estimations, le quintal d’olives équivaudrait à une production estimée entre 15 et 20 litres d’huile d’olive.

Ces dernières années, une grande importance a été accordée à la culture de l’olivier dans le cadre du plan Maroc Vert et du programme MCA (Millenium Challenge Account). Environ 27.000 ha ont ainsi été plantés entre 2008 et 2017, outre la création et l’équipement de trois unités de trituration au profit des GIE, avec une capacité entre 60 et 80 tonnes par jour.

Regardez aussi

Maroc : bilan honorable de développement durable et de lutte contre le changement climatique

Bilan national honorable en matière de développement durable et de lutte contre le changement climatique. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *