Accueil / Non classé / Coopératives agricoles entrepreneuriales : levier pour la création d’emploi et le soutien des jeunes du monde rural
image_not_found

Coopératives agricoles entrepreneuriales : levier pour la création d’emploi et le soutien des jeunes du monde rural

Coopératives agricoles entrepreneuriales : levier pour la création d’emploi et le soutien des jeunes du monde rural.

L’agriculture marocaine constitue un secteur important pour le développement économique et social. Réunissant près de 1,5 million d’agriculteurs, le secteur contribue à hauteur de 15 %  au PIB national et génère près de 40 % de l’emploi.

Pays à vocation agricole, le Maroc a déployé des efforts louables en matière de sensibilisation des agriculteurs à l’importance des associations professionnelles comme forme d’organisations entrepreneuriales.

Dans cette optique, le Plan Maroc Vert, stratégie ambitieuse lancée en 2008, constitue une plateforme importante qui a permis le développement de ce modèle économique coopératif visant la dynamisation de l’emploi dans le monde rural  et la modernisation et le développement du secteur agricole.

Programme « Mourafaka » : vers une pérennisation des coopératives  

Les coopératives jouent un rôle de plus en plus important dans le développement économique et social du Maroc. Depuis 2005, L’Initiative nationale du développement humain (INDH) encourage la création et la pérennisation des structures de l’économie sociale et solidaire.

En effet, le programme « Mourafaka » de l’INDH est un programme d’appui post-création aux coopératives nouvellement créées. Il propose de soutenir les coopératives par un package intégré de services qui interviennent sur des maillons essentiels pour son démarrage et la pérennisation de son activité.

Pour un meilleur développement agricole et rural

Une convention cadre de partenariat a été signée le vendredi 21 novembre 2015 à Skhirate, au Maroc, entre le secrétaire général du Crédit agricole du Maroc, Jamal Eddine El Jamali, et le directeur de l’Office du développement de la coopération, Abdelkrim Azenfar, pour l’accompagnement et le financement des coopératives agricoles et opérant dans le monde rural.

Objectif : un accompagnement technique et financier pour la mise à niveau et le renforcement des capacités de gestion des coopératives agricoles et de leurs unions.

Une panoplie de mesures a été prévue pour assurer des financements spécifiques aussi bien pour les coopératives que pour leurs membres et salariés, notamment les ouvertures de compte, la banque assurance, les avances et les crédits  de consommation et de logement…

Une autonomie progressive des coopératives agricoles ?

La création de coopératives agricoles joue un rôle primordial dans la réalisation des objectifs du Plan Maroc Vert (PMV), d’où l’importance du lancement du programme national de création des coopératives agricoles (2015-2020).

A la lumière de ce programme, une convention-cadre tripartite entre les ministères de l’agriculture, de l’Intérieur et de l’artisanat et de l’économie solidaire a été signée en décembre 2017. Cette initiative prône la création de nouvelles coopératives agricoles, la dynamisation des coopératives existantes et la transformation des associations porteuses de projets en coopératives, en vue d’atteindre 10.000 unités à l’horizon 2020.

L’objectif ultime étant de convertir les coopératives en structures productives autonomes et structurées dépassant les problèmes de commercialisation et de valorisation et consolidant la contribution de l’agriculture solidaire dans la sphère socio-économique.

En termes de chiffres, il s’agit d’organiser 750.000 agriculteurs en coopératives agricoles, Unions de coopératives agricoles et Groupement d’intérêt économique (GIE) d’ici 2020.

Des rencontres pour promouvoir cette conversion

Dans cette optique, l’ONCA (Office National du Conseil Agricole) a organisé une série d’ateliers provinciaux, en collaboration avec les directions régionales de l’agriculture pour sensibiliser les agriculteurs à l’importance du modèle économique coopératif.

Le dernier atelier en date est celui de Larache qui s’est tenu le vendredi 23 mars 2018.

Dans ce sens, l’ONCA permet de renforcer les capacités techniques, managériales et commerciales des acteurs locaux. En moyenne, plus de 150 coopératives ont été ciblées pour chaque rencontre.

Insertion des jeunes ruraux

L’agriculture demeure l’un des premiers secteurs pourvoyeurs d’emploi au Maroc. Selon les statistiques du HCP (RGPH 2014), les ruraux représentent 40% de la population marocaine et les jeunes ruraux sont près de 5.000.000. En effet, la jeunesse rurale est un potentiel considérable dont la valorisation constitue un défi crucial pour un développement rural durable.

C’est pourquoi le Plan Maroc Vert s’est engagé, à travers un grand nombre de réalisations, à soutenir l’entrepreneuriat en agriculture pour l’intégration des agriculteurs dans le développement socio-économique du royaume.

L’organisation sous forme de coopératives agricoles a réussi à dynamiser l’emploi dans le monde rural  au profit des paysans et des jeunes ruraux en  particulier, pour la lutte contre la précarité, la pauvreté et le chômage. Les organisations professionnelles  représentent l’avenir d’une agriculture marocaine qui ambitionne d’améliorer la chaîne de valeur et d’avoir un accès plus facile aux marchés et aux sources de financement.

De surcroît, le Fond de Développement Agricole (FDA) s’est donné l’objectif de promouvoir l’investissement privé dans le secteur agricole et de l’orienter, à travers des subventions et primes ciblées, vers des activités permettant une meilleure exploitation du potentiel agricole national. Le FDA s’est développé avec l’avancement du PMV  pour garantir des incitations dans l’ensemble des filières de production.

Ce nouveau système de subventions agricoles a donc fait bénéficier les coopératives agricoles d’un soutien de leur activité leur permettant d’assurer un certain niveau d’autonomie financière à la population d’agriculteurs.

En dépit des difficultés rencontrées par les coopératives agricoles marocaines, à savoir celles liées à la commercialisation et au manque de capacité managériale, ces formes d’organisation représentent un instrument efficace pour le développement du monde rural à travers l’organisation de secteurs productifs informels et la valorisation des produits du terroir. Elles sont un moyen d’auto emploi particulièrement pour les jeunes et les femmes en manque de débouchés au milieu rural.

Regardez aussi

image_not_found

Les Experts AgriMaroc.ma

Experts: pour les professionnels, par des professionnels. Nos Experts: Brahim Elhjouji Brahim Elhjouji est agriculteur, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *