Accueil / Actualités / Actu Maroc / ADA : un bilan positif pour les PPP
image_not_found

ADA : un bilan positif pour les PPP

L’ADA annonce un bilan positif pour les partenariats Public-Privé dans le secteur agricole.

L’Agence pour le Développement agricole (ADA), créée en 2009, joue un rôle primordial en matière de promotion de l’offre marocaine en matière d’investissement dans le secteur agricole. 

L’agence a livré, mardi dernier à Skhirate, son bilan de dix ans de Partenariat public privé (PPP) dans le domaine de l’exploitation des terres agricoles. La synthèse de l’expérience des PPP en gestion des terres agricoles, réalisée par le DG de l’agence, indique un bilan plutôt positif.

Depuis le lancement des PPP, près de 135.494 hectares ont été cédés pour une location de longue durée à des opérateurs privés. 110.000 ha font partie du domaine privé de l’État et proviennent essentiellement des terres de la SODEA et SOGETA. 24.800 ha appartiennent aux terres communes (Joumoû) et 600 ha aux terres habous. L’ensemble de l’opération PPP compte 1.632 projets.

Pour l’ADA, le bilan est «positif» parce que ce mode de gestion des terres domaniales a permis d’atteindre trois points essentiels. En premier lieu, «attirer les investissements privés, moderniser le secteur, développer les filières de production». Deuxièmement, «la maintenance et une meilleure exploitation du foncier agricole en créant une forte valeur ajoutée». Troisièmement, «préserver les emplois liés à ces terres et créer de nouvelles opportunités d’emplois».

Le directeur a déclaré «Nous veillons à la bonne application de la convention d’investissement. 45 projets ont été retirés à leurs promoteurs pour non respect des clauses. 92 autres ont été avertis».

Il ajoute : «63% des partenariats ont bénéficié de projets de moins de 20 ha». Les projets entre 10 et 20 ha représentent 16% de l’ensemble des PPP. Les partenariats de taille moyenne (20-100 ha) concernent 17% des projets. Les PPP destinés aux grandes exploitations agricoles concernent 20% des projets.

En outre, les résultats indiquent que trois filières ont bénéficié des PPP, à savoir : la filière oléicole (35%), les arbres fruitiers (24%) et les agrumes (14%).

Pour finir, la région de Fès-Meknès est la région qui connaît une plus grande concentration des PPP avec un pourcentage de 23%. Cette région concentre les terres SODEA et SOGETA. La région de Rabat-Salé-Kénitra (22%) arrive au 2 ème rang suivi de près de Béni-Mellal-Khénifra (20%).

Regardez aussi

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

L’huile de graines de figue de barbarie vaut 1000 dollars le litre sur les marchés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *