Accueil / Technique / Dossier / Aperçu du marché mondial de l’ananas
ananas_maroc

Aperçu du marché mondial de l’ananas

Situation actuelle du marché mondial de l’ananas.

En Allemagne, les commerçants reviennent sur une saison de l’ananas très instable, qui s’applique en fait au marché mondial. Pour certains, la demande a chuté avec des prix élevés, tandis que d’autres sont confrontés à une pénurie d’ananas et à une hausse des prix. En Europe, le marché se rétablit progressivement. En Afrique du Sud, les ananas sont désormais utilisés à des fins très différentes. Du fait de la prohibition de l’alcool, les ananas sont utilisés pour la fabrication de la bière.

Costa Rica : le marché retrouve son équilibre

Au cours des 4 à 6 dernières semaines, les conditions météorologiques ont été propices à la culture de l’ananas. En janvier et février, de fortes averses ont affecté la qualité, mais la situation s’est considérablement améliorée au cours des deux derniers mois. Pendant les mois d’hiver, on vend généralement beaucoup au secteur de la restauration, mais ces ventes ont été annulées en raison des mesures mondiales de confinement. Cela a engendré des stocks importants, une chute des prix et une baisse des exportations. Dans certains cas, les prix payés pour les fruits n’ont même pas couvert les coûts logistiques. Ces derniers jours, les prix semblent avoir retrouvé un certain équilibre, essentiellement grâce à la réouverture du secteur de la restauration aux États-Unis. En ce qui concerne la production en elle-même, les volumes sont normaux et la qualité est bonne. La taille 8 est devenue un peu plus courante étant donné que c’est celle que la restauration utilise couramment. Le Costa Rica doit également faire face à une pénurie de conteneurs frigorifiques, bien que l’impact de cette situation soit limité.
La Chambre nationale des producteurs d’ananas du Costa Rica, Canapep, a signalé en avril que les exportations vers les États-Unis avaient diminué de 30 %, alors que le chiffre pour l’Europe était inférieur de 40 %. Ces chiffres correspondent à 1,3 million de boîtes d’ananas par semaine, et à des pertes hebdomadaires équivalant à 6,5 millions de dollars américains.

Pays-Bas : l’achat d’ananas ne constitue pas une priorité pour le moment

Dans les premières semaines qui ont suivi la mise en place des mesures contre le coronavirus en Europe, les consommateurs ont accumulé certains produits spécifiques à base de fruits et légumes. Les ananas n’étaient pas concernés. Les importateurs affirment que cela fait longtemps que le marché est mauvais, même si la période allant de janvier à avril est habituellement bonne pour les ananas. Le marché s’est redressé depuis. « Je pense que la plupart des importateurs s’en tiennent à leurs programmes et n’apportent rien de plus. Par conséquent, le marché est actuellement assez bon, avec des prix qui se situent autour de 10-11 euros », déclare un importateur. « J’espère que ces prix se maintiendront un certain temps, car ils rendent l’importation plus rentable. La bonne nouvelle, c’est que le secteur de la restauration s’ouvre de nouveau en douceur. L’ananas est largement utilisé par les traiteurs et les restaurants et il faut espérer que cela stimulera un peu la demande ».

Belgique : il n’y a presque plus d’ananas depuis deux mois

Au cours des deux derniers mois, aucun fret aérien d’ananas en provenance du Costa Rica et de la République dominicaine n’a été effectué. Résultat, les prix ont augmenté d’environ 30 %. La situation s’est améliorée la semaine dernière, bien que le fret aérien reste cher. Les ananas importés par bateau sont également disponibles à des prix plus élevés.

Allemagne : un marché caractérisé par des fluctuations de prix

Le beau temps printanier qui règne dans une grande partie de l’Allemagne fait généralement baisser la demande de produits exotiques, et cela se reflète également dans la demande d’ananas. Désormais, ce sont surtout les fruits d’été (fruits à noyau et melons) qui dominent le marché.

D’une manière générale, le secteur de l’ananas fait face à une saison instable avec des prix relativement bas. En raison des importantes fluctuations de prix et de marges relativement faibles, de nombreux négociants ont décidé de retirer temporairement le produit de leur assortiment. Pour l’instant, la plupart des fruits proviennent du Costa Rica. Les prix sont bas dans tous les domaines, rapporte un commerçant.

France : peu d’offre sur le marché

Les Français payent cher leurs ananas. Il n’est pas rare que le prix soit de 12 à 13 euros par boîte pour les tailles normales. Ces prix élevés résultent de la pénurie de produits depuis 2 à 3 semaines en raison du coronavirus. Il y a moins de travailleurs et moins d’expéditions. En raison de la faible offre sur le marché, même les ananas qui ne sont pas tout à fait mûrs sont acceptés.

Italie : arrêt du fret aérien en provenance de la République dominicaine

Un importateur italien d’ananas de la République dominicaine a cessé d’importer par fret aérien il y a deux mois. Les vols ne sont plus réguliers et le prix de ceux qui restent est monté en flèche. Avant le coronavirus, le prix du fret aérien coûtait 0,90 €/kg ; il est désormais de 2,50 €/kg. Sans le tourisme, quasiment aucun avion ne part pour l’Europe depuis ce pays d’Amérique centrale. Il y a 20 jours, un seul vol par jour reliait l’Amérique du Sud à l’Europe, au départ de Bogota, en Colombie.

Sur le marché intérieur italien, la demande d’ananas a chuté en raison de la fermeture du secteur de la restauration, qui absorbe normalement de gros volumes d’ananas. Désormais, seuls les magasins spécialisés continuent d’acheter des ananas, ainsi que certains supermarchés qui cherchent un produit à vendre dans le cadre d’une promotion.

Afrique du Sud : bière à l’ananas

Lorsque la vente de boissons alcoolisées a été interdite en Afrique du Sud dans le cadre des mesures de confinement mises en place le 26 mars, la recette de la bière à l’ananas a rapidement circulé. Certains magasins vendent désormais des ananas dans un présentoir avec du sucre et de la levure ; tous les ingrédients nécessaires à la fabrication de cette bière.

Les producteurs d’ananas ont connu une saison assez difficile. L’été a été très sec et chaud, et les fruits ont été davantage endommagés  par les brûlures du soleil. Certaines régions ont également été touchées par la grêle. Les volumes disponibles sur le marché ont donc été plus faibles et la situation ne s’est améliorée qu’à la fin de l’été. La demande de l’industrie de transformation (nationale et internationale) et l’intérêt accru du marché européen ont stimulé la demande, mais la situation a été sérieusement entravée par une forte baisse du nombre de vols allant de l’Afrique du Sud vers l’Europe. Il faut maintenant attendre que le nombre de vols augmente à nouveau pour pouvoir exporter. Le prix local en Afrique du Sud s’élève désormais à 18,54 ZAR/kg (0,92 €), ce qui est à nouveau supérieur au prix moyen de la semaine précédente (16,33 ZAR/ 0,81 €). Dans les semaines précédentes, le prix était encore de 0,73 €, si bien qu’il continue d’augmenter. Comparé au mois précédent le confinement, la demande d’ananas a augmenté de 38 %.

Chine : le marché reprend, mais sans atteindre le niveau de l’an dernier

On trouve actuellement en Chine une grande quantité d’ananas locaux sur le marché. La saison dans les régions de Guangdong, Hainan et Taiwan bat maintenant son plein. En avril, l’offre a connu un pic important. Malgré le coronavirus, les ventes restent bonnes, quoique parfois un peu lentes ; mais le marché a retrouvé une certaine vigueur. Si la demande est inférieure à celle de l’année dernière, la demande en ligne reste importante. Les prix varient considérablement ; un ananas d’une marque connue se vend toujours plus facilement et à un prix plus élevé que ceux des marques inconnues.

États-Unis : optimisme pour les semaines à venir

Dans les jours à venir, la demande d’ananas aux États-Unis devrait repartir à la hausse. Pour l’instant, les stocks sont limités, en fonction de l’origine du produit. Par exemple, les stocks du Costa Rica sont abondants, mais les ananas mexicains manquent quelque peu. Les Mexicains ont planté moins d’ananas que l’année dernière, car les ventes n’ont pas été très bonnes au cours de la saison précédente. Les calibres les plus courants qui entrent maintenant sur le marché américain sont le 5 et le 6. Le calibre 4 est destiné au marché intérieur. On trouve également des ananas d’Hawaï, qui sont vendus à des prix élevés.

La demande sur le marché américain a fortement diminué en raison de la fermeture du secteur de la restauration et des écoles. Néanmoins, les importateurs américains signalent que les prix des ananas restent stables en raison du resserrement de l’offre. Dans les semaines à venir, ils s’attendent à ce que la demande augmente quelque peu.

Source: Freshplaza

Regardez aussi

A Houderrane, les agriculteurs ont raison d’être réticents vis-à-vis du semis direct

Les agriculteurs de Houderrane ont raison d’être réticents vis-à-vis du semis direct. Situé  à 30 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *