AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Agrumes : La région de Berkane souffre du changement climatique
agrumes
Ph : DR

Agrumes : La région de Berkane souffre du changement climatique

Le changement climatique continue d’inquiéter sérieusement les producteurs d’agrumes au Maroc. Les effets de la sécheresse se font particulièrement ressentir dans des régions clés comme Berkane, entraînant une alarmante baisse de production qui inquiète les acteurs de la filière, les agriculteurs comme les experts du secteur.

Selon Ahmed Darrab, secrétaire général de l’Association des producteurs d’agrumes au Maroc, la production nationale pourrait chuter de 10 à 20 % cette année, impactant non seulement les fruits frais mais aussi le marché du jus d’agrumes. Ce dernier précise à SNRTnews que cette réduction varie significativement d’une région à l’autre, en fonction de l’intensité du déficit pluviométrique.

Le manque de précipitations n’est pas un phénomène nouveau pour le Maroc, mais la situation actuelle atteint des niveaux particulièrement critiques puisque ce sont 5 années compliquées qui se sont enchainées. Le barrage Mohammed V, une ressource hydrique capitale pour les vergers de Berkane dans l’Est du pays, a vu ses niveaux d’eau dangereusement baisser, impactant gravement la production locale. En 2023, la récolte de clémentines a vu une diminution dramatique estimée à 70 %, ceci par rapport aux années précédentes.

Lire aussi : UE : Vers l’extension de l’obligation de traitement par le froid aux agrumes importés?

Les régions comme Souss-Massa, autrefois considérées comme des bastions de la culture d’agrumes, subissent également les conséquences du changement climatique. L’irrigation, bien que partiellement compensée par des infrastructures avancées, ne suffit plus à contrebalancer le manque d’eau chronique affectant la croissance et la qualité des fruits.

Lire aussi : Agrumes : 1500 hectares d’arbres arrachés dans la région de Taroudant

La situation alarmante a des répercussions au-delà des frontières du Maroc, affectant tant le marché intérieur que les exportations. Toujours à la même source, Ahmed Darrab reste néanmoins optimiste quant à une amélioration de la situation avec le retour des pluies constatées ces dernières semaines. Cependant, cette dépendance à l’égard des conditions météorologiques souligne la nécessité pour le Maroc d’adopter des stratégies de gestion de l’eau avec notamment une meilleure captation et une meilleure utilisation de cette ressource.

Partager

Regardez aussi

Agroalimentaire/Souss Massa : Appel à projet pour financer 13 coopératives

Taza : Réunion de communication à l’occasion de la Journée internationale des coopératives

Le comité provincial du développement humain de Taza a organisé, mercredi, une réunion de communication …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *