Accueil / Actualités / Actu Maroc / L’agriculture au Maroc performe sauf dans le financement
image_not_found

L’agriculture au Maroc performe sauf dans le financement

Banque mondiale : l’agriculture au Maroc performe dans tous les secteurs sauf dans le financement.

Une nouvelle enquête de la Banque mondiale décortique le secteur agricole au Maroc. Tous les critères affichent une bonne performance sauf le financement.

Dans un nouveau rapport, la Banque mondiale dresse un comparatif des législations qui influencent le fonctionnement des marchés du business agricole. Le Maroc affiche une bonne performance sur plusieurs critères, hormis pour la partie financement, a-t-on appris du site d’information Médias24.

Dans l’étude, dont la première édition est parue cette année, six indicateurs ont été utilisés: semences, engrais, machinerie, finance, transport ou encore marchés. Chaque indicateur est noté sur 100, sur la base des réponses aux enquêtes menées par la Banque mondiale auprès des acteurs du secteur public, du secteur privé et des organisations de la société civile, ainsi que des spécialistes et chercheurs universitaires au niveau de 40 pays, dont la Maroc, indique la même source.

Pour les semences, le Maroc affiche un score de 85,9/100, dépassant ainsi l’Espagne (81,3), la Turquie (76,6) ou la Russie (76,0). Cet indicateur représente une mesure des lois et réglementations encadrant le développement, l’évaluation, la mise sur le marché et le contrôle des espèces de semences.

Selon la Banque mondiale, le Maroc dispose d’une réglementation solide pour l’enregistrement, la certification et le développement de toute nouvelle variété de semences. Pour les marchés, le pays affiche une bonne performance avec un score de 72,3, en se basant sur des éléments comme la production ou le volume des ventes, mais examine également des éléments liés à la réglementation liée aux produits d’agriculture destinés à l’export.

Le royaume affiche une performance moyenne en matière d’engrais, avec un score de 50,4 et en machinerie avec 52,0, et ce en raison de la faible fiabilité des systèmes de maintenance des tracteurs, combinée au non-respect des standards de sécurité dans leur utilisation. Le critère tient également compte des entraves auxquelles les importateurs de tracteurs doivent faire face, a-t-on tiré du même article.

Sur le critère du transport, le royaume affiche un score de 60,7. Ainsi, les secteurs étudiés affichent une bonne performance sauf le financement. Le pays récolte un score de 0/100 selon les données présentées par l’étude. Cet indicateur traite de facteurs liés à un segment de clientèle généralement exclu des services financiers traditionnels, en raison de leur situation géographique ou du type de garantie qu’ils présentent. Ainsi, cet indicateur encadre des aspects relatifs aux institutions de micro-finance, aux banques mutualistes, ainsi que d’autres moyens de financement innovants.

Regardez aussi

La production de céréales est en baisse de 50% à El Hajeb

La production de céréales est en baisse de 50% à El Hajeb

Les aléas climatiques ont fait chuter la récolte de céréales à El Hajeb. La production …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *