Accueil / Actualités / Actu Maroc / Un appui à l’agro-industrie qui réjouit la FENAGRI
Un appui à l'agro-industrie qui réjouit la FENAGRI
Amine Berrada Sounni président de la FENAGRI (ph:lematin.ma)

Un appui à l’agro-industrie qui réjouit la FENAGRI

Les agropoles et les changements positifs pour le secteur agro-industriel au Maroc

La FENAGRI (Fédération nationale de l’agroalimentaire) son président Amine Berrada, et son directeur  Sadek Cherif, se réjouissent des changements positifs qui s’annoncent d’ores et déjà pour les secteurs de l’agriculture et de l’industrie au Maroc.

Les bonnes nouvelles pour les secteurs

Mardi 21 octobre 2015 les deux chambres du Parlement ont reçues le projet de loi de finance 2016 qui intègre pour la première fois une mesure visant à corriger l’écart de TVA qui existe entre les produits agricoles purs et ces mêmes produits ensuite transformés.

Monsieur Amine Berrada précise que si cette mesure est adoptée la TVA ne s’appliquera que sur la valeur ajoutée industrielle, ce qui rendra automatiquement moins chers les produits transformés à base de produits agricoles marocains. Une mesure qui au départ ne concernerait que les fruits et les légumes et une mesure qui pourraient ainsi bénéficier indirectement aux agriculteurs marocains.

Pour les 2 048 entreprises de l’agro-industrie qui emploient plus de 200 000 personnes (2013), et qui représentent en tout 3 à 5% du PIB, et selon le président de la Fenagri, il faudra encore d’autres mesures pour faire renaître ces secteurs qui stagnent depuis de très nombreuses années.

Les ambitions du secteur agroalimentaire “les Agropoles”

D’autres mesures devraient également voir le jour dès la fin de l’année, pour cela un contrat programme sera signé. L’objectif étant d’accompagner sur 5 ans les entreprises de l’agro-industrie dans leur mise à niveau et croissance. Substitution aux importations, conquête de nouveaux marchés à l’export, encouragement de la R&D,  formation, incitation à l’investissement sont les grands thèmes de négociation entre les différentes parties.

Monsieur Cherif Sadek précise que actuellement 15% de la production agricole nationale est transformée. Selon lui le potentiel est énorme pour les débouchés sur le marché local, et sur l’exportation de produits à plus forte valeur ajoutée, les compétences seront de rigueur également.

Pour les industriels, ils devront s’engager à investir et à augmenter le rythme de création d‘emploi. Pour ce faire, Monsieur Berrada rappelle qu’un partenariat est déjà signe avec  l’OFPPT. Cinq écoles de formations (une par agropole) seront mises en place par l’OFPPT et seront cogérées avec la FENAGRI.

Proximité avec les zones de productions agricoles, centres de formation intégrés, les agropoles devraient ainsi devenir un pivot important dans la stratégie d’émergence agro-industrielle du Maroc.

Regardez aussi

Taounate : extension de la superficie des oliviers de 13000 hectares

Taounate : extension de la superficie des oliviers de 13.000 hectares

La province de Taounate plantera 13.000 hectares d’oliviers de plus en 2021. La superficie réservée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *