Accueil / Actualités / Actu Maroc / Les progrès du secteur agricole dans la région d’El Jadida
Les progrès du secteur agricole dans la région d’El Jadida

Les progrès du secteur agricole dans la région d’El Jadida

Le secteur agricole de la région d’El Jadida connait une bonne croissance.

Le Plan Maroc Vert ainsi que les divers programmes mis en place conjointement avec l’Etat ont permis de booster le secteur agricole de la région d’El Jadida. Coup d’œil sur les progrès enregistrés.

La province d’El Jadida compte 280 000 hectares (ha) de terres agricoles dont 21 000 ha sont irrigués : 13 000 ha en grande hydraulique et 1 100 ha par un système d’irrigation localisé. La majorité des exploitations et plus précisément 56 400 d’entre elles sont de petite ou moyenne taille. En termes de structures dédiées à l’organisation du secteur, la région compte 166 coopératives dont 146 laitières et 16 associations dont 10 pour les usagers d’eau agricole, indique LaVieEco.ma.

Production végétale

L’agriculture de la région d’El Jadida est très diversifiée. On y trouve des cultures maraichères qui couvrent une superficie de 14 000 ha pour une production annuelle moyenne de 500 000 tonnes (T). Les grandes cultures et plus particulièrement les céréales sont cultivées sur 210 000 ha pour une production de 360 000 T. Le fourrage est quant à lui produit à hauteur de 720 000 T pour une superficie de 28 000 ha. Les légumineuses occupent 5 000 ha pour 5 000 T produites. Ensuite, l’arboriculture fruitière est pratiquée sur 6 000 ha et la vigne 4 000 ha pour une récolte de 78 000 T chacune. Ces dernières années, les cultures tropicales (bananier, avocatier et papaye) ont été introduites dans la région mais elles restent encore faibles : 185 ha pour 110 T de production. La floriculture est une branche bien développée avec 49 millions de fleurs dont 80% sont exportés, et ce, principalement vers l’Europe pour un revenue d’environ 150 MDh.

Production animale

La région d’El Jadida compte 100 000 bovins, 230 000 ovins et 6 000 caprins. Près de 11 000 T de viandes rouges sont produites ainsi que 59 000 T de viandes blanches. La production laitière est de l’ordre de 160 millions de litres dont 56% sont industrialisés. L’élevage génère un chiffre d’affaire de 752 MDh ainsi que 2,28 millions de journées de travail. La région est aussi productrice de miel : les 180 apiculteurs produisent 23,5 T de miel.

Le Plan Maroc Vert

La région d’El Jadida vise à diversifier davantage ses cultures mais surtout à développer les cultures à forte valeur ajoutée comme les tropicales et celles qui servent à la fabrication de produits du terroir : la figue, la truffe, la vigne Doukkali, etc. Les diverses actions entreprises dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV) ont permis la création de sous-activités telles que le travail de la peau et de la laine, la valorisation des viandes rouges, la création d’unités de conditionnement des viandes blanches et d’unités d’aliments de bétail.

«Pour faire profiter la province de tous ses atouts, un ensemble de mesures a été mis en place pour inciter les investisseurs à s’y installer et à développer d’autres types de cultures», explique Abderrahmane Naili, Directeur Régional de l’Agriculture (DRA) de Casablanca-Settat.

Augmenter la production, améliorer la qualité, les conditions de travail (salaire, machinisme), et le système de commercialisation sont les points clés du PMV. L’intensification de la production par des pratiques adaptées était à l’honneur dans le premier Pilier du PMV. Le deuxième pilier porte davantage sur la valorisation des produits et la reconversion pour certaines cultures à forte valeur ajoutée. Estimé à 61,5 MDh, le Pilier II profitera principalement aux filières du cactus, de l’olivier, de la vigne et du miel.

Au total, sur la période 2010 à 2016, la région a vu se réaliser de multiples projets pour une enveloppe de 814 MDh. 22 800 agriculteurs ont bénéficié du premier Pilier du PMV et 5 050 bénéficieront du second Pilier.

Un programme pour l’eau

La zone maraîchère de Chtouka, qui souffre de pénurie d’eau va bénéficier d’un programme national. Fruit d’un partenariat public-privé estimé à 430,4 MDh, le projet profitera à 600 agriculteurs. Sa réalisation passera par un aménagement hydro-agricole entre Azzemour et Bir Jdid qui couvrira une superficie totale de 3 200 ha. Il s’agira d’un réseau d’irrigation collectif qui sera alimenté par les eaux de la rivière Oum Rbii. Ce programme de valorisation de l’eau d’irrigation permettra la création de 1900 emplois et limitera l’exploitation anarchique de la nappe phréatique.

L’amont agricole

Les différents programmes entrepris par les agriculteurs, les investisseurs et l’Etat ont également permis de renforcer les infrastructures agro-industrielles. LaViesEco.ma indique que la région dispose  de 2 laiteries (Nestlé Maroc et Centrale Laitière), 5 minoteries industrielles, 5 entrepôts pour le stockage des graines de céréales, 147 centres de collecte de lait, 8 stations d’entreposage frigorifique, 3 stations de conditionnement des légumes et 10 couvoirs pour la production de poussins.

Regardez aussi

Danemark : la menthe fraîche à l'origine d'une épidémie de Shigellose

Danemark : la menthe fraîche à l’origine d’une épidémie de Shigellose

La menthe fraîche serait à l’origine, au Danemark, d’une épidémie de Shigellose. Au Danemark, la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *