Accueil / Actualités / Actu Maroc / Plan Maroc Vert : 2020, année charnière pour l’agriculture marocaine

Plan Maroc Vert : 2020, année charnière pour l’agriculture marocaine

Le bilan et les perspectives d’avenir du PMV passés au crible lors d’une conférence-débat de la Chambre de Commerce Britannique pour le Maroc.

Alors que le SIAM 2020 mettra à l’honneur le Royaume-Uni, le bilan et les perspectives d’avenir du Plan Maroc Vert ont été passé au crible durant une conférence-débat de la Chambre de Commerce Britannique pour le Maroc ce mardi 29 octobre 2019 au Barcelo Anfa Casablanca.  Le thème de la conférence était intitulé « Plan Maroc Vert : vers l’excellence d’un modèle de développement ? ».

Parmi les acquis du Plan Maroc Vert initié en 2018, M. El Mahdi Arrifi, Directeur Général de l’Agence pour le Développement Agricole (ADA) a mis en avant une amélioration de la productivité agricole et un développement de l’export. Résultat : sur la période 2008-2018, le taux de croissance annuel a été de 7,5% dans le secteur. « Le PMV  a permis d’organiser et structurer l’agriculture et ses interprofessions », a-t-il déclaré. Autre point significatif : l’exode rural s’est stabilisé. La population rurale est passée de 13,5 millions d’habitants en 2008 à 13,2  millions en 2018.

Un an après le discours royal appelant à l’émergence d’une classe moyenne rurale, « le Plan Maroc 2.0 devra inclure davantage la jeunesse » et « améliorer la relation entre producteurs et intermédiaires », a plaidé M. Choukry Maghnouj, président d’Arsen Consulting. Selon lui, l’élaboration d’une stratégie alimentaire nationale pourrait permettre davantage de visibilité et de développement dans le monde agricole. Le Maroc doit également « diversifier sa gamme de produits à l’export » pour mieux résister face à la concurrence turque et égyptienne.

De son côté, M. Moulay Abdelkader Alaoui, Chargé de Communication & Trésorier au sein de la Fédération Nationale de la Minoterie (FNM) a rappelé les efforts en matière de développement des filières céréalières et légumineuses. Représentant 40% des emplois dans le monde rural, « la filière s’est structurée et mécanisée ». L’adaptation au changement climatique devra être un des piliers du prochain Plan Maroc Vert.

Les consultations pour le Plan Maroc Vert 2.0 ont démarré l’an dernier. M. El Mahdi Arrifi a rappelé que le foncier agricole sera un des sujets majeurs. D’ici 2030, un million d’hectares de terres collectives de l’Etat sera mobilisé au niveau des périmètres non irrigués. Une véritable révolution qui devra s’accompagner d’un développement plus intensif de l’agro-industrie. Le Royaume-Uni pourra apporter son expertise lors du prochain Salon international de l’Agriculture au Maroc.

Regardez aussi

La filière laitière du Maroc pose les jalons

La filière laitière du Maroc pose les jalons La production de lait au Maroc ne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *