Accueil / Actualités / Les pays africains face au changement climatique

Les pays africains face au changement climatique

Les pays africains sont de faibles émetteurs de CO2 mais ils en sont, par contre, les premières victimes.
Dès lors, et au regard de la conférence internationale sur le climat qui se déroulera prochainement à Paris, les pays africains commencent à s’impliquer et à s’engager face au changement climatique.

Conférence de l’ONU et changement climatique

La conférence de l’ONU sur le climat qui aura lieu à Paris, va aborder différents thèmes, domaines et également mesures à considérer parmi lesquelles, l’atténuation, l’adaptation, la finance, la technologie, le renforcement des capacités et aussi transparence de l’action et du soutien, et, tout cela sur les sujets principaux qui s’intéressent au changement climatique et au texte qui va fixer les grandes lignes et surtout les consignes à suivre pour toutes les nations du monde.

Depuis la conférence de Lima et ses décisions, tous les pays sont concernés et donc également les pays africains.
Parmi les mesures prises, tous les pays doivent réduire leurs gaz à effet de serre (GES) et doivent contribuer aux obligations qui leurs ont été soumises et ce, avant le mois d’octobre.
Actuellement, 50 états ont fait valoir leurs engagements sur 195 qui sont concernés.
4 pays d’Afrique se sont engagés, à savoir : le Gabon, le Maroc, l’Ethiopie et le Kenya.

Les pays d’Afrique engagés sur le changement climatique

Parmi les pays d’Afrique engagés, le premier à avoir officialisé sa contribution depuis Mars 2015 a été le Gabon.
Ce pays se compose de 88 % de forêt et absorbe 4 fois plus de CO2 qu’il n’en émet, ainsi et d’ici à 2025 il s’est engagé à réduire ses émissions de 50 %, parmi les prévisions, le Gabon souhaite électrifier le pays (Hydroélectricité à 80 % et gaz à 20 %). La réduction des émissions de gaz à effets de serre prévue est de 64 % d’ici à 2030 avec la volonté d’avenir d’un développement économique, social et équitable, durable et respectueux de l’environnement.

Le Maroc a souhaité également être exemplaire lui qui a été également le pays organisateur de la COP22.
L’engagement du Maroc est de réduire également ses émissions de gaz à effets de serre d’au moins 13 % d’ici à 2030 et selon les niveaux établis à 2010, le Maroc mise aussi et essentiellement sur les énergies renouvelables et prévoit un investissement de 10 milliards de dollars. Selon la ministre de l’environnement l’investissement global s’élèverait à 35 milliards de dollars, ce qui offrirait au Maroc une diminution de 32 % des GES. Le pays en appelle donc au fonds verts pour le climat.
L’Ethiopie, quand à lui, est un pays qui envisage de réduire ses émissions grâce au développement des énergies renouvelables et l’application de diverses mesures relatives aux domaines de l’agriculture, le bâtiment ou le transport, et le ralentissement du déboisement.
Enfin, le Kenya souhaite réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30 % d’ici à 2030.
Le pays sollicite 40 milliards auprès de la communauté internationale en vue de se préparer à la neutralité carbone.

De nombreux autres pays africains devraient encore se faire connaître pour les engagements à prendre, sachant qu’une conférence sur le climat est également prévue le 29 Août prochain à Libreville…
Les différents pays d’Afrique devraient donc se rassembler en vue d’évoquer l’urgence des enjeux climatiques et les solutions qui pourraient être appliquées.

Pour rappel le Maroc est déjà fortement engagé, à Aït Melloul un projet d’adaptation aux changements climatiques avait été lancé en avril 2015.

Regardez aussi

Le Maroc augmente ses importations de lait en provenance UE

Le Maroc augmente ses importations de lait en provenance de l’UE

Le Maroc augmente ses achats de lait en provenance de l’UE de 46 pour cent. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *