AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu Maroc / L’économie marocaine sera bouleversée par des changements d’ordres climatiques et sécuritaires…

L’économie marocaine sera bouleversée par des changements d’ordres climatiques et sécuritaires…

Selon le récent rapport du groupe US Bloomberg, rapporté par le journal “Al Massae” dans son édition du 18 septembre, les aléas climatiques, le manque d’anticipation sur la gestion de l’eau,  et les conséquences terroristes qui pèsent sur de nombreux pays, risquent de bouleverser l’avenir de l’économie du Royaume…

Manque de visibilité d’avenir et de perspectives pour l’agriculture

Le rapport du groupe financier américain, Us Bloomberg, fait état pour les prochaines années pour le Maroc, d’un manque flagrant de visibilité et d’anticipation sur l’avenir, et notamment sur le secteur agricole, à cause de pratiques qui sont encore trop dépendantes de la pluviométrie.

Les aléas climatiques envisagés estiment que la pluviométrie se fera de plus en plus rare, ainsi, et selon le rapport, le Maroc doit, au plus vite, envisager et implanter un système généralisé d’irrigation.

Cette action, non seulement est vitale, responsable mais en plus, dans le secteur le plus porteur d’emploi dans le pays, pourra permettre également de compter sur de bonnes retombées sociales

A contrario, certains facteurs favorisent l’économie marocaine

Le rapport s’intéresse aussi aux facteurs qui favorisent l’économie marocaine, ainsi, la chute des prix du pétrole sur les marchés mondiaux, a permis au royaume une augmentation des afflux IDE (équilibres macro-économiques), et également un renforcement de ses acquis. Sur les importations du Maroc en matière de carburants, cette baisse du pétrole a eu un impact positif.

On enregistre une baisse totale de 8 millions de dirhams entre 2014 et 2015 pour les importations de barils, soit en 2014, 21 millions de barils pour un coût de 18 millions de dirhams, et en 2015, 18 millions de barils pour un coût de 10 millions de dirhams…

Le rapport incite donc le pays à continuer ses politiques de réformes budgétaires, fiscales et de change…Par ailleurs, il conseille aussi d’accélérer la cadence du développement industriel, surtout pour l’automobile et l’aéronautique.

Partager

Regardez aussi

ENAM organise un forum autour de la digitalisation de l'agriculture marocaine

L’École Nationale d’Agriculture de Meknès à l’heure de ses 21èmes Olympiades

L’École Nationale d’Agriculture de Meknès (ENAM) abrite les 11 et 12 mai courant, la 21ème …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *