Accueil / Actualités / Actu Maroc / Le plan d’urgence porte ses fruits d’après Akhannouch
Le plan d'urgence porte ses fruits d'après Akhannouch

Le plan d’urgence porte ses fruits d’après Akhannouch

Retard des pluies: Le plan d’urgence porte ses fruits d’après Aziz Akhannouch.

Selon Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, le plan d’urgence pour lutter contre les effets du retard des pluies fonctionne. Le prix du bétail et de l’alimentation ont été stabilisé, parallèlement au lancement de 400.000 ha de cultures printanières.

Un ministre qui se veut rassurant

Le ministre de l’Agriculture se veut optimiste. Aziz Akhannouch annonce, en effet, que “le programme de lutte contre le retard des pluies produit ses fruits”. Du moins, précise l’Economiste, “il a permis de garantir l’offre en composants d’aliments de bétail, de stabiliser les prix du cheptel et de barrer la route aux spéculateurs”.

La situation hydrique du pays quant à elle s’est nettement améliorée. Le déficit pluviométrique a reculé de 63% fin janvier dernier à 49% actuellement. Le taux de remplissage des barrages a augmenté de 3 points par rapport au début de la campagne agricole. Une situation qui a favorisé la mise en place d’un programme de cultures printanières. Qui porte sur 400.000 ha, le programme est déjà réalisé à hauteur de 67%, soit 263.000 ha contre 200.000 en moyenne sur les 5 dernières années. Le Crédit agricole du Maroc avait prévu un financement de 1,5 milliard de DH destiné aux cultures printanières.

Un premier bilan dressé par Aziz Akhannouch

Le tiers de l’opération a été réalisé et a profité à 210 000 agriculteurs et éleveurs. Concernant les aliments composés, 4 millions de quintaux seront subventionnés aux éleveurs de bovins qui sont enregistrés au Registre agricole national. Pour l’Etat, le coût s’élève à 400 millions de DH.

Le programme comprend également des actions pour l’abreuvement de 524 points d’eau, l’acquisition de 2 700 citernes, la couverture des frais des camions citernes, l’irrigation de 93 000 ha de plantations arboricoles réalisées dans le cadre de la reconversion des cultures vivrières. Un coût qui s’èléve à 140 millions de DH.

En termes d’encadrement sanitaire, l’Etat a débloqué 92 millions de DH dédiée à l’acquisition de produits vétérinaires et de vaccins. Cette opération cible 10 millions de d’ovins.

Crédit photo:DR

Regardez aussi

Le Maroc envisage d'augmenter la production olives de 14%

Le Maroc envisage d’augmenter la production d’olives de 14%

Le Maroc envisage d’augmenter la production d’olives de 14%. Les perspectives de production d’olives pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *