Accueil / Actualités / Actu Maroc / Guerres Biologiques et Bioterrorisme : Comment la Nature peut- elle se Transformer en Arme de Destruction Massive ?
Physique des sols : Un laboratoire moderne en vue à Benguérir

Guerres Biologiques et Bioterrorisme : Comment la Nature peut- elle se Transformer en Arme de Destruction Massive ?

Guerres Biologiques et Bioterrorisme : Comment la Nature peut- elle se Transformer en Arme de Destruction Massive ?

Mohammed Besri
Professeur Institut agronomique et vétérinaire Hassan II
[email protected]   [email protected]

Le Bioterrorisme consiste en l’utilisation ou la menace d’utilisation de virus, de bactéries, de champignons, de toxines ou d’autres organismes dans le but de provoquer intentionnellement une maladie ou la mort d’êtres humains, d’animaux ou de plantes. Les auteurs du bioterrorisme peuvent être des états (terrorisme d’état) ou des groupements terroristes, sectes, activistes révolutionnaires, groupuscules extrémistes et organisations internationales.

L’histoire de la recherche sur les programmes d’armes biologiques, parrainée par l’État, a toujours été entourée de secret. Cependant, il est connu que de nombreux pays ont entrepris, particulièrement depuis la première guerre mondiale, des recherches sur les armes biologiques. Dans les années 1940-1980, Les Nations Unies, l’Allemagne, la France, les États-Unis, l’Union soviétique, le Japon, l’Australie , le Royaume Uni, l’Iraq , l’Afrique du Sud… ont tous expérimenté des armes chimiques et biologiques, comme les défoliants, les gaz agissant sur le système nerveux, les agents pathogènes s’attaquant à l’homme, à l’animal et au végétal

Bioterrorisme humain : Parmi les agents biologiques hautement préoccupants pour la santé humaine on peut citer: la variole (Bacillus anthracis) , l’Anthrax ( Yersinia pestis) , la peste: (Francisella tularensis) , leBotulisme ( Clostridium botulinum ), les Fièvres hémorragiques virales ( Filovirus et Arénavirus ). L’utilisation de ces armes biologiques n’est pas récente, elle a commencé dès le VIe siècle avant l’ère chrétienne et s’est  poursuivi à travers les siècles jusqu’à sa forme actuelle.

Agroterrorisme : L’Agroterrorisme est un sous ensemble du bioterrorisme. Il peut être défini comme l’utilisation délibérée et malveillante de bioagresseurs (agents phytopathogènes, insectes phytophages) ou de produits chimiques ou autres par un individu, une organisation ou un État, dans le but de provoquer des dommages aux plantes, aux denrées stockées, aux animaux et aux produits dérivés et transformés (viande, lait, fromage…). Les caractéristiques uniques de l’agriculture posent de nombreux problèmes entravant la bonne gestion de la menace terroriste. De nombreux agents phytopathogènes (champignons, bactéries et virus) et des ravageurs  ont été utilisés pour détruire volontairement des cultures.

Bioterrorisme alimentaire : Le bioterrorisme alimentaire est une infection intentionnelle des aliments par de nombreux agents pathogènes tels que Salmonella, Shigella, Bacillus, Clostridium, Listeria, Campylobacter, Escherichia, Staphylococcus, Vibrio, Enterobacter et Yersinia. De nombreux cas de terrorisme alimentaire sont connus et ont été rapportés.

Lutte contre l’agroterrorisme: Les pays industrialisés et ceux en développement ainsi que la communauté scientifique internationale sont de plus en plus concernés par l’agroterrorisme.. Des références au bioterrorisme  sont mentionnées dans les stratégies de développement de nombreux pays. Dans les congrès internationaux les sessions consacrées à la biosécurité et à l’agro-terrorisme sont de plus en plus nombreuses. Plusieurs revues scientifiques sur l’agroterrorisme sont publiées et leur nombre augmente de plus en plus. Des mots-clés tels que biosécurité agricole, biosécurité des cultures, terrorisme agricole, agroterrorisme, bioterrorisme anti-récolte, guerre agricole, arme biologique anti-récolte …ont favorisé l’obtention de fonds de recherche substantiels. Certaines universités et organismes internationaux organisent des cours sur l’agroterrorisme. Une Convention sur les armes biologiques (BWC), ou Convention sur les armes biologiques et toxiques (BTWC), signée par 173 États en 1972 a été le premier traité multilatéral de désarmement interdisant la production de ces catégories d’armes.

Pour se prémunir des attaques bioterroristes, il faut  être conscient des risques; avoir une volonté politique pour appliquer les conventions et traités ratifiés , sécuriser les laboratoires, renforcer le contrôle  de la détention et du transport de souches pathogènes, sensibiliser  en permanence les responsables de laboratoires sur les mesures à prendre pour éviter les actes de malveillance, être vigilant aux demandes de stage ou de visite de ressortissants de pays soutenant le terrorisme et mettre en œuvre des moyens suffisants pour prévenir la menace (services d’immigration, de police et de renseignement)

Regardez aussi

Tunisie : la tache noire des agrumes menace la production

Tunisie : la tache noire des agrumes menace la production

Des chercheurs tunisiens ont découvert des symptômes de la tache noire des agrumes sur des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *