Accueil / Actualités / Actu Maroc / Futur aménagement hydro-agricole de 1.000 ha au sud de Boujdour
Futur aménagement hydro-agricole de 1.000 ha au sud de Boujdour
Il s'agit également de la mise en place d'une exploitation modèle des vaches à Boujdour - (ph:DR)

Futur aménagement hydro-agricole de 1.000 ha au sud de Boujdour

Boujdour: un projet hydro-agricole de 1.000 ha est en cours pour le développement des filières maraîchères et laitières. 

Selon la Direction Régionale de l’Agriculture (DRA), une étude serait actuellement en cours afin d’évaluer la faisabilité, la pertinence et les caractéristiques d’un futur aménagement hydro-agricole de 1.000 hectares (ha) au sud de la ville de Boujdour.

Ce projet concerne entre autre l’aménagement de près de 1.000 ha pour le développement des filières maraîchères et laitières dans la commune rurale de Jraifia, à environ 160km au sud-est de Boujdour, selon les termes de l’appel de l’appel d’offre lancé par la DRA pour l’élaboration de l’étude de faisabilité dudit projet.

“Le périmètre Jrifia s’étend sur une grande superficie qui dépasse les 5.000 ha, sous forme de dépression naturelle (appelée localement Grarat), creusée dans le plateau. Il est constitué d’une cuvette plus ou moins à l’abri des vents, où pousse une végétation naturelle favorisée par la présence d’un sol moins hostile que celui situé en hauteur”, précise-t-on de même source.

D’après la MAP, le projet est déstiné à “valoriser les eaux d’irrigation, améliorer le revenu des agriculteurs, créer une valeur agricole ajoutée de 115 million de dirhams, augmenter la production agricole (1.750 tonnes de lait, 600 tonnes de viandes rouges et 50.000 tonnes de maraîchage) et créer 765 nouveaux emplois permanents”.

Sur le terrain, ce projet sera composé d’ouvrages de creusement et d’équipement de forages profond, de construction d’une station de filtration et de dessalement, d’aménagement d’un réseau d’assainissement et de pistes, d’équipement interne des parcelles en goutte à goutte et de construction d’une clôture autour du périmètre afin de réduire l’effet du vent et d’atténuer l’ensablement.

Il s’agit également de la mise en place d’une exploitation modèle des vaches, d’une unité de valorisation de lait de vache, d’une unité de traite (vaches laitière) et d’un centre d’insémination artificielle, outre l’acquisition du matériel technique et agricole et l’installation de serres pour cultures maraîchères (Tomate, melon, …).

Regardez aussi

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

L’huile de graines de figue de barbarie vaut 1000 dollars le litre sur les marchés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *