AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Les Figues de Barbarie très limitées sur le marché local cette année
Guelmim-Oued Noun : La filière du cactus a généré 700 MDH
Photo illustration - DR

Les Figues de Barbarie très limitées sur le marché local cette année

Les passionnés de figues de barbarie au Maroc sont confrontés à une pénurie alarmante de leur fruit sucré et rafraîchissant préféré. La cause de cette situation inquiétante ? La cochenille, un insecte ravageur qui s’attaque aux cactus, la plante productrice de ce fruit délicieux. Le résultat est sans appel : une chute drastique de la production et une flambée des prix.

Le cactus, couvre environ 150 000 hectares, principalement dans les montagnes du Rif, le centre du pays et les plateaux et plaines atlantiques. Le cactus joue un rôle crucial dans l’alimentation humaine et animale, la préservation des sols contre l’érosion, les revenus des agriculteurs, ainsi que comme matière première pour l’industrie cosmétique.

Malheureusement, depuis 2020, le cactus est gravement menacé par la cochenille, un parasite se nourrissant de sa sève et entraînant son dépérissement. Le Dr Rachid Bouharoud, chercheur et expert en entomologie et lutte intégrée, a rapporté à Medias24 que la production de figues de barbarie est passée de 1,2 à 3,5 millions de tonnes par an au début des années 2010 à des quantités insignifiantes aujourd’hui.

Au marché de gros de Casablanca, la situation est critique, avec seulement 23 tonnes de figues de barbarie reçues par jour, contre 160 à 200 tonnes il y a quelques années, constate une source du marché. En conséquence, les prix ont atteint des niveaux sans précédent, avec des figues se vendant entre 2 et 4 dirhams pièce, selon Abdellatif Baajine, contrôleur des prix au marché.

Face à cette crise qui s’intensifie, les autorités et les acteurs locaux ont lancé plusieurs initiatives pour sauver le cactus précise la même source. Le ministère de l’Agriculture a ainsi mis en place un programme ambitieux visant à planter 120 000 hectares de nouvelles variétés résistantes à la cochenille d’ici 2030, et déjà près de 7 500 hectares ont été plantés.

Dans la lutte contre ce fléau, la Fondation Dar Si Hmad, une organisation non gouvernementale dédiée au développement durable dans le sud-ouest du Maroc, a également pris part à la bataille. Elle a introduit un traitement biologique prometteur contre la cochenille : la coccinelle trident. Originaire du Mexique, cet insecte se nourrit exclusivement de cochenilles et a été relâché avec succès dans plusieurs régions du pays.

Ce traitement biologique présente de nombreux avantages, notamment son coût réduit et son impact moindre sur l’environnement par rapport aux traitements chimiques, indique la source. Selon les estimations de Bouharoud, il pourrait contribuer à régénérer les cactus du royaume en seulement cinq ans, offrant ainsi une lueur d’espoir tant aux producteurs qu’aux consommateurs de figues de barbarie.

Alors que les défis restent considérables, ces initiatives audacieuses démontrent la volonté de préserver cette plante emblématique du Maroc, ainsi qu’un fruit adoré par la population. La lutte contre la cochenille est une course contre la montre, mais le Maroc semble prêt à relever le défi pour protéger son cactus et restaurer l’abondance des figues de barbarie sur les étals du royaume.

Partager

Regardez aussi

Festive olives - ph : DR

Réunion du Conseil Oléicole International, qui représente 94% de la production mondiale, sur les perspectives d’avenir

Madrid a récemment accueilli la session plénière de la 119e réunion du Conseil des membres …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *