Accueil / Actualités / Actu Maroc / CRRA Meknès: quelles priorités pour une filière céréale compétitive dans le contexte du changement climatique
Séminaire interne au CRRA de Meknès

CRRA Meknès: quelles priorités pour une filière céréale compétitive dans le contexte du changement climatique

Prochain Séminaire interne du CRRA Meknès: quelles priorités pour une filière céréale compétitive dans le contexte du changement climatique.

  • Intitulé : Les recherches sur les céréales au Maroc : quelles priorités pour une filière compétitive dans le contexte du changement climatique.
  • SéminaristesDr Moha Ferrahi (URAPACRG – CRRA Meknès).
  • Date et heure : jeudi 13 juin 2019 – 11h à 12h30.
  • Lieu : Bibliothèque du CRRA Meknès.

Présentation du séminaire :

Le Maroc est soumis, à l’instar des autres pays importateurs, aux risques de sécurité alimentaire résultant de sa forte dépendance à l’égard des importations de céréales. Le volume des importations ne cesse d’augmenter malgré des productions nationales record ces dernières années. Le pays gagnerait à investir davantage dans la recherche scientifique agricole pour une optimisation de la filière et assurer des productions nationales de bonne qualité et par là réduire les importations des céréales qui pèsent de plus en plus sur la balance commerciale.

La Fédération Interprofessionnelle des Activités Céréalières (FIAC) s’est constituée, afin de s’inscrire dans la vision stratégique du Plan Maroc Vert, et du contrat programme signé avec le gouvernement, qui vise à intégrer la filière dans une dynamique de profitabilité économique, en matière de développement agricole, et à la doter d’une vision globale pour en faire une filière compétitive à l’horizon 2020. De son côté l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) s’est inscrit dans la nouvelle vision ayant pour objectif de rendre la filière céréalière plus compétitive à travers le développement d’un programme de recherche avec des activités de recherche actualisées et d’actualité. En résumé, ce programme consiste en un développement d’un matériel génétique plus performant et un paquet technologique adapté aux conditions climatiques de notre pays (irrégularités des précipitations et hautes températures, entre autres). Ce programme de recherche ambitionne de répondre aux priorités actuelles fixées par le ministère de tutelle et de répondre aux défis actuels (changement climatique et réduction du volume des importations).

Ce séminaire présentera les grandes lignes de ce programme de recherche et les voies susceptibles de réduire les importations en céréales à travers notamment l’encouragement de la variété nationale ayant des atouts génétiques supérieurs et l’identification des bassins de production pour sécuriser un volume de production adéquat avec des lots communs pour la transformation industrielle, chose qui fait défaut actuellement.

Regardez aussi

Souss-Massa-Sensibilisation-de-plus-de-6000-agriculteurs-au-Covid-19

Le Portugal recherche une main d’œuvre marocaine pour l’agriculture

Le Portugal envisagerait de faire venir des travailleurs marocains pour le secteur de l’agriculture. Après …

Un commentaire

  1. Avatar
    Bouchaïb Ghazouani

    Pour la filière céréalière, le ministère de l’agriculture devrait dans le cadre de la protection et la moralisation de la filière protéger les paysans de la région de Berrechid lors de la commercialisation de leurs récoltes.
    En effet à Berrechid , profitants de l’analphabétisme et de la naïveté de pauvres agriculteurs dont certains ne savent même pas interpréter un ticket de pesée , les acheteurs volent purement et simplement ces pauvres céréaliers.
    Parmi les subterfuges employés :
    – Tricherie sur la tare des camion de transport souvent avec la complicité des responsables de bascules.
    – Déduction du total pesé d’une quantité énorme pour soit disant le fait qu’ils achètent en gros mais vendent au détail sac par sac !!!!! et bien d’autres raisons aussi absurdes les unes que les autres.
    -Entente entre les 4 ou 5 gros acheteurs qui offrent bizarement le même prix pour les céréales même de très bonne qualité qu’ils dénigrent.
    – Accord avec leurs ouvriers manipulateurs pour que ceux-ci réclament au vendeurs de grains des sacs gratuits , afin que l’acheteur ne leur paie qu’un faible salaire , le complément étant à la charge et à son corps défendant du pauvre paysan.
    Et bien d’autres malhonnêtetés qui font q’après une année de labeur avec des labours et semages à crédit qu’il faut rembourser aussitôt la récolte vendue, beaucoup de petits céréaliers n’ont plus que quelques sac pour leur consommation personnelle et la paille laissée sur place (Lahssida) pour leur bétails , quand aux balles de paille ,c’est une autre histoire aussi affligeante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *