AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actu Entreprises / Stéphanie de Wit : « nous nous en sortons plutôt bien jusqu’à présent »

Stéphanie de Wit : « nous nous en sortons plutôt bien jusqu’à présent »

Malgré la baisse des volumes d’agrumes au Maroc, le pays s’en sort plutôt bien, selon Stéphanie de Wit, fondatrice de la société d’exportation marocaine Agri Bianco. Les exportations d’agrumes marocaines ont largement diminué cette saison en raison de divers facteurs, dont la sécheresse est le plus important. Cette diminution a atteint jusqu’à 50% pour la plupart des cultivars, et jusqu’à 40% pour certaines variétés telles que la Nadorcott.

« Le Maroc n’est pas le seul pays à avoir subi une baisse des volumes d’agrumes. L’Espagne a également rencontré ce problème, même si elle est un important producteur d’agrumes. La demande européenne en fruits d’agrumes était élevée et a maintenu une bonne demande pour les agrumes marocains cette saison. En général, la demande pour les agrumes marocains a été forte, sauf pour les États-Unis, qui ont eu des volumes suffisants de leur propre production. Grâce à cela, nous avons eu de bons prix malgré la baisse des quantités. » explique Stéphanie de Wit à Freshplaza.

« Nous nous adaptons à la baisse des volumes, et nous nous en sortons plutôt bien jusqu’à présent. Nous avons ajusté nos programmes d’exportation, de sorte que nous avons encore des semaines d’expédition alors que la plupart des exportateurs ont épuisé leurs volumes. Cela nous a permis de maintenir des prix adéquats. »

Les récentes pluies de février ont donné de l’espoir aux agriculteurs marocains, ajoute Stéphanie à la même source : « Je pense qu’il y a encore de grandes opportunités pour que le secteur se développe. Les agrumes marocains sont encore à découvrir sur les principaux marchés internationaux et ont des atouts majeurs tels que la qualité et la proximité géographique, et les pluies de février apportent de nouveaux espoirs. »

Si les conditions météorologiques ont été mauvaises pour les agrumes marocains, elles ont été favorables aux agrumes égyptiens. Stéphanie commente : « L’Égypte a de très bons producteurs et les conditions météorologiques ont été favorables pour eux. Il est difficile de concurrencer les producteurs égyptiens qui bénéficient de faibles coûts de production. Mais il y a un revers à cela, de grandes quantités signifient aussi des prix plus bas pour eux, et cela ne peut pas durer éternellement. Je pense que le Maroc et l’Égypte peuvent coexister sur le marché et jusqu’à présent, nous nous en sortons plutôt bien parce qu’en fin de compte, il s’agit de produire de la qualité et de travailler dur. »

Pour compenser la baisse des volumes d’agrumes, Stéphanie a diversifié sa gamme de produits : « Nous exportons d’autres produits saisonniers tels que la pastèque, les poivrons et les grenades. Pour l’ensemble de notre gamme, nous sélectionnons soigneusement nos producteurs en fonction de critères de qualité et d’éthique. Nous avons des partenariats de longue date avec des producteurs à Agadir, Marrakech, Beni Mellal et Sidi Slimane, toutes des régions réputées pour leur excellence et leur savoir-faire.

Partager

Regardez aussi

PHYTEO : L’index Phytosanitaire Marocain 2024 en Application sur iOS où Android !

Vous avez été nombreux à nous demander un Index Phytosanitaire en Application sur votre smartphone. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *