Accueil / Actualités / Actu internationales / Avec un taux de chômage de 21.8%, le recours de l’Espagne aux saisonniers marocains fait débat
Saisonniers marocains : Avec un taux de chômage de 21.8%, le recours de l'Espagne à ces derniers fait débat
Avec un taux de chômage de 21.8%, le recours de l'Espagne aux saisonniers marocains fait débat

Avec un taux de chômage de 21.8%, le recours de l’Espagne aux saisonniers marocains fait débat

Avec un taux de chômage de 21.8% en Andalousie, le recours de l’Espagne aux saisonniers marocains fait débat

Au fil de ces années, l’Espagne a fait de plus en plus appel aux saisonniers marocains. Et récemment, elle a eu recours à 21000 de marocaines pour la cueillette des fraises. Cependant, cette décision n’est pas au gout de tout le monde. En effet, certains ne comprennent pas la raison pour laquelle Huelva recoure aux migrants pour la cueillette des fraises avec un taux de chômage de 21.8% en Andalousie.

Ainsi, la ministre andalouse de l’Emploi, de la Formation et du Travail autonome, Rocío Blanco, a déclaré que ce sont les chômeurs eux-mêmes qui n’acceptent pas l’offre des entrepreneurs. “Nous ne pouvons pas non plus mettre une arme à feu sur chaque chômeur andalou pour accepter une offre d’emploi”, bien qu’elle ait insisté pour que le service de l’emploi andalou prévienne tous les chômeurs inscrits. On constate que “l’emploi ne leur convient pas et que les employeurs doivent recourir à du personnel extérieur“, ce qui a été fait “avec succès” pendant cinq ans.

Lire aussi : Les agriculteurs marocains craignent une mauvaise campagne agricole

Le vice-président de l’Office et ministre du Tourisme, de la Régénération, de la Justice et de l’Administration locale, Juan Marín, a souligné que l’embauche à la source pour la campagne de fraises Huelva se déroule selon une procédure établie entre les gouvernements espagnol et marocain. De même, le vice-président a fait remarquer que lorsque le service de l’emploi andalou souscrit une offre, comme à Huelva, et que la demande n’est pas couverte, il passe alors à la procédure établie pour l’arrivée de main-d’œuvre étrangère, tout comme le cas d’embauche à l’origine de travailleurs intérimaires au Maroc. Il s’agit, comme expliqué, d’accords bilatéraux entre le gouvernement espagnol et le gouvernement marocain pour répondre à la demande de main-d’œuvre requise à un moment donné de la campagne des fraises.

Regardez aussi

Loukkos : des mesures pour étendre la superficie des cultures sucrières

Loukkos : des mesures pour étendre la superficie des cultures sucrières

La DRA envisage d’augmenter la superficie réservée aux cultures sucrières dans le bassin de Loukkos. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *