AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Et si le réchauffement des océans devenait une solution inattendue aux problèmes de pénurie d’eau ?
eau
eau - photo : DR

Et si le réchauffement des océans devenait une solution inattendue aux problèmes de pénurie d’eau ?

Des Milliards de Litres d’eau douce potentielle grâce à l’évaporation des océans.

Alors que le réchauffement climatique s’intensifie, il devient impératif de trouver des moyens d’augmenter l’approvisionnement en eau douce. Les méthodes actuelles de conservation et de recyclage de l’eau ne seront pas suffisantes pour répondre aux besoins de la population mondiale. C’est l’avis de Praveen Kumar, professeur à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign (UIUC) et l’un des auteurs d’une étude publiée dans la revue Nature le 6 décembre.

Selon lui et son équipe, l’augmentation de la température des océans, liée au réchauffement climatique, pourrait offrir une solution en transformant l’évaporation océanique en une source d’eau potable. Plutôt que de simplement s’élever dans l’atmosphère, la vapeur d’eau saturée serait captée par des structures d’extraction situées au large des côtes, condensée, puis transportée via des canalisations pour être stockée et distribuée.

Cette méthode présente un avantage considérable par rapport à la désalinisation traditionnelle : l’eau de mer perd la quasi-totalité de son sel naturellement lorsqu’elle s’évapore et se transforme en gaz, de la même manière que l’eau de pluie n’est pas salée. Par conséquent, le traitement nécessaire pour rendre cette eau propre à la consommation nécessiterait beaucoup moins d’énergie et aurait un impact environnemental moindre que les méthodes conventionnelles telles que la saumure ou le traitement des eaux usées contenant des métaux lourds.

Un système alimenté par des parcs éoliens en mer et des panneaux solaires terrestres

Les chercheurs estiment qu’un système alimenté par des parcs éoliens en mer et des panneaux solaires terrestres pourrait soutenir cette technologie révolutionnaire. Francina Dominguez, spécialiste de l’atmosphère et coauteure de l’étude, souligne que cette technique reproduit le cycle naturel de l’eau, avec la différence notable que nous pouvons désormais contrôler la destination de l’eau évaporée de l’océan.

Selon les scientifiques, une structure de capture verticale de 210 mètres de large sur 100 mètres de haut pourrait fournir suffisamment d’humidité extractible pour répondre aux besoins quotidiens en eau potable d’environ 500 000 personnes en moyenne. Ces chiffres résultent de simulations réalisées dans 14 zones soumises à un stress hydrique et situées à proximité de centres urbains importants tels que Chennai, Los Angeles ou Rome. Selon les modèles, ce type de dispositif pourrait produire entre 37,6 et 78,3 milliards de litres d’eau par an, en fonction des conditions de chaque site.

Les prévisions climatiques indiquent que le flux de vapeur océanique continuera d’augmenter à mesure que la planète se réchauffe, fournissant ainsi une source accrue d’eau douce. Afeefa Rahman, coautrice de l’étude, souligne que cette approche offre une solution efficace et indispensable pour faire face au changement climatique, en particulier dans les régions arides et semi-arides où vivent des populations vulnérables.

Partager

Regardez aussi

cerisier

Les producteurs français de cerises luttent activement contre la Drosophila suzukii.

En France (Vaucluse), au cœur des vergers de cerisiers, un combat intense se déroule contre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *