AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
mercredi 30 novembre 2022
Accueil / Technique / Dossier / Quelles sont les cultures qui consomment le plus d’eau ?
Eau et irrigation ndien Vynil Pipes investit au Maroc

Quelles sont les cultures qui consomment le plus d’eau ?

Alors que l’eau se raréfie, certaines cultures sont très gourmandes en eau, en voici trois exemples.

Près de 5 milliards de personnes pourraient être aux prises avec des pénuries d’eau d’ici 2050 en raison du changement climatique, selon les Nations Unies .

Déjà, plus de 25 % des cultures mondiales sont cultivées dans des régions connaissant de graves pénuries d’eau.

Dans de nombreux pays, les agriculteurs puisent dans les eaux souterraines pour irriguer leurs cultures, en particulier pendant les périodes de précipitations limitées, et les experts avertissent que l’irrigation contribue aux pénuries d’eau dans les régions sujettes à la sécheresse.

Voici les 3 cultures qui consomment beaucoup d’eau :

Les amandes

La production d’amandes utilise environ 2 000 milliards de litres d’eau par an et contribue fortement à l’épuisement des eaux souterraines et à la dégradation des terres, selon le professeur Yoshihide Wada, directeur adjoint du programme sur l’eau à l’Institut international d’analyse des systèmes appliqués.

La culture de l’avocats 

La consommation d’eau de l’avocat est quatre fois supérieure à la quantité nécessaire pour produire la même quantité d’oranges ou un kilogramme de tomates, selon le réseau.

La consommation d’eau de l’avocat est quatre fois supérieure à la quantité nécessaire pour produire la même quantité d’oranges ou un kilogramme de tomates, selon le réseau.

Au cours de la dernière décennie, les importations mondiales d’avocats ont augmenté de plus de 10 % par an, selon Wada. L’augmentation de la demande a mis à rude épreuve les agriculteurs frappés par la sécheresse dans la province chilienne de Petorca, qui ont eu recours au pompage excessif des eaux souterraines et au détournement de l’eau des rivières vidées, a-t-il déclaré.

Dans la région aride de Petorca, chaque hectare cultivé d’avocatiers nécessite 100 000 litres d’eau irriguée par jour, selon WaterAid. 

« Les avocatiers sont des cultures pérennes, qui nécessitent de l’eau toute l’année. L’irrigation est le seul moyen de soutenir la croissance rapide de la production et des exportations d’avocats », a déclaré Wada.

Selon Wada, la dépendance des producteurs d’avocatiers à l’égard de l’irrigation et du changement climatique pourrait compromettre la sécurité alimentaire dans la région.

« Avec le changement climatique, l’approvisionnement futur en eau est incertain en raison d’événements météorologiques plus extrêmes. L’eau est utilisée pour un intérêt économique à court terme, mais une gestion à long terme est nécessaire pour utiliser durablement les ressources en eau », a-t-il déclaré.

Les bananes 

La République dominicaine est aux prises avec une grave sécheresse, qui a réduit de moitié la production de bananes du pays, selon Wada.

D’ici 2050, le déficit hydrique annuel du pays pourrait dépasser 500 milliards de litres, selon un rapport de 2013 de l’Institut international du développement durable, bien que l’agriculture ne soit pas la seule raison.

Le rapport suggère que l’amélioration de l’efficacité de l’irrigation et le passage des bananes à des cultures moins gourmandes en eau, telles que le sorgho et les mangues, « ont un énorme potentiel pour la conservation de l’eau ».

Regardez aussi

Céréales : Un enjeu pour la sécurité alimentaire mondiale

La filière céréalière marocaine résiste malgré un contexte mondial clairement défavorable. Présentant de forts enjeux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.