Accueil / Actualités / Actu Maroc / Manque de qualité du blé marocain : la COMADER réfute les déclarations
Manque de qualité du blé marocain : la COMADER réfute les déclarations
Manque de qualité du blé marocain : la COMADER réfute les déclarations.

Manque de qualité du blé marocain : la COMADER réfute les déclarations

La COMADER a réagi aux déclarations quant à la qualité du pain et du blé consommés.

La Confédération marocaine de l’Agriculture et du développement rural (COMADER) a réfuté avec véhémence les déclarations quant à la qualité du blé marocain et du pain consommé par les Marocains.

« C’est avec un grand étonnement que la COMADER a pris connaissance des déclarations irresponsables qui ont trait à la qualité du pain consommé par les marocains », indique un communiqué de la Confédération.

« Ces déclarations remettent en cause sans aucun fondement les efforts fournis par les agriculteurs marocains en général et les petits d’entre eux en particulier, tout en sachant que la culture des céréales représente la principale source de leurs revenus », déplore la même source.

Lire aussi : Céréales : la production locale primera les importations au Maroc

Et de poursuivre: « Nos agriculteurs se sont engagés pleinement dans l’approvisionnement régulier, en quantité et qualité suffisante, du marché local en diverses denrées agricoles, et ce malgré les diverses restrictions imposées par les pouvoirs publics durant la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) ».

Ces déclarations font fi intentionnellement de l’intelligence du consommateur marocain, souligne la COMADER, martelant que le Maroc est connu, tant au niveau national qu’international, par la richesse de son art culinaire ancestral, dont le pain représente l’un de ses piliers principaux.

« À ce titre, nous estimons que le consommateur marocain est le mieux placé pour apprécier à sa juste valeur la qualité de la farine qu’il utilise ou celle du pain qu’il acquiert des boulangeries tant modernes qu’artisanales », ajoute la Confédération.

Ces déclarations ignorent d’une manière mal intentionnée le travail de toutes les commissions de contrôle et en particulier celui de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) d’une part, ainsi que toutes les réalisations du secteur céréalier dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV) ces dernières années d’autre part, estime la Confédération.

Source : 2m

Regardez aussi

agriculture-maroc

Génération Green : objectif 350 000 emplois

L’emploi comme priorité, 350 000 emplois agricoles visés. Le gouvernement prévoit, dans son programme au …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *