AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Des projets d’irrigation à l’étude par le ministère de l’agriculture
irrigation-goutte-goutte
Goutte à goutte - Ph : DR

Des projets d’irrigation à l’étude par le ministère de l’agriculture

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Mohammed Sadiki, a récemment dévoilé une série de projets ambitieux visant à moderniser et renforcer le secteur agricole au Maroc. Ces initiatives, tournées sur l’irrigation et la commercialisation des produits agricoles, s’inscrivent dans le cadre des efforts continus du gouvernement pour répondre aux défis liés au stress hydrique et à la distribution des récoltes.

Sadiki a mis en lumière plusieurs projets d’irrigation, dont celui de la zone de Sidi Rahal, reliée à la station de dessalement de l’eau de mer de Casablanca. Cette initiative fournira de l’eau potable à la métropole tout en irriguant 8 000 hectares à Sidi Rahal. D’autres zones, telles que Tan-Tan, l’Oriental, Guelmim, Tiznit, Essaouira, Chichaoua, Oualidia, et Boujdour, bénéficieront également de projets d’irrigation, totalisant environ 70 000 hectares chacune.

Le ministre a souligné que le secteur agricole est confronté à un stress hydrique significatif, exacerbé par la demande croissante en eau et les conséquences du changement climatique. Dans le cadre de la stratégie « Génération Green » et du programme national d’approvisionnement en eau potable et irrigation 2020-2027, le ministère vise à irriguer 104 000 hectares par le dessalement de l’eau de mer.

Une étape importante dans cette stratégie est la mise en service de la première station de dessalement d’eau de mer dans la région de Souss-Massa, destinée à protéger la production de primeurs à Chtouka sur une superficie de 15 000 hectares. Opérationnelle depuis décembre 2022, cette station approvisionne le Grand Agadir en eau potable tout en irriguant la zone de production avec des plans d’extension prévus pour l’avenir.

Parallèlement, la commercialisation des produits agricoles reste un défi majeur pour assurer la durabilité du secteur. Le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, Mustapha Baitas, a souligné les efforts en cours pour améliorer la commercialisation sur le marché national. Il a néanmoins identifié des obstacles structurels, notamment des problèmes de gestion, un cadre juridique complexe, des infrastructures dégradées, et des normes d’hygiène et de qualité non respectées.

L’évaluation du « Plan Maroc Vert » a conduit à la nécessité de moderniser et développer les canaux de commercialisation. La stratégie « Génération Green 2020-2030 » vise à valoriser les produits agricoles et à améliorer leur qualité à travers des canaux de commercialisation modernes et efficaces.

Le ministre a annoncé un plan ambitieux de réforme des marchés de gros de fruits et légumes, visant à réduire leur nombre et à assurer une meilleure couverture nationale. Il a également souligné la construction de 12 nouveaux marchés de gros régionaux d’ici 2030, avec une attention particulière à la conformité aux normes de sécurité sanitaire.

Ces initiatives gouvernementales, dirigées par Sadiki, signalent un engagement fort en faveur du développement durable de l’agriculture au Maroc. L’irrigation innovante et la modernisation de la commercialisation créent des perspectives prometteuses pour un secteur agricole plus résilient et prospère.

Partager

Regardez aussi

sadiki iav 2024

Ouverture de la 3ème édition du Salon de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Le salon de l’IAV Hassan II constitue une plateforme propice de rencontres entre les étudiants, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *