AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / La phytopathologie à Wageningen fête ses 100 ans !
Plan de recherche agricole en France à l’horizon 2025
Ph : DR

La phytopathologie à Wageningen fête ses 100 ans !

100 ans de phytopathologie à Wageningen : Un siècle de recherche pionnière sur les maladies des plantes.

Cela fait un siècle que l’Université et la Recherche de Wageningen (WUR) ont inauguré leur département de phytopathologie. Au cours de ces 100 ans, ce centre de recherche renommé mondialement a contribué de manière significative à la compréhension des maladies qui affligent les plantes et à la recherche de solutions innovantes. Les chercheurs Joeke Postma et Gert Kema, tous deux vétérans du domaine, partagent leur perspective sur l’évolution de la phytopathologie au fil des décennies.

La lutte contre les maladies des plantes revêt une importance cruciale pour la sécurité alimentaire mondiale. Les virus, champignons et bactéries représentent une menace constante, capable de décimer des récoltes entières et de provoquer des famines dévastatrices. L’objectif principal du département de phytopathologie à Wageningen est de comprendre comment ces agents pathogènes provoquent des maladies chez les plantes et comment renforcer la résistance des cultures.

Bien que le défi fondamental soit resté le même, Joeke Postma souligne des changements significatifs dans le paysage de la phytopathologie. Les facteurs tels que le changement climatique et l’évolution des systèmes agricoles ont donné naissance à de nouveaux agents pathogènes, tandis que d’autres ont disparu. Les champignons et les virus eux-mêmes évoluent constamment, en partie en réponse à la culture de nouvelles variétés résistantes.

Gert Kema met en avant l’impact révolutionnaire de la technologie moléculaire dans le domaine de la phytopathologie. Le séquençage de l’ADN, en particulier, a permis une compréhension nouvelle et approfondie de la diversité des agents pathogènes. Les travaux pionniers réalisés au début des années 1990 par le groupe dirigé par Pierre de Wit ont abouti au clonage du premier gène d’avirulence fongique, ouvrant la voie à des avancées majeures dans la sélection végétale.

Gert Kema, qui a débuté ses recherches à Wageningen en 1982, souligne l’importance croissante accordée aux cultures tropicales. Malgré les scepticismes initiaux sur l’étude des maladies du bananier, il a montré l’importance cruciale de ces cultures alimentaires pour des millions de personnes dans le monde. Cette évolution reflète la sensibilisation croissante aux enjeux mondiaux de la sécurité alimentaire.

Une transformation majeure au fil des années a été l’accent mis sur la collaboration avec d’autres disciplines. Joeke Postma souligne l’importance de combiner les connaissances en phytopathologie avec l’écologie, les sols et d’autres domaines connexes. À une époque où la collaboration interdisciplinaire était un défi, le département s’efforce désormais de maximiser ces synergies pour résoudre les problèmes concrets de l’agriculture.

Selon Gert Kema, il est difficile d’évaluer l’impact du département de Wageningen sur la lutte mondiale contre les maladies des plantes. Cependant, il souligne le rôle crucial de l’université dans la compréhension des interactions entre plantes et agents pathogènes, ainsi que dans l’amélioration de la résilience des cultures.

En regardant vers l’avenir, Joeke Postma anticipe une avancée significative au niveau micro dans la recherche. Une meilleure compréhension des interactions physiques entre les champignons, d’autres organismes du sol et les racines des plantes pourrait être la clé pour renforcer la protection naturelle des cultures. Gert Kema évoque également les perspectives passionnantes des chromosomes artificiels et de l’intelligence artificielle, soulignant le potentiel de ces technologies pour simuler des gènes de résistance et intégrer des données complexes.

Les 100 ans de phytopathologie à Wageningen témoignent d’un siècle de progrès, de découvertes et de défis relevés. Alors que la recherche continue d’évoluer, les scientifiques restent déterminés à trouver des solutions innovantes pour assurer la sécurité alimentaire mondiale dans un monde en constante mutation.

Partager

Regardez aussi

Europe : les producteurs se liguent contre les importations de tomates marocaines

Le Maroc est le 1er fournisseur de tomates de l’UE au premier trimestre 2024

Le Maroc détrône l’Espagne comme principal fournisseur de tomates de l’UE au premier trimestre 2024. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *