Accueil / Actualités / Mois sacré : Renforcement des actions de contrôle sanitaire et de suivi de l’approvisionnement du marché
image_not_found

Mois sacré : Renforcement des actions de contrôle sanitaire et de suivi de l’approvisionnement du marché

L’ONSSA compte également renforcer ses actions de contrôle à l’approche du Mois sacré.

A l’approche du Ramadan, et en application des hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, a tenu une réunion de coordination, mardi 23 avril au siège du ministère de l’Intérieur.

L’objectif de cette rencontre est de s’enquérir des mesures et dispositions nécessaires à même d’assurer le suivi de la situation de l’approvisionnement du marché national et des prix des produits de première nécessité et de renforcer les interventions des services chargés du contrôle et de la protection du consommateur. En plus de la mise en place de mécanismes de coordination entre les différentes administrations et instances concernées aux niveaux central et local.

Le souci majeur durant ce mois du Ramadan est de soutenir le pouvoir d’achat des citoyens et de protéger leur santé. Ainsi, l’accent a été mis, lors de cette réunion tenue en présence du ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, du ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, du ministre de la Santé ainsi que du ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, sur la mobilisation des services de contrôle, toutes compétences confondues, en vue de garantir la transparence des transactions commerciales et de faire face à toutes les pratiques illégales portant atteinte à la stabilité des prix.

« Lors de cette rencontre, il a été également décidé de renforcer les opérations de contrôle quotidien comme étant le moyen idoine pour garantir le suivi régulier de la situation des marchés et de faire face, avec la rigueur nécessaire, à l’ensemble des pratiques contraires à la loi et à toutes les infractions enregistrées et de sanctionner tout manquement aux lois en vigueur », indique un communiqué du ministère de l’Intérieur.

A ce jour et sur la base des données actualisées fournies par les départements ministériels, les institutions concernées ainsi que les services des préfectures et provinces et autorités locales, les prix des produits de première nécessité demeurent, dans leur globalité, stables et dans la moyenne normale, tout en enregistrant quelques variations relatives s’agissant de certains produits en comparaison avec la même période de l’année précédente.

Par ailleurs, les secteurs concernés vont entreprendre toutes les mesures proactives en vue de garantir un approvisionnement suffisant et régulier des marchés et combler tout manque éventuel dans l’approvisionnement ainsi que de traiter les dysfonctionnements susceptibles d’être constatés au niveau local, s’engage-t-on lors de cette réunion.

Aussi, en parallèle aux efforts déployés par les différents services administratifs pour la protection du consommateur et la préservation de la santé des citoyens, cette rencontre a-t-elle mis en exergue la nécessité de faire adhérer les associations de la société civile et professionnelles pour relever ce défi par le biais de la sensibilisation des citoyens sur les précautions à prendre pour s’assurer des conditions de consommation et de la sécurité alimentaire.

Cela passe également par la sensibilisation des fournisseurs, commerçants et prestataires de services dans le but de prendre des mesures préventives pour préserver la santé et la sécurité alimentaires et respecter les conditions de stockage, de présentation et de vente et de toutes les dispositions légales relatives à la protection du consommateur, affirme le texte.

Dans un souci de transparence, les parties prenantes ont insisté sur la nécessité d’informer les citoyens de la situation réelle des marchés et des actions entreprises et faire face aux données erronées ou inexactes ainsi qu’aux rumeurs colportées lors des années précédentes, poursuit la même source. D’ailleurs, les participants à cette rencontre ont également préconisé un traitement efficace des réclamations des citoyens, en coordination avec les services compétents ainsi que l’obligation de notifier aux plaignants l’issue de leurs réclamations et les mesures prises à leur sujet dans les plus brefs délais.

Il a décidé la création d’une commission centrale comprenant tous les secteurs gouvernementaux concernés, qui s’attèlera, tout au long du mois sacré de Ramadan, à suivre l’opération de contrôle, la situation des marchés et le traitement des différents problèmes qui se poseraient et ce, en coordination avec les intervenants locaux.

De même que les services de contrôle locaux ont été appelés à redoubler d’efforts afin de garantir la durabilité et l’amélioration constante des mécanismes d’action et de coordination entre les différents intervenants, indique le communiqué tout précisant que les participants ont préconisé que les interventions des appareils de contrôle, outre leur caractère préventif et répressif, fassent l’objet d’un accompagnement et d’un suivi des différentes parties prenantes.

Le ministère de l’Intérieur souligne que pour atteindre ces objectifs, il a été convenu, comme annoncé précédemment, la réactivation lors de ce mois sacré du numéro de téléphone national “5757”, qui permet aux citoyens, dans les différentes régions du Royaume, d’entrer directement en contact avec les cellules de permanence créées au niveau des préfectures et provinces, pour la réception de leurs réclamations et remarques sur l’approvisionnement des marchés, la qualité et la sécurité des produits et marchandises mis en vente ainsi que les prix et pour alerter les autorités sur les éventuels cas de fraude et les pratiques commerciales illégales pouvant nécessiter l’intervention des pouvoirs publics ou des services de contrôle compétents.

Cette rencontre a enregistré la présence des représentants des secteurs de l’énergie, des mines, du développement durable, de l’Administration des douanes et impôts indirects, des directeurs généraux de l’Office national de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), de l’Office National Interprofessionnel des Céréales et Légumineuses (ONICL), de l’office national des Pêches (ONP) et des chefs de division des affaires économiques et de coordination au niveau des différentes préfectures et provinces du Royaume.

Regardez aussi

Crédit Agricole Maroc fonds soutien agriculture

Le Crédit Agricole du Maroc organise des rencontres avec l’interprofession

Le Crédit Agricole du Maroc organise des rencontres avec l’interprofession sous la houlette de Tariq …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *