AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Olives : Les exportations chutent alors que les importations explosent
traitement déchets agricoles d'huile d'olive
Ph : DR

Olives : Les exportations chutent alors que les importations explosent

Les exportations d’olives en conserves chutent drastiquement tandis que les importations atteignent des sommets.

Au cours de la campagne 2022/23, le Maroc, a fait face à une situation sans précédent, impactant sévèrement ses exportations d’olives en conserve. Le pays a connu l’une de ses pires saisons des dix dernières années, avec un recul de près d’un tiers de ses exportations, tandis que les importations d’olives en conserve ont atteint des niveaux record.

Les exportateurs marocains ont vu leurs ventes d’olives en conserve s’effondrer, atteignant seulement 82 mille tonnes au cours de la campagne 2022/23. Ce chiffre représente une baisse significative par rapport à la saison précédente et se rapproche du niveau le plus bas en une décennie. La crise oléicole méditerranéenne a frappé durement le Maroc, forçant le pays à interdire l’exportation d’huile d’olive à l’automne 2023 pour stabiliser les prix intérieurs.

Parallèlement à la chute des exportations, le marché marocain a enregistré une augmentation sans précédent des importations d’olives en conserve, atteignant 3 000 tonnes au cours de la même campagne. Cela représente une augmentation remarquable de près de 11 fois par rapport à l’année précédente, bien que les quantités habituelles aient été bien en deçà de ce chiffre.

Le Maroc, classé quatrième producteur mondial d’olives selon FAOStat en 2022, exporte principalement ses olives sous forme de produits en conserve. Ses principaux marchés, l’UE et l’Amérique du Nord, ont représenté environ 90 % de ses exportations totales au cours de la campagne 2022/23. Les principaux importateurs étaient la France, les États-Unis, la Belgique, l’Espagne et l’Italie. Toutefois, l’Égypte a émergé comme le principal fournisseur d’olives en conserve au Maroc au cours de la même période.

La mauvaise performance des exportations marocaines est attribuée à une récolte d’olives fraîches décevante en raison de la sécheresse de 2022. Cette condition a entraîné une diminution significative de la production d’olives en conserve et d’huile d’olive dans le pays. Le Maroc a rejoint d’autres nations méditerranéennes en imposant des restrictions d’exportation d’huile d’olive à l’automne 2023, en réponse à la hausse mondiale des prix due aux conditions météorologiques difficiles.

Lire aussi : L’oléiculture à Sefrou génère plus de 590 millions de dirhams de chiffre d’affaires

Bien que l’industrie locale s’attende à un rebond de la production d’olives au cours de la campagne 2023/24, les conditions météorologiques difficiles de l’année précédente, caractérisées par la sécheresse, un soleil brûlant, des vents violents et des tempêtes de grêle, pourraient encore poser des défis. Les acteurs de l’industrie restent attentifs aux développements météorologiques et espèrent une reprise rapide pour maintenir la position du Maroc en tant que leader mondial dans la production d’olives.

Avec East-Fruit
Partager

Regardez aussi

Deuxième journée animée au Gulfood, plaçant Dubai au cœur de l’industrie mondiale de l’alimentation et des boissons

Les connexions et les accords commerciaux se poursuivent lors de la deuxième journée. Les innovateurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.